2009/05/14 16:47

50% du budget pour 12% de la population? Vraiment?

Louis Préfontaine de L’Électron Libre accroche sur le passage suivant d’un papier d’Yves Beauchmein du Devoir portant sur une controverse linguistique au Collège Édouard-Montpetit:

Que les locuteurs français ne forment que 2 % de l’Amérique du Nord est sans importance. Notre fragilité ne doit pas nous empêcher d’être charitables. Voilà pourquoi, par exemple, dans le dossier des deux méga-hôpitaux de Montréal, le gouvernement offre 50 % des budgets aux 12 % de la population que constitue la minorité anglophone (langue maternelle) dans la région métropolitaine. [...] La bonasserie est plus près de la bêtise que de la bonté.

…et en profite pour porter la réflexion plus loin:

Le problème est la suivant: les anglophones au Québec (langue maternelle) ne représentent que 7,9% de la population. Comme le demande Beauchemin avec justesse, pourquoi financerait-t-on « leur » méga-hôpital à la même hauteur que celui des francophones? Ce faisant, ne lance-t-on pas le message que les anglophones ont davantage droits à la santé que les francophones? [...] Au regard de la construction de centres de santé hyper-spécialisés dans l’optique du Québec de demain, les anglophones reçoivent près de sept fois plus de financement que les francophones, per capita. Prépare-t-on un Québec de demain où les francophones seront moins nombreux, voire minoritaires?

Selon moi, il s’agit là d’un raisonnement tout-à-fait pervers.

Le problème, je crois, viens du fait que MM. Beauchemin et Préfontaine semblent se faire une idée bien …archaïque de ce que constitue un hôpital « anglophone » dans le Québec d’aujourd’hui. Clairement, ni un ni l’autre n’y a mis les pieds ces 20 dernières années. Peut-être parce qu’ils croient (comme plusieurs de mes concitoyens et j’hésite à défaire le mythe de peur de voir s’engorger l’urgence du Jewish qui m’a si bien servi depuis tant d’années) qu’on ne peut y être servi qu’en anglais.

En tant que montréalais francophone qui a presque toujours vécu en proximité de ces institutions et s’est prévalu de leurs services à maintes reprises, je puis vous affirmer en toute certitude que rien n’est plus loin de la vérité.

En fait, les hopitaux dits « anglophones » ne sont pas là pour servir exclusivement les anglophones, ils sont là pour servir la population dans son ensemble et ce, en français. C’est seulement qu’ils offrent aussi un service en anglais (en conformité avec les « droits ancestraux » de la communauté anglophone du Québec d’avoir ses propres institutions de santé et d’éducation. Droits qui, à ce que je sache et corrigez moi si j’ai tort, sont reconnus jusque dans la sacrosainte charte québécoise!)

Sérieusement, je met quiconque au défi de visiter le Jewish, le Montreal General ou le Royal Vic et de réussir à avoir de la difficulté à se faire servir en français. C’est à peu près impossible (contrairement au centreville de Montréal qui, je l’avoue, commence à faire vraiment pitié sur ce plan). …à moins que l’occasionel accent anglais (parfois assez prononcé) vous pose problème, mais dans ce cas, dites vous que l’anglophone visitant la même institution rencontre deux fois plus souvent le même problème, mais à l’inverse. Les employés de ces hôpitaux sont à grande majorité des francophones qui parle anglais avec un accent. En fait il serait plus précis, dans le cas de ces institutions, de parler d’hôpitaux bilingues.

Il est donc faux (ou du moins extrêmement trompeur) dans le dossier des « super-hôpitaux » d’affirmer que le gouvernement « réserve 50% du financement pour servir 12% de la population » ou, comme Louis le fait, que « les anglophones reçoivent près de sept fois plus de financement que les francophones, per capita. »

Une façon plus juste de présenter la chose serait comme suit:

Le gouvernement finance et met sur pied deux « super-hôpitaux » (ce qui, pour toutes sortes de raisons, entre autres une saine rivalité dans la quête d’excellence, est mieux qu’un seul) offrant un service en français à 100% de la population et dont un seul sera configuré pour répondre aux droits linguistiques d’une communauté minoritaire que notre société a choisie de reconnaitre officiellement.

Dit comme ça, est-ce que ça vous pose encore un problème?

On peut certainement débattre de la validité et de la sagesse de cette reconnaissance (et je prendrai sa défense), mais de grâce, faisons le franchement, pas en fabriquant des hommes de paille et en citant de fausses « injustices ».


Billets semblables

2455

2009/05/13 19:36

Pwn du jour

Ta-Nehisi Coates:

Some awesome entries from the Inbox today:

Can you write an article…any article. Without mentioning race?  No one really gives a crap about your race. Just write something that’s informative.  We or at least I get it. You are not white. No one cares. Every single thing that happens in this world is not about race. You are doing a disservice to yourself and this web site.  I stopped reading your articles. Once in a while I check back and yep…it’s about you… not being white… 

Well, no. It’s about you…not being black… 


Billets semblables

2450

2009/05/13 14:47

Y a-t-il un docteur dans la salle?

Arrive un moment dans la vie où même si l’on se sait privilégié d’avoir habité presque toute sa vie tout près de l’hôpital bénificiant du plus important appui complémentaire venant de contributions privées de toute la province et qu’on est très heureux des services reçus à ce jour, on réalise que si on a envie de continuer à garder une santé adéquate, on ne peut plus simplement ignorer les petits malaises passagers et compter sur les services hors-pair de l’urgence du Jewish pour régler les plus gros… (comme je l’ai encore fait la semaine dernière, suite à un trouble gastro-intestinal qui refusait de s’atténuer) …on réalise que, passé un certain âge, la « santé » n’est plus une norme acquise de laquelle on déroge à l’occasion, mais plutôt un objectif de plus en plus difficile à atteindre qui exige un effort grandissant et un certain… suivi.

Ce qui me mène à la question (semi-)existentielle suivante:

Dans notre beau, grand, merveilleux et ô combien universel système public de santé, mettons qu’un célibataire approchant la quarantaine se cherche un « médecin de famille »… tsé, quelqu’un qui peut le « suivre » au fil des bobos et des malaises de plus en plus nombreux qui l’attendent desormais sur la pente, hélas, descendante que sera le reste de sa vie sur ce plan… par où il commence? 

Y’a-tu des médecins dans les Pages Jaunes?

Euh… en fait, ça existe-tu encore les Pages Jaunes?

Pfff… Il commence à se sentir vieux le bonhomme.


Billets semblables

2437

2009/05/12 16:18

Le voile dans la fonction publique: médias en manque de controverse?

Voilà, ce matin en écoutant la radio, j’entend une nouvelle voulant que la Fédération des femmes du Québec se prononce officiellement contre l’adoption d’une loi interdisant le port de symboles religieux (lire: le voile islamique) dans la fonction publique.

Soit. Bravo. J’en suis bien content. Ceux qui suivaient ce blogue lors de ses premiers balbutiements savent bien l’allergie violente que j’ai à l’égard du courant d’intégrisme laïc qui a (hélas trop) tendance à dominer le discours dans ma société. Ma réaction à l’entente de cette “nouvelle” ce matin fut donc quelque chose comme ce qui suit:

Ah non! Pas encore, cal*sse! Veux-tu bien me dire quelle gang de twiterons se sont mis dans leurs petites têtes bornées que la société a besoin d’une telle loi? C’est quoi l’affaire? Pourquoi redémarrer la controverse maintenant? On a pas eu assez de Bouchard-Taylor? Une loi? À l’assemblée nationale? Je gage que c’est encore les know-nothing de l’ADQ… ou alors c’est l’initiative d’un backbencher insignifiant quelconque… en tous cas, j’espère que ça vient pas du gouvernement! Jouer la carte du psychodrame identitaire en pleine crise économique… have they lost their f***ing minds?!

Ce midi, je décide d’enquêter plus en détail… je veux lire le texte du projet de loi, savoir ce qu’il implique réellement …et savoir qui est derrière. Question de monter aux bonnes barricades… et de pisser sur les bons souliers.

Tout ça pour apprendre que ce projet de loi n’existe pas.

Il n’y a tout simplement pas de tel projet de loi à l’agenda. Et personne, aucun parti, aucun député d’arrière banc, pas même le solidaire solitaire de Khadir ne parle d’en mettre un de l’avant.

C’est juste qu’après avoir été divisée et incapable de prendre position sur cette question lors des travaux de la commission Bouchard-Taylor, la FFQ est (enfin) arrivée au bout de sa looooooongue reflexion pour nous annoncer (2 ans plus tard!!!) que finalement, ils sont pour le port du voile dans la fonction publique.

Bon. Ok. Maintenant que je sais de quoi il retourne, deux commentaires:

1. Y’était temps, ’stie.

2. Ça compte comme une nouvelle, ça?


Billets semblables

2439

2009/05/04 16:46

Montréalophobie

J’te dis qu’y en a qui ont la peau sensible…

Nathalie Collard:

Plusieurs commentateurs de ce blogue ont été piqués par mon titre de la semaine dernière, “Le maire de Québec est en ville”. Il n’y a pas de sens caché dans ce titre, et ce n’est pas, contrairement à ce que certains lecteurs prétendent, un titre montréalo-centriste. Si j’avais été journaliste à Rimouski, Trois-Rivières ou Amqui, et que le maire venait visiter ma ville, j’aurais également écrit: le maire de Québec est en ville.


Billets semblables

2435

2009/05/01 12:51

Temps dûrs et poésie

J’ai attrapé ça hier, au Newshour de PBS (l’antidote à l’hystérie des “cable news”) et ça m’a touché. J’ai donc voulu le partager ici. 

Pour ceux qui apprécient la langue de Shakespeare.

Le poème:

“In These Times.”

My sister’s out of work and my brother’s
out of work and my other brother’s
out of work, these are facts available
over the phone or in person, just as now,
three clouds travel north, one
above another, smallish, amoeba shaped,
and the bottom cloud just died,
and the top two have joined forces
and left me to fend for myself
under a new sky.

How vague is that, amoeba shaped?
That could be anything: cigar shaped,
Manhattan shaped, could be libor, t-bill, jobs report,
which arrive as theoretical entities, words
from a tele-prompter repeated by newscasters
and converted to waves beamed to satellites
and bounced to my set to be reconstituted
as their basset-hound eyes of concern
when the day’s dollop or wallop of woe
is mashed and rehashed by people
making good scratch for telling us how bad it is
There’s little to hold in what they say.

That’s what a job is: a pencil to hold, a scalpel,
shovel, “A Statistical Analysis
of the Probability That Anyone Will Read
the Statistical Analysis,” even such slippage
is a mind-hold that keeps some someone
from drifting off into irrelevance.

My sister’s out of work and my brother’s
out of work and my other brother’s
out of work, these are facts known to many
and more many every day,
there but for the grace of a W-2
go you, as I’m employed by this poem
that’s about to lay me off, I remember that
when the question of what to do
gets intellected about.

Jobs to do because there’s work to do
because this whole to-do’s
a stop-gap measure to the zip
or heaven to come, about which
we haven’t a clue.

A little Keynesing now or a lot of keening
later, when the phone rings
and maybe it’s you whose house
is no longer your house, whose car has
just been slicked away by a guy
tatted-up all goth and penitentiary,
you whose kid needs grub, me
who has to mumble through
some version of
could you, I don’t know, maybe send me,
I hate to ask, a few bucks?

If you never had to make that call,
let me kiss the inside of your skull, let me intercede
on the part of the burned field
for the grass,
on the side of the cadaver
for the walk under moonlight, I’m only praying
you listen to the theory
that how we get to be alone
is how we work to be together, since there are stars
inside your thumb, your breath,
and how you say yes or no is how they shine
or go out.

Merci de votre attention.


Billets semblables

2430

2009/04/30 11:11

Lettre ouverte du jour: Go TGV Go!!!

Dans La Tribune de Sherbrooke aujourd’hui:

Le Québec va prospérer le jour ou il va prendre la décision de se concentrer sur le grand triangle Montréal-Boston-Washington-Chicago. Le Québec va prospérer lorsqu’il va se concentrer sur son commerce nord-sud, d’abord vers les États-Unis, puis vers l’Amérique du Sud.

Le train à grande vitesse doit partir de Montréal et relier New York en priorité. Il doit aussi y avoir un embranchement à Albany qui reliera Boston en passant par Springfield au Massachusetts. On pourrait même revoir le lien proposé à l’époque entre Montréal- Burlington-Manchester-Boston.

Le train Québec-Windsor n’aura jamais l’attrait d’un lien nord-sud pour Montréal, la démographie et la richesse collective allant de soi. Québec et Ottawa ne doivent pas prioriser cet axe. Il serait suicidaire au plan économique et même touristique de penser qu’il y aurait un avantage à réaliser ce projet.

La Nouvelle-Angleterre c’est 15 millions de personnes à deux pas de chez nous et New York métropolitain c’est 20 millions de personnes. Dois-je vraiment vous sortir les chiffres de l’Ontario? D’ailleurs pourquoi le lien naturel nord-sud existe-t-il entre Vancouver-Seattle et Portland, mais que nous, ici, nous devrions prioriser l’axe est-ouest?

N’allez surtout pas croire que je suis un séparatiste convaincu qui veut briser le Canada, loin de là. Toronto et Windsor pourront bien créer leurs liens eux aussi s’ils le souhaitent avec le sud. Non, en fait, je vois même le Québec comme leader canadien du commerce avec les États-Unis. Et j’en rajoute même en voyant le Québec comme principale porte d’entrée des Européens en mal d’Amérique, qu’ils soient commerçants ou touristes.

Lire en entier.

Le Petit Émerillon appuie sans réserves.


Billets semblables

2428

2009/04/29 16:11

Image du jour

Je ne sais pas exactement pourquoi, mais cette image viens me chercher… Peut-être parce que l’exploration spatiale est ma première passion d’enfant. Peut-être parce que j’ai dévoloppé une croyance quasi-spirituelle que l’humanité est une manifestation de la vie se donnant les moyens de se répandre au-delà du globe… Peut-être parce que mon premier maître-à-penser idéologique était un auteur de science fiction

Peut-être aussi juste parce que c’est une belle photo.

[Source: whitehouse.gov]


Billets semblables

2426

2009/04/29 12:46

Comment céder le terrain à ses adversaires

Ta-Nehisi Coates, blogueur progressiste “de gauche”, commente la réaction républicaine au départ d’Arlen Specter:

Michael Steele’s statement on Arlen Specter deserves a hard look:

Some in the Republican Party are happy about this. I am not. Let’s be honest-Senator Specter didn’t leave the GOP based on principles of any kind. He left to further his personal political interests because he knew that he was going to lose a Republican primary due to his left-wing voting record. Republicans look forward to beating Sen. Specter in 2010, assuming the Democrats don’t do it first.

This is an amazing statement when you think about it. Steele is basically arguing that the left-wing stretches from from Dennis Kucinich to Arlen Specter. That’s quite the big tent–and it’s being pitched by the head of the Republican party. It’s based on the notion that you can just say “liberal,” “socialist,” “lefty” 100 times and then say “Vote for me!” I know a lot of us think people are that stupid, but they aren’t. And they especially aren’t in these times.

En d’autres mots, à force de taxer de gauchiste et d’étatiste tout ce qui déroge le moindrement peu de la pureté idéologique étroite à laquelle ils s’accrochent, les républicains/conservateurs élargissent par défaut l’espace disponnible à la coalition adverse.

Après 30 ans d’ascendance (pour le mouvement conservateur américain), c’est un peu normal… C’est le lot de tout mouvement de commencer en ayant quelque chose d’important à dire et de finir dans le sectarisme étroit de l’idéal original… Les idéaux ne se réalisent jamais pleinement dans le réel (c’est là un principe central du conservatisme selon moi), une fois qu’ils ont fait tout le chemin possible, les mouvements qui les portent deviennent superflus et ceux qui préferent la pureté de l’idéal au résultat forcément mitigé et incomplet de son application sont condamné à s’ossifier dans le dogmatisme, la répétition et le rituel (saint marché délivrez nous de l’état).

Ce que je ne comprend pas, c’est que notre mouvement conservateur naissant bien à nous (qui a selon moi, au niveau de la société québécoise, quelque chose d’important à dire) semble déterminé à sauter l’étape de l’ascendance pour tout de suite passer à l’étape stérile du refuge platonicien.

C’est pas très “winner”.

Note: Le dernier lien ne fait pas référence au billet de Brian, mais au commentaire d’un lecteur.


Billets semblables

2424

2009/04/29 00:56

La balade de la grippe du porc

La dernière de Jonathan Mann:

Je suis devenu un gros fan depuis qu’on me l’a fait découvrir. Ma préférée (plus onirique et salée… au point d’être banie sur YouTube) est ici.


Billets semblables

2422

2009/04/28 14:12

Course à la chefferie de l’ADQ: Le Petit Émerillon se mouille

Je dois dire que je ressent un intérêt particulier ces temps-ci à observer l’évolution des forces vives de notre mouvance conservatrice… surtout depuis qu’elle ne peut plus compter sur papa Mario pour lui donner forme. C’est pourquoi je trouve la course à la chefferie de l’ADQ d’un grand intérêt. Ce sera le point focal autour duquel ces forces vont s’organiser au cours des prochains mois et je crois que le résultat sera déterminant quant aux chances de survie et d’expansion du parti qui les rassemble.

Ce n’est pas dans mes habitudes, j’ai plutôt tendance à préférer le confort de ma prétendue indépendance, mais je vous avoue que dans cette course j’ai un parti pris assez marqué pour un candidat. Et donc, bien que je ne soit pas membre de l’ADQ et que je n’ai pas vraiment l’intention de le devenir, je vous annonce tout de suite mes couleurs:

C’est avec un certain enthousiasme et espoir que j’entend appuyer dans cet espace la candidature de Gilles Taillon à la chefferie de l’ADQ.

J’avais l’intention de donner quelques explications mais le temps file et je dois retourner travailler… Les explications et les arguments viendront graduellement au cours des prochaines semaines.

Pour l’instant je dirai simplement que pour le “conservateur d’extrème-centre” que je suis, il me semble l’homme de la situation.

Hmmm… J’aurais voulu afficher une bannière ou quelque truc du genre mais le site du candidat n’en contient pas et je n’ ai pas le temps d’en fabriquer une de mon cru… En souhaitant que l’équipe du “candidat de l’économie” aient la présence d’esprit de remédier à cet …oubli.


Billets semblables

2408

2009/04/28 14:11

Et la spirale d’auto-destruction se poursuit

Le sénateur républicain modéré Arlen Specter de Pennsylvanie vient d’annoncer qu’il passe chez les démocrates citant le radicalisme grandissant de son parti:

“Since my election in 1980, as part of the Reagan Big Tent, the Republican Party has moved far to the right. Last year, more than 200,000 Republicans in Pennsylvania changed their registration to become Democrats,” Mr. Specter said in a statement released in the early afternoon. “I now find my political philosophy more in line with Democrats than Republicans.” He said he has experienced a change of heart since the response to his vote for the stimulus legislation. “Since then, I have traveled the State, talked to Republican leaders and office-holders and my supporters and I have carefully examined public opinion,” his statement said. “It has become clear to me that the stimulus vote caused a schism which makes our differences irreconcilable. On this state of the record, I am unwilling to have my twenty-nine year Senate record judged by the Pennsylvania Republican primary electorate.”

Olympia Snowe du Maine, l’autre modérée du parti au sénat commente:

But Senator Olympia Snowe of Maine, who also supported the Obama administration’s economic stimulus legislation, said Mr. Specter’s decision reflected the increasingly inhospitable climate in the Republican party for moderates. “On the national level of the Republican Party, we haven’t certainly heard warm, encouraging words about how they view moderates, either you are with us or against us,” Ms. Snowe said. She said national Republican leaders were not grasping that “political diversity makes a party stronger and ultimately we are heading to having the smallest political tent in history for any political party the way things are unfolding.”

J’espère que les conservateurs d’ici prennent des notes.


Billets semblables

2415

2009/04/26 18:02

Mon problème avec le “mouvement” conservateur

L’autre jour je vous exposais ma confusion face au fait, relevé par le blogue Les Bleus, que le Bloc avait voté contre ce projet de loi visant à modifier le code criminel “afin de prévoir une peine d’emprisonnement minimale de cinq ans pour l’infraction de traite de personnes âgées de moins de dix-huit ans”. Comme je l’ai dit, ce n’est pas qu’une telle loi me tienne à coeur (au contraire, je crois qu’une telle loi est purement symbolique et n’aura aucun impact sur le problème auquel elle a la prétension de s’adresser), c’est juste que je n’arrivais pas à me figurer quelle possible justification pouvait être citée pour s’y opposer. Comment peut-on être contre la vertu?

La réponse me vint via cet entretien radiophonique du 93,3 FM (à Québec) avec Réal Ménard, critique du Bloc en matière de justice, qu’Audrey a publié chez Les Bleus. Si j’ai bien compris, en gros, le Bloc s’oppose au principe des sentences minimales et préfère faire confiance au juges qui auraient déjà toute la latitude nécessaire avec les dispositions du code criminel actuel pour livrer des sentences adéquates tenant compte de “circonstances agravantes” comme le fait que la victime soit un enfant. De plus, nous apprend-t-on, il n’y a eu que deux causes dans notre histoire auxquelles cette loi aurait pu s’appliquer. Pas assez, selon le Bloc, pour que la jurisprudence révèle un problème à régler avec une telle loi. Donc, finalement, le Bloc a refusé de voter pour une loi inutile.

Comme je suis d’accord que cette loi est tout à fait inutile, je ne trouve pas grand chose à redire… sauf que selon moi, c’est justement à ces moments là qu’il faut laisser gagner la frange conservatrice qui tient à ce genre de chose… pour mieux les battre quand ça compte. Comme avec leurs plans déments et dangereux de traiter les mineurs comme des adultes. Et puis, 5 ans… tsé? Me semble que c’est pas exagérer… difficile d’imaginer que laissé à lui-même, un juge en donnerait moins.

Mais ce n’est pas de ça dont je veux vous parler (dit-il, après trois paragraphes). Ceci est mon premier contact avec la fameuse “talk-radio” de la région de Québec dont j’entend si souvent parler et qu’on dit centrale au “mouvement” conservateur qui s’y développe.

Je ne suis pas impressionné.

Les amateurs de ce genre de radio pouront me traiter d’élitiste montréalais déconecté du “vrai monde” se permetant de juger du haut de sa tour d’ivoire radio-canadienne et ils auront probablement raison. Mais en tant qu’élitiste montréalais déconecté du “vrai monde” dans sa tour d’ivoire radio-canadienne qui s’auto-proclame conservateur, je me permet de leur faire la leçon.

Tout au long de l’entretien, les animateurs nous font bien comprendre ce qui motive l’appui à de tels projets de lois. Une part de la population (qui inclue les animateurs, dont je ne remet pas en question la bonne foi) semble convaincue que le système de justice est infesté de juges laxistes dont l’idéologie progressiste-libérale les pousse à considérer les criminels comme des victimes et à distribuer des “sentences bonbon”.

Bon. Je ne dis pas que ce genre de juge n’existe pas, comme dans tout, il y en a des bons et des mauvais, mais on est loin d’un problème généralisé et outre les anecdotes auxquelles certaines personnes s’attachent, la réalité est que le système fonctionne très bien en ce qui a trait à tenir les criminels violents à l’ecart de la société… surtout lorsqu’on se compare aux autres.

Pouvez-vous me nommer les pays dans lesquels vous vous sentiriez plus en sécurité (et aussi libre) qu’ici? (Selon moi, il y en a, mais la liste est courte)

Mais là où je suis vraiment tombé en bas de ma chaise, c’est à la 13e minute lorsqu’un des animateurs lance l’énormité suivante:

Quoi?

Voilà une des choses les plus anti-conservatrices qu’on puisse dire à mon sens.

Je n’en reviens tout simplement pas. Comment peut on se dire conservateur et avoir si peu de compréhension de la nature des institutions sur lesquelles sont fondé notre société?

Les juges ont le devoir de représenter la loi, point final. Qui est au dessus des juges? La loi et rien d’autre. Si un juge “représente” la société, il le fait strictement a travers le prisme de ses lois et jamais, jamais de “ce qu’elle pense”. Un juge a même le devoir de faire fi de ce que la société “pense” afin d’appliquer la loi de la manière la plus impartiale possible.

Un des principes les plus fondamentaux et les plus durement arrachés qui fait que notre société vaut la peine d’être défendue est le suivant: Nous sommes gouvernés par des lois, pas par des hommes.

Le jour où les juges se mettent à juger en fonction de l’opinion populaire est le jour où nous cessons d’être une société de droit et que nous commencons à vivre sous la tyranie populaire. Ce qui n’est pas si pire que ça, tant qu’on se ferme la gueule et qu’on s’assure de ne parler que pour dire comme tout le monde. Plusieurs chinois vous diront que c’est mieux comme ça (même Jackie Chan)

Mon problème avec le “mouvement” conservateur est que lorsque je regarde de près, je n’y vois pas grand chose de réellement conservateur. J’y vois plutôt un populisme radical nourrit d’un certain ressentiment envers une élite qu’on blâme parfois à tort, parfois à raison pour le sentiment d’insécurité que nous impose la modernité (et qui est pourtant tellement moins pire que celui qui régnait avant).

Ceci dit, ce ressentiment est réel… et bien que souvent dirigé vers les mauvaises cibles, il n’en demeure pas moins légitime sur plusieurs plans. Nous l’ignorons ou le regardons de haut (comme je le fais) à notre péril.

Mais si j’ai un conseil à donner à ceux qui veulent consolider les forces vives de ce ressentiment en un “mouvement” conservateur capable d’influencer, voir même de prendre le pouvoir, ce serait le suivant: Un jour il faudra arrêter de vivre dans vos tripes et commencer à réfléchir. Aucun mouvement n’a de chance d’avoir de réel succès s’il ne réussit pas à transcender le ressentiment et la passion qui l’anime pour les asseoir sur des bases philosophiques et intellectuelles solides. (Et ça, ça veut dire, entre autre, ne pas répendre des énormités comme “les juges sont sensé représenter ce que la population pense”.)

Autrement tout ce qu’on réussit à créer, c’est un feu de paille… 

Et de grâce, cessez de prendre votre inspiration chez vos homologues du sud, ils ont fait leur temps… ils viennent juste de tout gâcher et ont aujourd’hui encore moins de crédibilité que d’idées constructives à proposer. Ils sont en plein processus d’auto-destruction… et sont voués à une longue traversée du désert. Pourquoi les suivre?

Si vous cherchez les assises d’un conservatisme qui a déjà commencé à réfléchir sérieusement aux défis du 21e siècle, mieux vaut de regarder ce qui se trame au pays de la Reine… 


Billets semblables

2379

2009/04/26 02:53

R.I.P. Bea Arthur

Bea Arthur

J’apprend à l’instant que Beatrice “Bea” Arthur viens de s’éteindre à l’age de 86 ans.

Pour les plus jeunes, elle jouait Dorothy dans les Golden Girls (diffusé ici en français sous le nom Carré de dames). Mais pour moi, cette grande dame à la voix grave est parmi mes premiers souvenirs télévisuels…  De 1972 à 1978 elle jouait Maude dans le sitcom du même nom. J’étais trop jeune pour comprendre, ce n’était vraiment pas une émission pour enfants (au contraire), mais on me dit que j’étais omnubilé par elle. Il y avait quelque chose dans sa présence qui fascinait mon esprit d’enfant. Puis, quelque part au début des années 80 j’ai attrapé la série en reprises quotidiennes et je l’ai suivi assidument.

Maude est une émission qui a marquée son époque, elle racontait les péripéties d’une femme dans la quartantaine qui ne s’en laissait pas imposer. Vivant avec son 4e mari, sa fille divorcée et son petit-fils, c’est un des premiers personnages de femme forte et indépendante qu’on a pu voir à la télé américaine. L’émission traitait des tous les sujets les plus controversés de l’époque, avortement, alcoolisme, drogues, politique, religion, infidélité, etc… le tout dans le format du sitcom. Elle a grandement participé à faire évoluer la cause du féminisme dans la conscience populaire de l’époque.

Pour ma part, elle a contribué de façon importante à l’éveil de ma conscience sociale et sa mort est loin de me laisser indifférent… May she rest in peace.


Billets semblables

2395

2009/04/25 19:41

Résistance

Je suis généralement, en ce qui a trait aux technologie de l’information, ce qu’on appelle un “early adopter”. Étant informaticien, j’essaie de me tenir à l’affut de tout ce qui se fait de nouveau et me considère apte à évaluer une nouvelle technologie avant qu’elle devienne “grand public”.

Twitter est une exception.

Dès le départ, je n’y ai pas vu d’intérêt. 140 caractères, pfff… déjà que la concision n’est pas mon fort… en plus que cette limite est plus contraignate en français qu’en anglais où les mots sont plus courts. Et il y a mon aversion personnelle pour ce dialecte écrit qu’est le clavardois.

Ça ne poignera jamais chez nous, me suis-je dit.

Hé hé… de toute mes prédictions face à une nouvelle technologie, je ne crois pas m’être déjà gouré si spéctaculairement.

Ceci dit, même si ça commence plutôt à s’apparenter à de l’entêtement egotique, je continue à résister. Je ne n’ai jamais encore même visité le site.

Mais quand c’est rendu que le Bloc s’en sert pour solliciter des questions à poser en chambre. Quand je ne pleux plus naviguer 5 minutes sans croiser le foutu oiseau ou le logo. Quand même mon copain Renart, s’y met

Je commence à me sentir comme un vieux réactionnaire accorché à un passé révolu… Cue la voix de viellard: “Dans mon temps… on avait encore des pensées privées!”

Je résiste… je résiste…

Mais pour combien de temps?


Billets semblables

2391

2009/04/24 13:35

Le rôle de l’état

Vincent Geloso trouve que l’idée que “l’État doit intervenir avec force pour régler la crise, pour améliorer les choses et pour sauver la situation” est une drôle d’hypothèse. Si le problème vient d’un échec du marché, dit-il, qu’est-ce qui nous dit qu’un échec de l’État est moins probable?

Il pose la questions suivante:

…pourquoi (en admettant l’idée admise que le marché est ”mauvais”) le gouvernement devient l’acteur de facto qui peut se substituer plus efficacement au marché. Le fonctionnaire, le politicien et le bureaucrate ne sont pas des acteurs angéliques qui sont dépourvus d’intérêts propres. Pourquoi devraient-t-ils être supérieurs au marché? Je vous pose la question…

Ce à quoi je répond:

Pourquoi est-ce obligé d’être un choix binaire? Ne peut-on pas postuler que le libre-marché a ses vertus et ses périls et qu’il en va de même pour le l’État. Que les vertus du libre-marché s’adressent justement aux périls de l’État et vice versa? Pourquoi ne peuvent-ils pas être complémentaire?

Le truc est de trouver le bon “mix” selon les circonstances… et de reconnaitre que les circonstances changent toujours et que le “mix” doit constament être ajusté.

Les institutions et règles du jeu qui sous-tendent le libre-marché et la croissance ne sont pas une constante universelle qui émerge d’elle même. Elles ont évolué dans le contexte d’un état nation fort. Je dirais même que nous n’avons pas d’exemple historique d’une économie à forte croissance (tel qu’on l’entend aujourd’hui) en dehors d’un état-nation moderne fort.

Là-dessus je cède la parole à des gens plus savants que moi. Take it away Will and Lew:

Oui, l’État peut mal fonctionner et être une entrave au progrès, mais aucun progrès collectif n’est possible sans lui (combiné à un libre-marché en santé). L’idée est qu’il faut toujours continuer à se forcer pour trouver moyen de le faire fonctionner mieux.

The idea isn’t more government, It’s better government.

Le dialogue entier est ici. Il s’agit d’une conversation fascinante sur la nature de la croissance, du mérite et de l’inégalité. Ça faisait un bout que je cherchais une excuse pour la ploguer.


Billets semblables

2372

2009/04/24 09:18

Citation de la semaine II

“On a déjà été capables de bâtir les plus gros barrages du monde pis maintenant, on est même pu capable de bâtir un hopital, ça va mal en estie.” Biz du groupe Loco Locass en entrevue à Christianne Charette ce matin.


Billets semblables

2367

2009/04/23 18:01

Canadian biligualism is a sham (II)

Chantal Hébert:

Cette décision de la Cour fédérale, qui rappelle le gouvernement fédéral au sujet du rapatriement du jeune Khadr de la prison de Guantanamo est disponible seulement en anglais mais elle devrait être une lecture obligatoire pour quiconque a à coeur le respect de la règle de droit au Canada.

(l’emphase est de moi)

Ceci dit, le jugement en vaut la peine si vous lisez l’anglais.


Billets semblables

2363

2009/04/23 15:11

Quelqu’un peut-il m’expliquer…

…en quoi ce projet de loi visant à modifier le code criminel “afin de prévoir une peine d’emprisonnement minimale de cinq ans pour l’infraction de traite de personnes âgées de moins de dix-huit ans” va à l’encontre des intérêts du Québec dont la défense est la soi-disante raison d’être du BQ?

J’apprend aujourd’hui via Marc Nadeau du blogue Les Bleus (dont j’ai l’intention de parler plus en détail dans un futur billet, pour l’instant je note que ce site me donne enfin espoir qu’un conservatisme moderne, dynamique et cohérent est possible chez nous tout en me faisant réaliser que j’aurai toujours trop de sympathies progressistes pour adhérer à quelconque mouvement qui s’auto-proclamme “conservateur” ou “de droite” malgré les fondements burkeiens de ma pensée)… je disais donc que ce blogue m’apprend aujourd’hui que ce projet de loi est passé au vote hier et que le Bloc est le seul parti à s’y être (quasi-)unanimement opposé (je reviendrai sur le “quasi”).

Je veux bien croire que le Bloc a des raisons légitimes de s’y opposer, mais je n’arrive tout simplement pas à me les figurer.

Ce n’est pas que je croie qu’on ait besoin d’une telle loi, ni même qu’elle fera quelque différence que se soit pour atténuer le problème du trafic humain, c’est juste que c’est le genre de loi qui me semble ne causer aucun tort tout en rassurant les partisans conservateurs qui y tiennent qu’ils ont contribués à améliorer le pays. Et comme je m’oppose passionément à plusieurs aspects des politiques conservatrices sur la criminalité, je suis toujours prêt à leur donner un os à ronger afin d’empêcher qu’ils se radicalisent davantage.

C’est le genre de truc où je me dis qu’on ne peut pas être contre la vertu.

Sauf qu’il semble que le Bloc le soit.

Le truc qui me rend le plus perplexe, c’est qu’un député bloquiste a brisé les rangs pour voter en faveur du projet de loi et que ce député est Maria Mourani pour qui j’ai beaucoup de respect et qui me semble posséder une plus grande expertise que ses collègues sur le sujet.

Donc je suis confus. Quelqu’un peut-il m’informer de la justification évoqué par le Bloc pour son opposition? Ainsi que celle de Mme Mourani pour avoir dérogé à la discipline de son parti?


Billets semblables

2352

2009/04/22 23:59

Quand la science et la politique essaient de se parler

…ce n’est pas toujours beau.


Billets semblables

2348