Billets tagués ‘social-démocratie’

2008/02/11 20:26

La droite de chez nous

Un très estimé lecteur a fait un commentaire aujourd’hui qui a finalement mis en mots une réflexion qui me ronrone dans le fond du crâne depuis que j’observe (non sans espoir) la montée de cette nouvelle droite conservatrice de chez nous que d’aucuns ne soupçonnaient l’existence il n’y a de ça que cinq ans dans le paradis social-démocrate que l’on croyait (à tord) faire notre distinction.

Il s’agit de M. Bergeron, un américain résident de la Californie qui répond au Dissident, ce (nouveau?) blogueur de chez nous qui tire nettement à droite.

Ronald Reagan est mort, [le] conservatisme a échoué, le parti républicain est divisé. Les gens les boudent, parce qu’ils n’ont pas d’idées nouvelles à répondre à nos besoins et nos problèmes c’est toujours la même chanson: moins de gouvernement (sauf dans le bodoir), moins de taxes pour les riches (alors que le fardeau remue aux travailleurs de la classe moyenne), plus de dépenses militaires pour les guerres glorieuses, plus de moralisation à faire Jésus vouloir vomir, pour le reste vous êtes seuls, “you’re on your own!”

Puis en terminant, il fait référence au fait que notre ami Dissident semble s’être approprié certains des symboles de Batman:

Mathieu, je crois pas que vous ne trouverez pas un plus grand libéral (au sens américain) que Bruce Wayne, c’est l’exemplar sans pareil du “Limousine Liberal.” I’m sure the irony is not lost on you, since you call yourself the “Dissident”, even though your side is currently in power, both in Canada and here in the US. Bush isn’t gone yet.

Ce n’est pas sans un certain plaisir et soulagement que j’ai constaté que nous avions une droite (plus ou moins) cohérente dans ma nation. Qu’une certaine alliance était possible de ce coté du paysage entre le pôle de Calgary et celui de Québec (qui se découvre à peine) afin de contrer l’hégemonie étatiste et centralisatrice du parti qui prétend définir l’âme même du pays depuis 1967. C’est vrai qu’aujourd’hui, la droite vit une certaine heure de gloire ici… et on a nettement l’impression qu’on en est encore qu’au début.

It’s Morning in the Great White North.

Pour ma part, je suis loin de m’en désoler. J’ai passé ma vie dans une société qui penchait universellement à gauche, pendant qu’on se divisait entre souverainistes et fédéralistes… Ce n’est pas sain. Les éléments bénéfiques des courants de droite (il y en a) n’ont pas encore assez eu la chance de faire effet à mon goût sur ma société. Pour quelqu’un qui se targuait d’anarcho-capitaliste en 1987 (j’étais jeune, j’ai beaucoup évolué depuis, mais quand-même), je regarde la montée de la droite politique et je dis: Y était temps!

Sauf qu’en tant qu’amateur de la politique américaine, je partage entièrement l’analyse de mon lecteur. La droite conservatrice américaine est épuisée… dogmatique… finie.

Elle est dûe pour une bonne traversée du désert.

Je regarde notre droite à nous se péter les bretelles… ces gens semblent encore tout à fait inconscients des nombreux endroits où le projet américain sur lequel ils fondent leur démarche a complètement échoué. Je les voit partout répéter les mêmes erreurs et semer le même poison corrosif qui a fini, à force de contact, par s’introduire jusque dans l’âme du mouvement américain qui s’en servait. Jusqu’a ce qu’il devienne la caricature grossière et tristement réelle que nous décrit M. Bergeron.

Les conservateurs (petit c) d’ici se sentirons bien seuls dans le monde ante Bush… et ils ne dureront pas longtemps s’ils persistent à émuler un mouvement moribond plutôt que d’adapter leur idéologie (et surtout leur approche) au 21e siécle et à un monde qui s’apprête à s’axer nettement sur le progressisme.


Billets similaires

2007/08/25 15:45

L’illusion tranquille

Bien que lui-même victime de ses propres dogmes et ornières idéologiques et truffé de sophismes, ce docu-propagande a eu le mérite de faire une critique complète, concentrée et très juste de la sclérose qui paralyse aujourd’hui l’état québécois.

Visionnez le film en entier

Première partie
Deuxième partie

Mon cœur est résolument progressiste, mais j’ai entendu dans ce film plusieurs éléments d’un discours que je tiens moi-même depuis plusieurs années dans l’espoir de voir la “gauche” dominante se réveiller et tenter de se réformer de l’intérieur de peur que la paralysie du système ne fasse passer le flambeau du progrès à une “droite” qui n’a que du mépris pour les objectifs de justice sociale.

Maintenant, c’est fait. La droite s’est réveillée et c’est elle aujourd’hui qui tient un discours dynamique, optimiste et tourné vers l’avenir… C’est avec elle qu’on a maintenant l’impression que les choses peuvent bouger.

Tandis qu’un tour rapide de la blogosphère québécoise dite “gauchiste” (à l’exception de quelques écolos) nous révèle un discours sombre, pessimiste et renfermé sur lui-même… convaincu que leurs concitoyens sont entrain de se faire endoctriner par les bonzes hypocrites d’une idéologie trompeuse ayant pour dessein d’assouvir les bas instincts de la population pendant qu’elle enrichit et protège les intérêts que d’une petite clique.

Il fut un temps où c’était la droite qui tenait un discours semblable, face aux dangereux comunnisses qui allait mener le peuple vers le malheur et la misère… Mais à cette époque, c’était la gauche qui était occupé à planifier et à bâtir le Québec de demain (celui qui aujourd’hui croule sous son propre poids par son incapacité à s’adapter à l’époque actuelle) et qui tenait un discours tourné vers l’avenir et empli d’espoir … Et la population n’a pas plus acheté la crainte des méchants communistes de cette époque qu’elle ne tremble devant l’épouventail des forces obscures du néo-libéralisme brandit par les gardiens d’un ordre autrefois révolutionnaire mais maintenant trop bien établi.

La droite au Québec a passé plus de 30 40 ans dans le désert… forcée de se débarrasser de son héritage clérical (anciennement nécéssaire mais devenu alors toxique) avant de pouvoir renaître dans sa forme actuelle: moderne, laïque et branchée sur le pouls de la classe moyenne.

J’espère que la gauche se grouillera un peu plus le c** à se débarrasser de son héritage syndicalo-marxiste (autrefois nécéssaire mais maintenent devenu toxique) si elle espère de nouveau un jour remettre la social-démocratie à l’ordre du jour.

Parce qu’un régime social-démocrate qui a trop duré et qui est à cours d’idées, ça s’endure toujours… (pour un certain temps du moins) mais quand ça arrive à droite, les résultats sont souvent bien plus inquiétants.

Regardez nos voisins du sud.


Billets similaires