Billets tagués ‘individualisme’

2007/11/25 15:30

L’Église et moi

Ce billet ne fait que rassembler plusieurs commentaires que j’ai écrit ici, sur le blogue de Renart L’éveillé, lors d’une conversation suite à son billet sur le fameux mea culpa surprise du cardinal Ouellet cete semaine. Je tenais à les rassembler car ma réflexion sur l’Église et la religion en est une qui est en plein mouvement et n’est nullement arrêtée. J’essaie d’en garder la trace.

Suite à la sortie du cardinal Ouellet, où il demande pardon aux québécois pour les abus de pouvoirs de l’Église d’avant 1960 tout en plaidant pour un retour de l’enseignement religieux à base confessionnelle dans les écoles (aspect de sa démarche sur laquelle je me prononcerai dans un lettre ouverte que je suis en train d’écrire au cardinal), Renart publie ce billet qui m’inspire à lui poser la question suivante:

Tu dis: « Reste à savoir si cela impressionnera le public. Pour ma part, pas du tout puisque dans ce cas précis, ma capacité à pardonner est handicapée par ma raison. Et elle est impitoyable! “Ma question, alors:

Qu’est-ce que ça prendrait pour que cette institution dont le message est fondé sur l’amour, le pardon, l’ouverture, le partage, l’humilité, une préoccupation pour le bien de la communauté et la paix entre les hommes (des valeurs que tu partage, je crois) puisse se racheter à tes yeux?Tu dis que ta raison est “impitoyable”… c’est justement ce qui me fait le plus peur des gens qui disent fonder leur pensée strictement sur la raison… et qui sont convaincus que cela donne une plus grande valeur à leur opinion. C’est dangereux, ça… Ça manque de …pitié.

Renart était alors occupé à donner une conférence en Abitibi (qu’il raconte ici et ici) donc la conversation s’est déroulée avec ses autres lecteurs.

Dans son intervention, iamwormbuffet me lance en passant:

Alain, quand une institution doit être prise en pitié…

Ce qui m’inspire la réponse suivante: (je réponds à toute son intervention, pas seulement cette phrase)

Je ne dis pas que l’institution doit être prise en pitié… je dis seulement que ceux qui la condamne en manque.Outre les “institutions”, moi, les seules personnes qui me donnent l’impression d’être convaincu de détenir la vérité… sont les partisans le la laïcité qui méprisent la religion. De mes rencontres avec des gens qui ont “la foi”, se dégage une impression de gens infiniment plus humble devant “la vérité”… et avec une volonté beaucoup moins grande d’imposer leurs valeurs et coutumes aux autres… Ce qui est pourtant ce qui leur est reproché par ces “laïcs” qui veulent que tout le mopnde entre dans un même moule non-religieux.

J’ai de la peine à m’expliquer cette contradiction.

D’après moi, le fusil de l’intolérance et de l’intégrisme a changé d’épaule… on s’en est juste pas encore apperçu parcequ’on est trop convaincu de détenir la “vraie” vérité.

Et ça, c’est quelque chose qui devient de plus en plus flagrant à mes yeux.

Je passe par-dessus mon altercation avec un dénomé Roblechon car elle n’apporte rien de neuf. Lui: Regarde l’histoire et toutes les atrocités commises par la religion. Moi: Le fanatisme existe autant et est tout aussi dangereux en dehors de la religion, c’est une erreur de lier les deux. Bla bla bla…

J’en profite, par contre, pour souligner l’analyse réfléchie et perspicace de Capitaine Virgil.

Vient ensuite, Philippe David qui décide de «relever le défi» de ma question initiale et de s’y attaquer:

Ma réponse est “qu’elle commence à pratiquer ce qu’elle prêche”. C’est beau que Mgr Ouellet nous demande pardon pour les torts de son Église, et encore il le fait seulement pour avant 1960, mais l’Église n’a absolument pas progressé depuis. Ma mère est une pratiquante dévote qui a divorcé et s’est remariée. Elle s’est butée maintes fois à l’attitude archaïque de l’Église envers le divorce et envers les femmes à chaque fois qu’elle participait aux activités paroissiales. Et vous croyez vraiment que l’Église fait preuve de charité lorsqu’elle proscrit l’usage du condom? 30 millions de croyants africains et sud-américains infectés du VIH en payent le prix.Je ne peux pas parler pour Renart, mais pour ma part, c’est justement parce que je partage les valeurs que tu mentionnes ci-haut que j’ai bien de la difficulté à pardonner l’Église. Je le ferai peut-être un jour si elle change, mais avec Benoit XVI, ça ne risque pas d’arriver.

Je respecte, je comprends et j’accepte cette réponse… mais elle m’inspire tout de même la lancée suivante: (qui est le morceau principal que je voulais conserver)

Merci de ta réponse. Qui selon moi est juste, sensé et très valide. Je suis forcé de te donner raison en ce qui a trait à tes raisons de ne pas (encore) pouvoir pardonner l’Église. Sauf lorsque tu dis qu’elle n’a pas du tout progressé depuis 1960… Quand-même, je te consent qu’elle a encore beaucoup, mais alors là, beaucoup de chemin à faire, que le gouffre qui la sépare encore de la population est énorme… mais de là à dire qu’elle n’a pas du tout progressé…Pour ma part, je n’ai été élevé dans absolument aucune forme de religion… je ne suis même pas baptisé. J’ai plutôt eu une éducation à saveur « Age of Aquarius », ma spiritualité personnelle est très riche, puisée à plusieurs sources, fortement anchrée dans le rationalisme scientifique et teintée de nuances… et j’en suis fier. Mais je me retrouve aujourd’hui avec une belle spiritualité personelle et… solitaire. Et je constate que c’est le cas pour la plupart de mes contemporains.

J’ai soif, et je suis convaincu de ne pas être seul, d’une spiritualité qui soit davantage communautaire, collective, solidaire… J’entend le cri des gauchistes qui désespèrent de cette société de consommation basée sur le « culte du moi » et qui déplorent surtout son manque de solidarité… et je me demande si en abandonnant la religion organisée, nous n’avons pas mis de coté justement cet ingrédient qui est supposé la créer… en tout cas, nous n’avons encore rien trouvé pour la remplacer… L’État à certainement un rôle à jouer pour encourager la solidarité, mais il se doit d’être neutre et pluraliste et est (doit être) sérieusement limité dans la sphère des valeurs personnelles et communautaires.

Est-ce que je prône un retour vers l’Église? Je ne le sais pas… en tout cas, je suis loin de prôner un retour en arrière. Et malgré ma grande ouverture à la religion et aux valeurs qui la sous-tendent, (dans lesquelles je me reconnais entièrement malgré mon absence totale d’indoctrination) j’ai exactement les mêmes problêmes que toi et les autres avec les politiques institutionnelles de l’Église catholique dans sa forme actuelle et ses abus de pouvoir du passé.

Mais pour une raison qui m’échappe, je semble avoir l’instinct de pardon et de compassion plus développé que mes compatriotes… Je replace les choses dans leurs contexte historique… j’essaie de comprendre les conjonctures… et je me dis que les hommes du passé ont fait du mieux qu’ils ont pu compte-tenu de leur contexte.

Mais je trouve aussi que “nous” avons un rapport complètement névrosé avec cette institution et son rôle historique dans la survie et la formation de la collectivité francophone d’Amérique… et de son caractère.

Cette Église qui nous dominait tant “avant la révolution tranquille”, n’arrivait pas de “l’extérieur”… elle était formé de nos “intellectuels”… nos oncles, nos tantes, nos ancêtres… en la comdamnant nous nous condamnons nous-même… Une certaine réconciliation avec cette aspect de notre caractère historique est nécéssaire si nous voulons envisager l’avenir de manière saine.

Et malgré ma grande antipathie initiale pour l’homme, je me dois d’admettre qu’au moins, sa démarche cherche sincèrement à s’approcher de la mienne… la distance à parcourir est encore grande, mais c’est un début.

Pour l’instant, je n’approche pas la question avec des réponses, mais avec un questionnement.

Et une des questions que je me pose est: Abandonne-t-on la société démocratique de droit parce que nous avons des gouvernents corrompus qui en trahissent les idéaux? Pourquoi le faire avec l’Église alors? En 1960, on aurrait pu me répondre parcequ’elle est tellement pourrie de l’intérieur qu’elle est irrécupérable et j’aurais surement acquiéssé. Mais aujourd’hui?

Voilà, ma réflexion continue…


Billets similaires

2007/11/23 14:36

L’Église et nous

Je vous invite à faire un tour du coté de chez l’ami Renart qui à publié un court billet sur la plus récente sortie du cardinal Ouellet. Billet qui à mené à une discussion fort intéressante dans les commentaires qui montre bien la variété des réactions face à ce “mea culpa” inattendu du cardinal. On voit d’ailleurs que malgré l’indifférence feinte par certains laïcs endurcis, la question touche à quelque chose de sensible chez “nous” qui est loin d’être réglé ou établi.

Je me suis heurté à une drôle de notion lors de la discussion, que l’Église catholique n’avait pas vraiment progressé depuis 1960. J’ai trouvé ça un peu gros.

Puis ce matin, je suis tombé sur l’excellente chronique de Christian Rioux du Devoir à ce sujet. Comme il le fait souvent, M. Rioux exprime mieux que moi un aspect important de ma pensée et comme je ne peux mettre un lien vers le texte puisqu’il se trouve du coté payant du site du Devoir, je me permet de le reproduire ici car je tiens à la partager. (Il faudra bien un jour ou l’autre que Le Devoir, à l’instar du New York Times, se mette à l’heure de la blogosphère)

Des catholiques qui s’ignorent
Christian Rioux
Édition du vendredi 23 novembre 2007Vue de l’étranger, la polémique qui entoure ce qu’il faut bien appeler la confession de Mgr Ouellet apparaît étonnante. Difficile d’imaginer en France ou en Allemagne un tel émoi autour de la repentance, somme toute assez normale, d’un responsable religieux. L’affaire semble d’autant plus étrange que cela fait déjà un certain nombre d’années que l’Église catholique a entrepris de s’appliquer à elle-même la médecine qu’elle avait réservée autrefois à ses seuls fidèles.

Au lieu de regarder la déclaration de l’archevêque de Québec à la lumière des événements récents, peut-être faudrait-il…

Continuer la lecture…

l’inscrire dans l’histoire de l’Église. Certes, l’agitation permanente qui caractérise les médias rend difficile à comprendre des évolutions aussi lentes. L’Église ne vit pas tout à fait dans le même temps que nous, et c’est tant mieux. Lorsqu’un chef catholique parle, il porte deux millénaires d’histoire sur ses épaules, alors que nous avons parfois de la difficulté à nous rappeler le nom de notre grand-mère.***

C’est peut-être en 1994 que le pas majeur a été franchi. Dans sa lettre apostolique, Jean-Paul II avait alors souligné qu’il était juste que, «le deuxième millénaire du christianisme arrivant à son terme, l’Église prenne en charge avec une conscience plus vive le péché de ses enfants». Plus tard, il précisait que, «lorsque les fautes sont confirmées par une investigation historique sérieuse, l’Église ressent le devoir de reconnaître celles de ses membres et d’en demander pardon à Dieu». Il s’agit, disait-il, «de répondre à une impérative exigence de Vérité».

Depuis, on ne compte plus les repentances. Jean-Paul II a d’abord scellé la réconciliation avec les juifs en se recueillant à Yad Vashem, le mémorial de la Shoah à Jérusalem. Puis il s’est excusé pour les erreurs passées: croisades, inquisitions, colonisation. Pour une institution qui se prétendait infaillible depuis 1870, il s’agissait d’une vraie révolution.

Depuis, les déclarations n’ont pas cessé. En 1995, c’est encore Jean-Paul II qui présente ses excuses pour l’oppression dont les femmes ont été victimes dans le passé. Le pape estime que le mouvement féministe a été «substantiellement positif» même s’il a sa part d’erreurs. Trop peu pour certains, mais pas à l’échelle d’une institution millénaire.

Dans chaque pays, cette nouvelle attitude a pris des formes particulières. En France, au moment de commémorer la déportation de centaines de juifs vers Auschwitz, l’évêque de Saint-Denis lit la déclaration de repentance de l’Église de France à l’égard des victimes du régime de Vichy. En 1992, l’évêque Charles G. Palmer-Buckle du Ghana s’excuse du rôle joué par les Africains dans le commerce des esclaves en direction des Amériques.

En 2002, le cardinal du plus grand diocèse américain, Roger Mahony, de Los Angeles, ne tarde pas à présenter ses excuses aux fidèles pour le scandale des prêtres pédophiles. Il est suivi par quelque 300 évêques et cardinaux réunis à Dallas, qui demandent pardon. Trois ans plus tard, le cardinal Daly fait la même chose en Irlande, un pays où 90 % de la population est catholique, le plus souvent pratiquante. La chose aurait été inimaginable dix ans plus tôt.

Et dire que certains trouvent que ce n’est pas assez!

***

Une fois ce contexte défini, avouons qu’il y a de quoi s’étonner du caractère épidermique de certaines réactions aux propos de Mgr Ouellet. Les souffrances endurées par les Québécois dans les années 50 n’arrivent quand même pas à la cheville de celles des juifs, des Africains ou des Espagnols de l’époque franquiste. Et si l’Église québécoise a des excuses à faire, on peut aussi juger que, sans elle, nous ne serions pas là pour en parler.

Ces réactions spontanées sont évidemment dues à l’importance qu’a occupée l’Église au Québec. Un peu comme en Pologne et en Irlande. Mais elles manifestent aussi une relation avec la foi qui n’est pas véritablement apaisée. Comment qualifier autrement des propos qui osent traiter l’Église de «cadavre qui grouille encore»?

Si les réactions sont si vives, c’est peut-être que nous tentons éperdument de nous définir hors de la religion alors qu’elle fait encore partie de nous. Parmi les pays que je connais, le Québec est en effet un de ceux qui débordent le plus de ferveur religieuse. Mais nos églises sont vides, direz-vous.

Et pourtant, je connais peu de sociétés où le sentiment religieux pénètre autant les débats de société. Le Québec n’a plus l’armée de missionnaires qu’il a longtemps déployée sur tous les continents, mais celle-ci a été remplacée par des bataillons d’ONG chargées de répandre la bonne parole à travers le monde. Nous ne faisons plus de pèlerinages, mais l’incantation écologiste adopte parfois les mêmes intonations. Nous ne pratiquons plus la confession, mais le discours expiatoire sur ce que nous avons été atteint des proportions abyssales.

Les cours de religion sont sur le point de disparaître. Belle affaire, puisqu’ils reviennent par une autre porte sous le déguisement d’un enseignement éthique qui s’annonce d’un moralisme à faire pâlir les vieux frères des écoles chrétiennes. Certains Québécois ont beau feindre l’indifférence à l’égard de l’Église, ils sont les premiers à revendiquer comme un droit syndical l’ordination des femmes. Même la ministre de la Condition féminine se mêle d’un débat considéré dans les États laïques comme une affaire strictement religieuse. Nous dira-t-elle demain comment choisir les imams et les moines bouddhistes? On n’imagine pas un ministre français s’ingérant de la sorte dans des affaires qui ne le concernent pas. D’ailleurs, qui a remarqué que la lettre de Mgr Ouellet s’adressait aux croyants?

Les Québécois ont beau fuir la religion, celle-ci semble les poursuivre dans tous les recoins de leur être. Il n’y a pas de pire catholique que celui qui s’ignore.

***

crioux@ledevoir.com
Source: Des catholiques qui s’ignorent

Un jour, il faudra bien que les Québécois apprennent à s’apprivoiser eux-même, si nous voulons que les “autres” nous apprivoisent à leur tour.


Billets similaires