Affaire Élodie G. Martin - Archives

2007/10/14 22:20

Ébauches…

Quelques pensées…

Gauche. Droite. Je commence à penser que la différence n’est pas qu’idéologique mais qu’il y a peut-être quelque chose de nettement psychologique dans la différence d’approche de ceux qui se disent clairement d’une mouvance ou l’autre. L’idée n’est pas encore claire pour moi… Mais on dirait qu’il y a quelque chose de différent dans la façon qu’ont l’un et l’autre d’être en relation au monde… d’aborder les idées… Quelque chose de plus fondamental que la simple idéologie.

Une réaction de Renart… et ce qui suit.
Un billet bien intentionné de la gauche qui me fait peur.
Une réaction excessive mais intéressante de la droite.
Une discussion sur « le statut de l’homme » où on a peine à comprendre que les dynamiques sexuelles sont le point de départ de la question.

Tout cela m’interpelle… j’y vois un lien… un fil…

J’y pense…

Ça mijote.
Ça bouillonne.

Parlant du billet de Radicarl. C’est croire que la « nouvelle Élodie, » c’est lui, tellement il s’acharne à vouloir la garder en vie.

Hé, les amis! Vous avez pas encore compris que la seule raison que ce blogue existe encore est que vous continuez sans cesse d’en parler? Vous voulez faire disparaître les blogues anonymes de mauvaise foi? Ignorez les! Arretez d’en parler! Arretez de pointer vers leurs billets! Et surtoût, arretez de les visiter!

N’avez vous pas compris les mécaniques de la blogosphère?

If only you guys knew how hard I work not to let the english side of my soul seep through too much in this place… It’s been fun, though. Good discipline. But more and more I’m realizing I can’t keep any of my two sides bottled up for too long.

I need balance.

J’ai posé la question il y a quelques jours à savoir où sont les penseurs de droite?

Quelqu’un que je connais « dans la vrai vie, » en lisant cela, m’a répondu:

Ils sont trop occupés à faire du cash.

J’ai bien ri.

Il y a une vérité profonde quelque part là-dedans.

M’a mettre un homme là-dessus.

Parlant de d’ça, ça l’air que que ma petite pinne à l’endroit de de nos blogueurs de la droite pure a eu leur attention.

Kuebek n’a pas trop l’air de s’en défendre… et je sens qu’il me fera bientôt manger mes mots sur le manque de réflexion proprement québécoise de son point de vue idéologique. Enfin, je l’espère.

Deux coups de chapeaux pour deux initiatives intéressantes sur notre blogosphère sympathique:

Le Québec en Blogues. Une très bonne idée de Renart. Un blogue sur l’actualité regroupant des blogueurs de toutes tendances.

AntiPollution qui a décidé de transformer son blogue et de le relancer sous le nom Bon blogue bad blog pour publier des billets choisis de partout la blogosphère pour faire évaluer leur utilité dans l’avancement du Québec.

Intéressant…

J’ai aussi ma p’tite idée d’un site qui pourrait réunir les blogueurs et augmenter l’intérêt de notre petite sphère…

Je vous en parlerai, un jour. ;)

…et c’est une idée qui aurait aussi pour effet de diminuer la valeur de l’anonymat dans l’agora virtuel… libre.

Pas besoin de réglementation! Bordel.

Scuzez, je me répète mais je continue à ne pas en revevenir que certains d’entre nous souhaitent vraiment « une loi formelle pour réglementer la blogosphère politique au Québec »

Vous me faites peur, les amis! Vous avez pas idée.

Mes activités vont diminuer pendant un temps, ici.

Je dois me concentrer davantage à gagner ma vie pendant quelques jours… C’est beau les idées mais la logique marchande m’appelle.

Je ne manquerai pas de vous lire …et surement d’en lacher plusieurs p’tites vites. (On va avoir des élections!)

Mais les longue réflexions doivent mijoter pour l’instant.

D’ici là.
C’est quand-même agréable de disctuter avec vous tous qui avez stimulé mes méninges.

Cheers!


Billets similaires

2007/10/09 16:59

Les dessous …du Web 2.0 (suite et fin)

J’ai complètement décroché de cette histoire avec l’apparition du « nouveau » blogue d’ÉGM.

Je me suis dis:

-Ah non! C’est pas sérieux tout ça. Quelqu’un (des gens?) se paye la tête de tout le monde… et des journalistes aussi. Pfff… Je m’en lave les mains. Je laisse tout ça aux journalistes et à ceux que ça intéresse. Moi, je n’ai pas de patience pour le monde qui me niaise!

Et le « cas » Élodie Gagnon-Martin ne fut plus mentionné sur ce blogue.

Je ne visite plus aucun des des deux sites en question.

Et il n’en est plus question dans mon sidebar.

Non mais, phoque… quand même… La seule chose à faire avec les « trolls » c’est de les ignorer. La seconde que tu leur donne la moindre miette d’attention, ne fusse que pour les fustiger, c’est une victoire pour eux. C’est ce qu’ils veulent.

Je suis heureux de constater le silence des journalistes qui semble indiquer qu’ils ont atteints la même conclusion.

Je suis heureux aussi de voir que je ne suis pas le seul sur la blogosphère qui s’est senti brulé par cette histoire et qui partage mon dégout… je suis triste, par-contre, de voir à quel point certains se remettent en question à cause de tout ça. Va te resourcer, Louis, repose-toi, mais reviens nous vite. Je ne suis pas de ton moule idéologique mais ta voix est précieuse dans cette blogosphère toujours naissante et encore trop dominée par un anonymat qui permet tout.

Et je partage entièrement l’avis de Renart: Le mieux à faire avec ce « nouveau » blogue est de l’ignorer.

J’en fais la suggestion à RW aussi. No “watch” needed here.

En passant, j’ai souvent, dans ce blogue, pointé ReactionismWatch du doigt pour leur anonymat. Je me doît de mentionner ce commentaire d’un de leur collaborateurs, Camarade Antho. Disons que dans mon schéma des anonymes et des publiques, ils viennent de se placer « on the fence, » comme disait Shakespeare.

[Ajout avant de publier: Je viens de visiter leur site et, en plus d'aimer le nouveau look, je vois que le slogan auquel je m'objectait n'y est plus. Je les salut! Décidément, je suis arrivé dans cet étang qu'est notre blogosphère avec plusieurs idées que je sais à droite du spectre local. Mais plus j'y nage, plus le coté droit de l'étang me repousse et m'ennuie ...et plus je suis séduit par l'espace créé par ceux qui jouent du coté gauche. Ça ne change pas mes idées, mais au moins, chez eux, je sens qu'on peut discuter.]


Billets similaires

2007/10/02 12:20

She’s Ba-ack…

Ô joie! ÉGM est de retour!

Ça l’air qu’elle avait juste « perdu son mot de passe »

Bwahahahihihihaha! snif! … Bwahahahihihihaha!

héhéhé… snif!

Come on, Élodie… j’t'aime bien mais…

Toute cette énergie créatrice que tu es capable de démontrer quand il s’agit d’embarrasser tes adversaires… et tout ce que tu trouve dans ce cas ci c’est: J’ai « perdu mon mot de passe »

Je suis déçu.


Billets similaires

2007/10/01 16:02

Le « strip-tease » continue…

Renart L’éveillé nous en révèle plus que nécéssaire (vraiment Renart, on avait compris ta démarche et elle est légitime)

AntiPollution, par-contre, garde ses caleçons.


Billets similaires

2007/10/01 14:30

Coup de chapeau

…à Capitaine Virgil et Sgt Scott qui, suite à la controverse de « l’affaire » Élodie Gagnon-Martin, et à la réflexion lancée par Tetoine, ont décidés d’assummer leurs écrits en révélant leur vrai noms sur leurs pages descriptives. Bravo!

Sauf que… dans mon « sondage » de notre blogosphère politique qui visait à identifier les « anonymes » et les « publiques, » les auteurs de l’excellent Blogue du Capitaine Virgil étaient comptés parmis les « publiques » car ils avaient déjà tous deux une page de présentation qui expliquait qui ils sont et leurs démarches respectives…

Avec Renart qui nous promet un « coming out, » je suis bien content de voir qu’il se passe vraiment quelque chose ici. Sauf que M. L’éveillé était aussi compté parmi les « publiques… »

Voici quelques exemples de ceux que j’ai compté parmi les « anonymes »:
(Dont certains ont d’excellents blogues)

Antagoniste.net: un prénom et un courriel seulement.

Indépendance pour tous: Excellent blogue… mais qui est AntiPollution?

Et j’ai déjà parlé d’Anti-Souverainiste et du collectif de Reactionism Watch dans ma montée de lait d’hier soir.

Ce sont plutôt ces gens là que j’aimerais voir réagir… à date il n’y a que ceux que je considérais déjà « publiques » qui insistent pour se mettre davantage à nu.


Billets similaires

2007/10/01 12:49

L’affaire Élodie G.-Martin: Mise-au-point de Radio-Can

Ça l’air que je ne suis pas le seul a avoir « acheté » l’identité d’ÉGM…

Mais je suis heureux de voir que la réflexion lancée par Tetoine ai été cité par M. Schnob. Elle est vraiment importante… et j’espère qu’elle fera son bout de chemin et que toute cette histoire aura contribué à créer un espace de discussion plus civilisé.


Billets similaires

2007/09/30 22:59

Les dessous …du Web 2.0 (suite)

Appelez-moi naïf mais moi, je me plaisais à croire qu’Élodie G.-Martin était vraiment une « fille de droite » pro-adéquiste et anti-péquiste engagée… Bon, il est vrai que je n’avais pas encore eu le temps de faire autre chose que de « fureter » son blogue… J’en suis encore à mes premiers pas dans la blogosphère québécoise et donc n’avais aucune idée des soupçons qui couraient autour de la nature réelle de son identité. …Mais j’avais tout de même hâte de m’attaquer plus sérieusement à son blogue. (Ce pourquoi je déplore sa disparition)

En tant qu’(ex)adepte de la blogosphère politique américaine et anglo-saxonne qui essayait de s’immiscer dans celle de mon coin et d’en identifier les joueurs principaux, j’avais tout de suite noté le blogue d’ÉGM comme étant un des « bons. » Comprenez-moi, je suis loin de dire que ce type de blogue représente un idéal à suivre (comme j’espère que le mien le démontre) mais dans le grand espace de la libre-expression qu’est ce phénomène que l’on nomme « blogosphère, » il avait certainement sa place. Il faut tout de même admettre que le type de moyen d’expression qu’est le blogue se porte plutôt bien au discours du type « franc-tireur, » …comme en témoigne le succès des blogues les plus populaires.

Et un(e) auteur(e) qui peut, du même souffle, me faire rire aux éclats et me faire enrager est une denrée rare… que j’apprécie énormément. Même s’il (elle) dépasse parfois des bornes que je considère personnellement infranchissables.

Il faut aussi admettre que la capacité de M. Morin à mobiliser la rage de toute l’hémisphère gauche de l’agora virtuel contre lui n’est pas à négliger… voilà un autre signe d’un blogueur de talent (dans cette niche particulière.)

Bon. Fin des fleurs.

Le pot maintenant:

Comme j’ai dit plus tôt, je n’avais aucune raison, lorsque je jetais un coup d’oeil à son blogue, de croire que la blogueuse en question était autre chose que comme elle se présentait: Une travailleure autonome de Montréal ultra-militante (au point d’en être incohérente) qui adorait talonner et vilipender ses ennemis péquistes et gauchistes avec un verbe acerbe et méchant qui frôlait (et parfois défonçait franchement) les limites de l’acceptable. Et en tant que tel, je l’appréciais.

Je l’avoue, au début, lorsque j’ai eu vent de toute cette histoire, (c’est d’abord le blogue d’ÉGM lui-même qui m’a pointé l’article du Devoir, vendredi matin) je trépignais comme un enfant le matin de noël. J’avais vraiment hâte de voir la blogueuse à la langue qui pique gérer cette controverse…

Mais plus j’ai lu les billets, (qui se succédaient plus vite que ma capacité à les absorber) plus j’ai appris sur le fond de l’histoire et sur la réelle identité de cette « blogueuse » qui me divertissait tant, (en bonne partie parce que j’aimais l’idée qu’une fille se cachait derrière un blog aussi combatif) plus je me suis senti trahi.

(Je dois aussi avouer qu’une bonne part de ce que j’ai lu depuis que la controverse a éclatée, me porte à croire que si j’avais eu la chance de lire ce blogue plus en détail, depuis plus longtemps, je serais peut-être parmi ceux qui célèbrent aujourd’hui son départ)

Mais bon. Le pseudo est de bonne guerre depuis longtemps, en publication. Et j’en était, à la fin de la journée, à commencer à écrire un billet à saveur satirique où je pleurais la perte de mes illusions tout en enjoignant M. Morin à s’assumer en tant que « blogueuse. »

sauf que le retrait total du blogue, en soirée, m’a complètement fait perdre mon sens de l’humour.

J’ai soudainement compris (ce que plusieurs savaient déjà) que j’avais vraiment affaire à quelqu’un qui se cachait derrière une fausse identité pour dire des bêtise que l’auteur réel n’avais pas le courage d’assumer.

Pire, j’en ai tiré la même conclusion que Claude Villeneuve: Ce blogue n’était pas que l’affaire personnelle de M. Morin, mais avait l’approbation de son parti qui a « tiré la plogue » dès que les « vrai » médias ont commencé à fouiner de trop près.

J’ai instantanément perdu tout le respect que j’avais pour ce blogueur.

C’est une chose de se donner un pseudo ou une identité (ou même une personnalité) Web qui facilite ou complémente ce que l’on a à dire, surtout si c’est piquant. C’en est une toute autre que de se cacher derrière un écran d’ordi pour insulter les gens avec la certitude qu’on ne peut pas nous retracer et avec l’intention de fuir avant que ça nous rattrape. La première est un signe d’esprit, la seconde… les seuls mots qui me viennent à l’esprit sont: lâcheté abjecte et ver de terre.

Cela m’a lancé dans une longue réflexion sur tout ce phénomène du Web 2.0, dont l’expression ultime est la tenue d’un blogue personnel mais qui inclut aussi tout le phénomène du réseautage et du communautaire virtuel du genre Lavalife, MySpace, YouTube, etc… Et surtout sur le rôle qu’y joue l’anonymat.

Réflexion que j’avais l’intention de vous livrer ici… maintenant. Mais ceci est un blogue, pas un bouquin. Et j’ai l’impression de m’être déjà assez éternisé comme ça.

Je devrai donc vous tenir en haleine un peu plus longtemps au sujet de mes « grandes » réflexions blogologiques.

Avant de terminer, je vous laisse sur ceci:

Je me suis amusé, cet après-midi, à faire le tour des 30 ou 40 blogues politiques québécois les plus lus, pour voir combien était tenu par des gens qui affichaient clairement leur identité. Voici les résultats:

55% des blogueurs politiques s’identifient clairement ou démontre une volonté claire de faire ce qu’il font au grand jour, même s’ils n’affichent pas leur nom complet.

L’autre 45% se cachent derrière des identités opaques ou démontre un réel désir à cacher qui ils sont.

Ces « anonymes » se retrouvent partout le long de la courbe idéologique… droite, gauche, souverainistes et autres en possèdent chacun leur lot.

Non, la principale distinction entre les « publiques » et les « anonymes » est que les premiers font le plus souvent dans la réflexion sérieuse, et les seconds dans l’insulte, la menace et/ou la puérilité.

C’est à ces seconds que je m’adresse:

Le fait que votre réelle identité se sache vous empêcherait-il de continuer à bloguer comme vous le faites? Si la réponse est non, vous avez mon respect et je défendrai toujours votre droit d’expression même si ce que vous dîtes me pue au nez.
Mais si la réponse est oui, vous n’avez pas d’affaires dans le débat, vous êtes de simples « trolls » qui se font passer pour des blogueurs.

Et ici je pense particulièrement à Anti-Souverainiste. Plusieurs croient que tu es aussi Pierre Morin, si c’est le cas, tu as déjà perdu mon respect et je perds mon temps… Mais sinon je te défie de continuer tes activités au grand jour. Je continue à dire que la blogosphère a de la place pour des gens comme toi qui font ce que tu fais sans se cacher… Mais derrière ton masque, tu n’est qu’un vulgaire graffiteur de gros mots.

Mais je ne peut faire la leçon au pire anonyme de la droite sans aussi faire des remontrances aux pires « agents masqués » de la gauche: La gang de Reactionism Watch.

Hey, les boys! Je sais que le discours radical fait parti du « trip » révolutionnaire pis tout l’bataclan… Mais, en tant que personne modérée que les gens de gauche ont tendance à considérer comme de centre-droite (même si les gens de droite me considèrent plutôt à gauche) je me sens très concerné lorsque je lis un slogan comme celui-ci:

Centre-droite jusqu’à l’extrême-droite, nous vous surveillerons jusqu’à votre pulvérisation totale de la province de Québec

J’aurais moins de misère avec la violence sous-jacente de cette phrase si j’avais l’impression, même virtuelle, de voir le visage de ceux qui la scandent.

Oui, oui, je sais, vous êtes paranos et avez peur d’être fichés par la police et/ou les services secrets… Mais ce que je dis pour la blogosphère s’applique pour la vraie vie aussi. Quand on a le courage de ses convictions, on agit à visage découvert… et si ça veut dire être harcelé ou arrêté injustement par les autorités, ben c’est comme ça qu’on dénonce l’injustice de l’oppresseur, en faisant éclater son oppression au grand jour. En le faisant dans l’ombre, derrière un masque, avec la fuite dans l’âme, on se réduit à être perçus comme de simples casseurs criminels qui font peur à ceux qu’ils prétendent vouloir libérer.

Bon ça l’air que je me suis un peu laissé aller… et que je vous ai livré (sous-forme de montée de lait) une bonne part de l’analyse que je vous promettais pour plus tard…

Je sais, je viens de faire justement ce que je reproche aux autres… je me suis laissé aller à lancer des noms et des insultes…

Sauf que moi, je n’ai rien dit à qui que ce soit que je ne leur répéterais pas en personne.

Et je m’appelle Alain Berger.


Billets similaires

2007/09/29 22:46

L’affaire Élodie G.-Martin: Enfin, la vrai réflexion commence.

Coup de chapeau à Tetoine dans son Palace


Billets similaires

2007/09/29 12:03

Les dessous… du Web 2.0

Toute cette histoire me fascine… (Je suis encore un p’tit nouveau, je ne connaissais rien de la saga MisterP.)

Mais contrairement à plusieurs compatriotes blogueurs à mon flanc gauche, je ne m’en réjouis pas… Cette histoire m’attriste même un peu.

J’ai commencé à écrire mes réactions à tout ça hier, dès le début de l’histoire, mais à mesure que ça progressait, je me suis arrêté. Je crois que toute cette histoire impose une réflexion plus profonde que celle qui a court en ce moment.

…mais c’est un billet qui mûrit…

Je vous le livrerai sous peu, d’ici quelques jours, du moins.

En attendant, je vous laisse sur ces questions:

Combien d’entre nous dépendons de l’anonymat pour pouvoir livrer une opinion plus franche et plus libre que nous le ferions autrement?

Et combien d’entre nous serions prêt à s’en départir?

Cela changerait-il ce que nous disons?… ou encore notre façon de le dire?

Je ne fais que poser la question.

[Sur une note un peu à coté: Le retrait total du blogue d'Élodie G. Martin (qui que tu sois) hier soir m'a plutôt mis en colère. Est-ce qu'on peut, s'il vous plait, juste « fermer » un blogue en disant « Adieu, je ne publie plus, » mais en laissant le site intact sur Internet? Pourquoi toujours retirer les archives et faire comme si tout ça n'avait jamais existé?]


Billets similaires