Radi-laïcs - Archives

2008/05/25 13:17

BouchTay: Les radi-laïcs ne sont pas content

Je n’ai toujours pas trouvé le temps de lire le rapport, mais après un tour d’horizon des réactions, en constatant qui est content et qui est faché (et pourquoi), je crois qu’on va pouvoir me mettre du coté des très satisfaits.

L’exemple le plus marqué se trouve dans cet épisode de Dominique Poirier en direct de vendredi dernier. Particulièrement dans le contraste entre le discours de Daniel Baril, du Mouvement laïque québécois, et celui de Najat Boughaba, du Congrès islamique canadien. Najat Boughaba est cette même dame musulmane qui s’était rendue à Hérouxville lors de cette controverse là. Elle est une présence remarquée dans les médias depuis lorsqu’il s’agit de la question des accommodements et elle m’impressionne à chaque fois, celle-ci ne fais pas exception.


Billets similaires

2008/05/11 21:45

Une autre réflexion sur la religion

J’aime beaucoup la blogueuse Zed Blog, la lire est toujours un exercice stimulant, Son style davantage évocateur que didactique qui porte à plus profonde réflexion est un vent d’air frais (d’air fou?) dans notre petit coin de la sphère politique. J’admire aussi beacoup la fougue de son idéalisme… même si je ne le partage pas en tout point.

Depuis mon retour en ligne, je dois avouer que ses textes et ses commentaires, ainsi que son initiative ont fourni l’étincelle derrière la plupart de mes réflexions bloguesques ces derniers temps… dont quelques billets qui n’ont pas été publiés, faute d’être à la hauteur des ambitions qu’elle m’inspire.

La plus récente étincelle viens d’un commentaire qu’elle a fait au sujet de ma dénonciation des “pasteurs” de John McCain. Plus précisément, de la phrase suivante:

Je ne connais aucune religion qui mette de l’avant les droits de la personne, aucune qui n’y contrvienne pas ou n’encourage pas d’y contrevenir.

Je reproduis ici ma réponse qui s’est avérée si longue que j’ai décidé qu’elle méritait son propre billet.

Ça résume assez bien ce qui me sépare de la plupart de mes contemporains au sujet de la religion… et donne un autre apperçu de ce que j’appelle mon conservatisme à moi.

J’ai une lecture très différente des religions que la tienne et celle de la plupart de mes compatriotes.

Bien que le concept de “droit de la personne” n’avait aucun sens dans les temps anciens, toutes les religions sont nées d’un élan et d’un désir sincère d’améliorer la condition humaine (semblable à l’esprit qui t’anime, je dirais) dans le sens d’une plus grande justice, dignité et bonheur pour tous. Il faut se remettre dans le contexte de leur naissance pour le comprendre.

Le concept même d’égalité entre les hommes et de la dignité fondamantale de tous les être humains nous vient tout droit des “grandes” religions.

(Le concept des “droits de la personne” est né dans un contexte d’éthique chrétienne… ne l’oublions pas - et je ne dis pas ça pour élever la religion chrétienne au dessus des autres… l’Islam est emptreint des mêmes valeurs et les expose d’une façon qui ressemble encore plus à notre conception moderne)

Le problème, ce n’est pas les religions, mais plutôt les idéologies. Une idéologie est un scheme de pensée fermé qui prétend expliquer la réalité et posséder la formule à suivre pour toute une société… adhérer à une idéologie, c’est s’opposer aux autres idéologies qui ne cadrent pas avec la sienne. En autres mots, prétendre à la vérité absolue.

Tu me diras que c’est la même chose (en pire) pour les religions. Ce à quoi je réponds: Seulement lorsqu’elles sont montées en idéologie par les hommes soucieux d’imposer une formule à suivre pour toute une société. Le danger vient de cet élan tout-à-fait humain (et sain) de vouloir refaire le monde lorsque cet élan n’est pas tempéré par le doute. Le danger, c’est l’utopisme.

Pourtant, malgré ce qu’on en croit, toutes les religions ont comme un de leur messages centraux, l’idée que la vérité absolue est insaisissable pour les humains… Que celui qui prétend la comprendre et pouvoir la livrer est toujours dans l’erreur… Que le mieux qui est donné aux humains est d’en entrevoir l’essence sans jamais la saisir… Que même si nous ressentons qu’elle existe… et qu’elle peut nous guider, nous devons toujours nous demander si nos actions et pensées vont dans le sens perçu de cette vérité à laquelle nous aspirons.

En autres mots, toujours se remettre en question.

Combien d’idéologies peuvent en dire autant?

Ceci dit, la fin de ton commentaire touche au réel bobo.

La cupidité humaine.

Un élément de notre nature que les religions ont justement eté concues pour atténuer (non sans succès, à mon avis). Même si leurs institutions en sont victime.

Un élément de notre nature contre lequel tu t’insurges et c’est tout à ton honneur.

Seulement, je ne vois pas en quoi l’absence de religion améliore cet élément, au contraire.

(Je souligne ici le fait que les pires atrocités de notre histoire ont été commises non pas au nom d’une religion, mais au nom d’idéologies laïques qui se voulaient “libérées” des contraintes morales de la pensée religieuse)

Et, comme c’est toujours le cas dans les cycles de l’Histoire, même tous les idéaux progressistes que tu prône et qui sont, je le consent, nécessaire à l’amélioration du monde de demain, finiront éventuellement par être érigés en dogmes que manipuleront des hommes cupides pour servir leurs propres intérêts… et qu’il faudra combattre avec de nouvelles idées

“The creatures outside looked from pig to man, and from man to pig, and from pig to man again; but already it was impossible to say which was which.”
- George Orwell, Animal Farm

On ne peut pas changer notre nature… on ne peut (et on le doit) qu’y aspirer.

Ça aussi, c’est un des messages centraux des religions qu’il nous ferait bien de ne pas oublier dans notre zèle à vouloir changer le monde à tout prix.

Et je rapelle à mes lecteurs que je ne suis pas particulièrement religieux (quoique beaucoup plus spirituel que je l’ai été) et n’ai pas été élevé dans quelque forme de religion que ce soit. À mois que ceci ne compte.


Billets similaires

2007/12/10 22:11

Coup de chapeau: La SSJB à Bouchard-Taylor

Titre du fil de presse: La SSJB déplore le sensationnalisme, propre à alimenter l’islamophobie.

J’avoue être très agréablement surpris par ce que je viens d’entendre au Téléjournal de RDI sur la présentation du mémoire de la Société Saint-Jean-Baptiste par son président Jean Dorion qui a aussi livré un témoignage très personnel et émotif (larme à l’oeil) où il avoue avoir eu de grands sentiments de méfiance envers les musulmans qu’il regrette aujourd’hui… Il a ensuite défendu le droit des femmes musulmanes à porter le hidjab.

Je lui lève mon chapeau.

Mais le résumé du mémoire ici m’impressionne aussi, je ne m’attendais vraiment pas à entendre tant d’échos de mes positons dans celles de la SSJB.

Sans pour autant — loin de là — endosser chacune des causes qu’a défendues le juriste Julius Grey, nous partageons sa conviction que, sur dix personnes qui demandent aujourd’hui un accommodement, neuf auront des enfants qui diront un jour : Je n’ai plus besoin d’accommodements pour vivre au Québec. Faisons confiance au temps et aux échanges que la tolérance facilitera. Tout comme les Québécois ont beaucoup changé et changeront encore, les descendants d’immigrants changeront eux aussi.


Billets similaires

2007/12/01 22:30

Ma lettre au cardinal Ouellet

…tarde à sortir, je le sais.

…et elle ne sera pas dans ce billet.

En fait, les habitués doivent s’y attendre maintenant… si je vous promets quelque chose et que ça n’arrive pas dans les 24 heures suivantes, les chances sont que ça n’arrivera pas. Et lorsque je vous annonce que je diminue mon rythme de publication, attendez-vous à le voir augmenter. Je crois vous avoir déjà parlé de ma relation tendue avec la discipline personnelle.

J’avais de grands plans avec cette lettre… Fort de mes récents « succès » dans les médias, je planifiais, en plus de l’envoyer au cardinal et de la publier ici, de l’envoyer aussi aux journaux… qui sait?

Mais pour que tout ça ait une chance de fonctionner, il aurait fallu que je l’aie pondue lundi ou mardi et envoyée sitôt. Là, on commence à passer la limite du cycle de 7 Jours (Bonne Semaine!) décrété par les impératifs corporatifs de notre petit univers pour presser le citron d’un évènement médiatique avant de passer au prochain sujet chaud. (Encore mieux si ça peut démarrer le dimanche soir à TLMEP, avec trois jours de pré-avis… Ça, on aime ça!)

Enfin… Voilà déjà deux jours que la petite bannière en-haut qui annonce la venue de cette lettre n’est plus qu’une charade pour m’éviter à avoir à répondre à vos commentaires pendant que je lis et écris ce qui me chante. (Surtout que là, je suis complètement freaked-out depuis que le Mistral a soufflé chez moi… [Ok, enough with the puns! It's not that imaginative.])

Ce qui m’a stoppé dans mes tracks, comme disait Shakespeare, c’est cette discussion que j’ai eue (et que j’ai laissée sans réponse, ce qui est assez impoli de ma part) avec Suzanne, une radi-catho à tendance sédévacantiste (que j’aime ce mot depuis que je le connais) qui tient un blogue pro-« culture de la vie » et que j’ai croisée via le blogue de Philippe David. Disons que cette expérience a eu pour effet de refroidir mes ardeurs à l’idée d’explorer les possibilités de rapprochement avec l’Église. Avant de pouvoir continuer, je dois me réconcilier avec le fait que cette dame, malgré ce qu’elle en dit, ne représente pas l’attitude actuelle de l’institution, mais bien un courant qui souhaiterait retourner au moeurs, rites et dogmes d’avant Vatican II. C’est justement une de celles qui l’est trop, comme dit le maire Jean Tremblay, et qui lui tape sur les nerfs.

Mais bon. Ça a ruiné mon élan.

Et bien que j’aimerais explorer avec elle la cohérence de son attachement farouche aux doctrines de l’Église combiné à son rejet, ou du moins sa déception, face à « l’Esprit de Vatican II » qui est reflété dans la doctrine moderne (I think) et qu’elle se doit donc de suivre selon ses propres principes: « Si on croit que l’Église a la parole de la Vie, on la suit, malgré la difficulté de comprendre certaines doctrines, parce qu’on croit qu’elle est protegé de l’Esprit saint par l’erreur doctrinale,[sic] et qu’elle est chargé de prêcher la vérité de Dieu. » J’ai eu ce type de discussion avec des fondamentalistes de toutes les variétés dans ma vie et ce n’est vraiment plus cet aspect des choses qui m’intéresse.

En fait, mon intérêt et mon ouverture actuelle face à l’Église et à la religion en général me viennent de deux sources très distinctes, je crois.

La première étant la réaction extrême que j’ai eue récemment face à toute l’intolérance patente du discours laïcisant à la commission BT. Je le répète, les seules personnes que j’entends exprimer le désir de vouloir dire aux autres comment vivre dans toute cette histoire sont les laïcs. Les religieux ne revendiquent qu’un espace de liberté suffisant pour être heureux sans trop déranger les autres. Cette intolérance face à la croyance religieuse est tellement répandue dans la culture ambiante qu’il est permis, sans que personne ne bronche, de dire des choses sur les croyants qu’il est interdit de dire à propos de tout autre groupe.

Quelle différence entre:

« Je n’ai rien contre la religion, mais ça ne devrait pas sortir de la maison et/ou de l’église/temple/mosquée/etc., on n’en veut pas sur la place publique. »

Et:

« J’ai rien contre les homosexuels, tant que ça reste derrière des portes closes. Le reste, j’veux pas l’savoir. J’veux pas les voir s’embrasser pis s’tenir la main dans la rue. »

Pour moi, il n’y a aucune différence entre ces deux attitudes.

Pourtant, dans la société bien pensante dans laquelle j’évolue, il est permis d’exprimer cette première opinion et de passer pour un être éclairé, tandis que la deuxième nous condamne à être perçu (à juste titre) comme un cro-magnon homophobe et intolérant.

J’ai toujours accusé les homophobes d’avoir peur de leur propres désirs homosexuels. Maintenant, j’accuse les laïcisants de la place publique d’avoir peur de leur propre soif de Dieu.

…Mais je m’éloigne de mon propos.

Ce que j’essaie de dire est que dans de telles circonstances, j’ai tendance à beaucoup (trop) m’identifier avec celui que je perçois comme injustement persécuté. J’aimerais pouvoir le dire en français, mais ça sort pas, I’m a classic bleeding-heart liberal in that sense. Sauf que ce sentiment est éphémère et s’évapore rapidement au contact de quelqu’un comme Suzanne.

La deuxième (et plus profonde) source de mon ouverture est plus difficile à expliquer.

Elle vient en grande partie du fait que mon cheminement spirituel, incluant toutes les recherches que j’ai faites ces dernières annéees sur les origines historiques et l’évolution des différentes religions (surtout le christianisme et l’Islam), m’a récemment mené à un endroit à l’intérieur de moi où le paradoxe apparent de la phrase suivante: « Il n’est pas nécéssaire de croire en Dieu pour croire en Dieu » semble s’évaporer.

Je sais que ça semble ésotérique… ça m’apparaît si clair et si simple, mais en même temps, je n’ai pas l’impression que je pourrais l’expliquer comme il faut en moins de 20 pages. Alors je n’insiste pas.

Sauf pour dire que depuis ce temps, c’est comme s’il m’était permi de « croire en Dieu » sans abdiquer la moindre parcelle de mon adhésion à la pensée critique et rationelle, non plus qu’à la méthode scientifique et la cosmologie qui s’en dégage.

Délire? Vue de l’esprit? Je ne sais pas.

Mais savoir si c’est « vraiment vrai » n’est pas la question.

C’est utile.


Billets similaires

2007/11/30 23:53

Le Maire Jean Tremblay à Il va y avoir du sport

Mes impressions sont ici.

YouTube - Le Maire Jean Tremblay à Il va y avoir du sport

Finalement il n’a rien dit que je n’ai pas trouvé raisonnable… Et en plus, je dois avouer que je le trouve assez sympathique. Je me sens obligé de le rayer de ma liste de radi-cathos.


Billets similaires

2007/11/30 19:51

Mes excuses au capitaine

Capitaine Virgil,

Je t’estime énormément, je lis et j’apprécie ton blogue… tu es parmi mes préférés.

Mais je suis en train de faire ma première rencontre avec ton nemesis, le maire de Saguenay, Jean Tremblay… il est l’invité à Il va y avoir du sport ce soir.

Je suis désolé, mais…

Je le trouve hyper sympa!

…et pas déraisonnable.

Ajout: Zut!!! J’allais mettre l’extrait dont je parle sur YouTube, mais je viens de faire une bourde et j’ai scrappé le fichier source. Ça ira à la rediffusion de dimanche, si j’ai le temps.

Re-ajout: Hmmm… si seulement je pouvais dire que j’en ai fumé du bon. Je viens de me rendre compte que je n’aivais pas, comme je le croyais, supprimé le fichier source… Enfin. L’entrevue sera en ligne sous peu.


Billets similaires

2007/11/25 16:55

L’Église et nous (suite)

Dans mon billet, L’Église et nous, où j’ai eu une discussion avec une baby-boomer La Longueuilloise qui me parlait de son rejet de l’Église, Renart me fait le commentaire suivant:

Alain,je ne comprends pas pourquoi tu fais un lien entre la spiritualité et l’Église. Moi je crois que plus on s’en éloigne et plus la spiritualité est forte, parce qu’elle n’est pas asservie par des obligations.

Pour ma part, je crois la spiritualité plus en phase avec la philosophie. Là est ma position, car justement j’ai vraiment de la difficulté à m’inclure dans la spiritualité par un autre chemin que celui-là.

J’ai commencé à y répondre, mais, comme c’est souvent le cas avec les interventions de Renart, ma réponse s’est éternisée et s’est transformée en billet sur l’importance de la religion…

Ma pensée évolue à ce sujet… Croyez-moi les amis, si vous m’aviez dis, il y a environs cinq ans, que je plaiderais ainsi un jour en faveur de la religion organisée et de l’expression religieuse… j’aurais ri. Enfin, je le prends comme signe que mon esprit n’est pas encore complètement fermé.

Renart,

Lorsque tu dis: «Pour ma part, je crois la spiritualité plus en phase avec la philosophie. Là est ma position, car justement j’ai vraiment de la difficulté à m’inclure dans la spiritualité par un autre chemin que celui-là.»

Je te comprends, j’ai longtemps été (je suis encore fondamentalement, en tant qu’individu) en phase avec toi là-dessus.

Mais je ne te parle pas seulement de spiritualité, je te parle du désir de solidarité, de communauté… ne reproches-tu pas, toi-même, le manque de solidarité et de sens de destin commun de ta société… son individualisme à outrance?

Ta philosophie et ton Humanisme sont un ingrédient essentiel à tout ça… et doivent demeurer au coeur de l’équation, mais sont-ils suffisants? Peuvent-ils faire consensus suffisant? …même à l’intérieur d’un petit groupe? Sont-ils assez fort pour créer un réel sentiment de solidarité et de destin commun qui trenscende les crises?… pour créer un tissu social plus fort que les lois?

Laissons de coté l’Église catholique québécoise pour un instant… qui doit avoir été bien loin dans son hypocrysie et sa cruauté pour avoir rendu le peuple québécois si allergique au concept même de la religion organisée… et qui continue de récolter ce qu’elle doit avoir semé, à mon avis.

Mais vraiment, je ne comprends pas que tu sois incapable de voir dans la religion organisée un lieu de partage et de communauté spirituelle… où l’être humain est appelé de façon concrete à mettre sa spiritualité en relation et au service de la communauté… à refléchir sur ce qui est plus grand que lui, dans une perspective fondée sur l’humilité et l’amour. (Tout en comprenant qu’on ne peut jamais complètement éliminer “l’hommerie” de l’activité humaine - incluant celle-là.)

Selon moi, l’Humanisme, la stricte raison comme seul fondement de la spiritualité… est insuffisante. Toute la rationalité du monde ne peut s’addresser aux pulsions profondes de l’Homme… à un besoin de mysticisme… de mythe… Nous remplissons en partie ces besoins par l’art, la musique, le cinéma, l’alcool, les drogues, etc…

Mais sans quelque chose de solide auquel ratacher cet aspect de notre humanité… sans quelque chose pour l’encadrer (le plus sainement possible, de préférence) l’éparpillement de nos pulsions mène, me semble-t-il, à une dé-solidarisation individuelle (désespoir, dépression, suicide, etc) et collective (fractionnement social, individualisme nocif, etc)

Comprends-moi bien, je ne parle pas du tout contre l’art, la musique, etc… (ni même contre les drogues, ce serait le comble de l’hypocrysie) et encore moins pour que ces choses soient encadrées par ou mises au seul service de la religion. Je dis seulement qu’en enlevant l’expérience spirituelle communautaire (la religion organisée) de nos vies. Nous enlevons un point d’encrage central et essentiel qui permet non seulement d’encadrer notre coté irrationnel, mais de le propulser au service de notre bien-être et celui de la communauté.

Car au fond, c’est ce que je vois dans la religion. Une tentative de diriger les pulsions humaines au plus grand bénéfice en plaçant la plus puissante et bénéfique des pulsions, l’Amour, au coeur de nos préoccupations.

Je ne prétends pas qu’un retour vers l’Église avec un grand «É» soit la solution… je suis résolument tourné vers l’avenir. Mais je constate que nous n’avons encore rien trouvé d’aussi fort que la religion comme ancrage collectif pour nos pulsions, et je lie plusieurs des problêmes sociétaires que nous vivons à ce phénomène.

Rejeter l’Église catholique pour toutes ses tares institutionnelles… parce qu’elle continue à refuser d’intégrer l’Humanisme dans son message central (qui n’est pourtant pas du tout incompatible avec les fondements du christianisme, à mon avis, au contraire)… je veux bien.

Mais je me pose sérieusement la question si nous ne sommes pas allé trop loin en rejetant la religion et l’expression religieuse.

Et je me demande par quoi nous allons la remplacer.

En terminant, je sais que je risque de t’irriter un peu en t’envoyant à nouveau vers une source anglophone… Mais je te recommande fortement ce discours de Barack Obama qu’il a donné il y a plus d’un an devant un public de religieux noirs et/ou progressistes. Il y parle de sa relation avec la foi et du conflit états-unien entre les consevateurs religieux et les laïcs progressistes, mais les echos et paralleles avec le notre sont frappants. Je viens de me le retapper et il reflète plus profondément ce que j’essaie d’exprimer ici.


Billets similaires

2007/11/25 15:30

L’Église et moi

Ce billet ne fait que rassembler plusieurs commentaires que j’ai écrit ici, sur le blogue de Renart L’éveillé, lors d’une conversation suite à son billet sur le fameux mea culpa surprise du cardinal Ouellet cete semaine. Je tenais à les rassembler car ma réflexion sur l’Église et la religion en est une qui est en plein mouvement et n’est nullement arrêtée. J’essaie d’en garder la trace.

Suite à la sortie du cardinal Ouellet, où il demande pardon aux québécois pour les abus de pouvoirs de l’Église d’avant 1960 tout en plaidant pour un retour de l’enseignement religieux à base confessionnelle dans les écoles (aspect de sa démarche sur laquelle je me prononcerai dans un lettre ouverte que je suis en train d’écrire au cardinal), Renart publie ce billet qui m’inspire à lui poser la question suivante:

Tu dis: « Reste à savoir si cela impressionnera le public. Pour ma part, pas du tout puisque dans ce cas précis, ma capacité à pardonner est handicapée par ma raison. Et elle est impitoyable! “Ma question, alors:

Qu’est-ce que ça prendrait pour que cette institution dont le message est fondé sur l’amour, le pardon, l’ouverture, le partage, l’humilité, une préoccupation pour le bien de la communauté et la paix entre les hommes (des valeurs que tu partage, je crois) puisse se racheter à tes yeux?Tu dis que ta raison est “impitoyable”… c’est justement ce qui me fait le plus peur des gens qui disent fonder leur pensée strictement sur la raison… et qui sont convaincus que cela donne une plus grande valeur à leur opinion. C’est dangereux, ça… Ça manque de …pitié.

Renart était alors occupé à donner une conférence en Abitibi (qu’il raconte ici et ici) donc la conversation s’est déroulée avec ses autres lecteurs.

Dans son intervention, iamwormbuffet me lance en passant:

Alain, quand une institution doit être prise en pitié…

Ce qui m’inspire la réponse suivante: (je réponds à toute son intervention, pas seulement cette phrase)

Je ne dis pas que l’institution doit être prise en pitié… je dis seulement que ceux qui la condamne en manque.Outre les “institutions”, moi, les seules personnes qui me donnent l’impression d’être convaincu de détenir la vérité… sont les partisans le la laïcité qui méprisent la religion. De mes rencontres avec des gens qui ont “la foi”, se dégage une impression de gens infiniment plus humble devant “la vérité”… et avec une volonté beaucoup moins grande d’imposer leurs valeurs et coutumes aux autres… Ce qui est pourtant ce qui leur est reproché par ces “laïcs” qui veulent que tout le mopnde entre dans un même moule non-religieux.

J’ai de la peine à m’expliquer cette contradiction.

D’après moi, le fusil de l’intolérance et de l’intégrisme a changé d’épaule… on s’en est juste pas encore apperçu parcequ’on est trop convaincu de détenir la “vraie” vérité.

Et ça, c’est quelque chose qui devient de plus en plus flagrant à mes yeux.

Je passe par-dessus mon altercation avec un dénomé Roblechon car elle n’apporte rien de neuf. Lui: Regarde l’histoire et toutes les atrocités commises par la religion. Moi: Le fanatisme existe autant et est tout aussi dangereux en dehors de la religion, c’est une erreur de lier les deux. Bla bla bla…

J’en profite, par contre, pour souligner l’analyse réfléchie et perspicace de Capitaine Virgil.

Vient ensuite, Philippe David qui décide de «relever le défi» de ma question initiale et de s’y attaquer:

Ma réponse est “qu’elle commence à pratiquer ce qu’elle prêche”. C’est beau que Mgr Ouellet nous demande pardon pour les torts de son Église, et encore il le fait seulement pour avant 1960, mais l’Église n’a absolument pas progressé depuis. Ma mère est une pratiquante dévote qui a divorcé et s’est remariée. Elle s’est butée maintes fois à l’attitude archaïque de l’Église envers le divorce et envers les femmes à chaque fois qu’elle participait aux activités paroissiales. Et vous croyez vraiment que l’Église fait preuve de charité lorsqu’elle proscrit l’usage du condom? 30 millions de croyants africains et sud-américains infectés du VIH en payent le prix.Je ne peux pas parler pour Renart, mais pour ma part, c’est justement parce que je partage les valeurs que tu mentionnes ci-haut que j’ai bien de la difficulté à pardonner l’Église. Je le ferai peut-être un jour si elle change, mais avec Benoit XVI, ça ne risque pas d’arriver.

Je respecte, je comprends et j’accepte cette réponse… mais elle m’inspire tout de même la lancée suivante: (qui est le morceau principal que je voulais conserver)

Merci de ta réponse. Qui selon moi est juste, sensé et très valide. Je suis forcé de te donner raison en ce qui a trait à tes raisons de ne pas (encore) pouvoir pardonner l’Église. Sauf lorsque tu dis qu’elle n’a pas du tout progressé depuis 1960… Quand-même, je te consent qu’elle a encore beaucoup, mais alors là, beaucoup de chemin à faire, que le gouffre qui la sépare encore de la population est énorme… mais de là à dire qu’elle n’a pas du tout progressé…Pour ma part, je n’ai été élevé dans absolument aucune forme de religion… je ne suis même pas baptisé. J’ai plutôt eu une éducation à saveur « Age of Aquarius », ma spiritualité personnelle est très riche, puisée à plusieurs sources, fortement anchrée dans le rationalisme scientifique et teintée de nuances… et j’en suis fier. Mais je me retrouve aujourd’hui avec une belle spiritualité personelle et… solitaire. Et je constate que c’est le cas pour la plupart de mes contemporains.

J’ai soif, et je suis convaincu de ne pas être seul, d’une spiritualité qui soit davantage communautaire, collective, solidaire… J’entend le cri des gauchistes qui désespèrent de cette société de consommation basée sur le « culte du moi » et qui déplorent surtout son manque de solidarité… et je me demande si en abandonnant la religion organisée, nous n’avons pas mis de coté justement cet ingrédient qui est supposé la créer… en tout cas, nous n’avons encore rien trouvé pour la remplacer… L’État à certainement un rôle à jouer pour encourager la solidarité, mais il se doit d’être neutre et pluraliste et est (doit être) sérieusement limité dans la sphère des valeurs personnelles et communautaires.

Est-ce que je prône un retour vers l’Église? Je ne le sais pas… en tout cas, je suis loin de prôner un retour en arrière. Et malgré ma grande ouverture à la religion et aux valeurs qui la sous-tendent, (dans lesquelles je me reconnais entièrement malgré mon absence totale d’indoctrination) j’ai exactement les mêmes problêmes que toi et les autres avec les politiques institutionnelles de l’Église catholique dans sa forme actuelle et ses abus de pouvoir du passé.

Mais pour une raison qui m’échappe, je semble avoir l’instinct de pardon et de compassion plus développé que mes compatriotes… Je replace les choses dans leurs contexte historique… j’essaie de comprendre les conjonctures… et je me dis que les hommes du passé ont fait du mieux qu’ils ont pu compte-tenu de leur contexte.

Mais je trouve aussi que “nous” avons un rapport complètement névrosé avec cette institution et son rôle historique dans la survie et la formation de la collectivité francophone d’Amérique… et de son caractère.

Cette Église qui nous dominait tant “avant la révolution tranquille”, n’arrivait pas de “l’extérieur”… elle était formé de nos “intellectuels”… nos oncles, nos tantes, nos ancêtres… en la comdamnant nous nous condamnons nous-même… Une certaine réconciliation avec cette aspect de notre caractère historique est nécéssaire si nous voulons envisager l’avenir de manière saine.

Et malgré ma grande antipathie initiale pour l’homme, je me dois d’admettre qu’au moins, sa démarche cherche sincèrement à s’approcher de la mienne… la distance à parcourir est encore grande, mais c’est un début.

Pour l’instant, je n’approche pas la question avec des réponses, mais avec un questionnement.

Et une des questions que je me pose est: Abandonne-t-on la société démocratique de droit parce que nous avons des gouvernents corrompus qui en trahissent les idéaux? Pourquoi le faire avec l’Église alors? En 1960, on aurrait pu me répondre parcequ’elle est tellement pourrie de l’intérieur qu’elle est irrécupérable et j’aurais surement acquiéssé. Mais aujourd’hui?

Voilà, ma réflexion continue…


Billets similaires

2007/11/23 14:36

L’Église et nous

Je vous invite à faire un tour du coté de chez l’ami Renart qui à publié un court billet sur la plus récente sortie du cardinal Ouellet. Billet qui à mené à une discussion fort intéressante dans les commentaires qui montre bien la variété des réactions face à ce “mea culpa” inattendu du cardinal. On voit d’ailleurs que malgré l’indifférence feinte par certains laïcs endurcis, la question touche à quelque chose de sensible chez “nous” qui est loin d’être réglé ou établi.

Je me suis heurté à une drôle de notion lors de la discussion, que l’Église catholique n’avait pas vraiment progressé depuis 1960. J’ai trouvé ça un peu gros.

Puis ce matin, je suis tombé sur l’excellente chronique de Christian Rioux du Devoir à ce sujet. Comme il le fait souvent, M. Rioux exprime mieux que moi un aspect important de ma pensée et comme je ne peux mettre un lien vers le texte puisqu’il se trouve du coté payant du site du Devoir, je me permet de le reproduire ici car je tiens à la partager. (Il faudra bien un jour ou l’autre que Le Devoir, à l’instar du New York Times, se mette à l’heure de la blogosphère)

Des catholiques qui s’ignorent
Christian Rioux
Édition du vendredi 23 novembre 2007Vue de l’étranger, la polémique qui entoure ce qu’il faut bien appeler la confession de Mgr Ouellet apparaît étonnante. Difficile d’imaginer en France ou en Allemagne un tel émoi autour de la repentance, somme toute assez normale, d’un responsable religieux. L’affaire semble d’autant plus étrange que cela fait déjà un certain nombre d’années que l’Église catholique a entrepris de s’appliquer à elle-même la médecine qu’elle avait réservée autrefois à ses seuls fidèles.

Au lieu de regarder la déclaration de l’archevêque de Québec à la lumière des événements récents, peut-être faudrait-il…

Continuer la lecture…

l’inscrire dans l’histoire de l’Église. Certes, l’agitation permanente qui caractérise les médias rend difficile à comprendre des évolutions aussi lentes. L’Église ne vit pas tout à fait dans le même temps que nous, et c’est tant mieux. Lorsqu’un chef catholique parle, il porte deux millénaires d’histoire sur ses épaules, alors que nous avons parfois de la difficulté à nous rappeler le nom de notre grand-mère.***

C’est peut-être en 1994 que le pas majeur a été franchi. Dans sa lettre apostolique, Jean-Paul II avait alors souligné qu’il était juste que, «le deuxième millénaire du christianisme arrivant à son terme, l’Église prenne en charge avec une conscience plus vive le péché de ses enfants». Plus tard, il précisait que, «lorsque les fautes sont confirmées par une investigation historique sérieuse, l’Église ressent le devoir de reconnaître celles de ses membres et d’en demander pardon à Dieu». Il s’agit, disait-il, «de répondre à une impérative exigence de Vérité».

Depuis, on ne compte plus les repentances. Jean-Paul II a d’abord scellé la réconciliation avec les juifs en se recueillant à Yad Vashem, le mémorial de la Shoah à Jérusalem. Puis il s’est excusé pour les erreurs passées: croisades, inquisitions, colonisation. Pour une institution qui se prétendait infaillible depuis 1870, il s’agissait d’une vraie révolution.

Depuis, les déclarations n’ont pas cessé. En 1995, c’est encore Jean-Paul II qui présente ses excuses pour l’oppression dont les femmes ont été victimes dans le passé. Le pape estime que le mouvement féministe a été «substantiellement positif» même s’il a sa part d’erreurs. Trop peu pour certains, mais pas à l’échelle d’une institution millénaire.

Dans chaque pays, cette nouvelle attitude a pris des formes particulières. En France, au moment de commémorer la déportation de centaines de juifs vers Auschwitz, l’évêque de Saint-Denis lit la déclaration de repentance de l’Église de France à l’égard des victimes du régime de Vichy. En 1992, l’évêque Charles G. Palmer-Buckle du Ghana s’excuse du rôle joué par les Africains dans le commerce des esclaves en direction des Amériques.

En 2002, le cardinal du plus grand diocèse américain, Roger Mahony, de Los Angeles, ne tarde pas à présenter ses excuses aux fidèles pour le scandale des prêtres pédophiles. Il est suivi par quelque 300 évêques et cardinaux réunis à Dallas, qui demandent pardon. Trois ans plus tard, le cardinal Daly fait la même chose en Irlande, un pays où 90 % de la population est catholique, le plus souvent pratiquante. La chose aurait été inimaginable dix ans plus tôt.

Et dire que certains trouvent que ce n’est pas assez!

***

Une fois ce contexte défini, avouons qu’il y a de quoi s’étonner du caractère épidermique de certaines réactions aux propos de Mgr Ouellet. Les souffrances endurées par les Québécois dans les années 50 n’arrivent quand même pas à la cheville de celles des juifs, des Africains ou des Espagnols de l’époque franquiste. Et si l’Église québécoise a des excuses à faire, on peut aussi juger que, sans elle, nous ne serions pas là pour en parler.

Ces réactions spontanées sont évidemment dues à l’importance qu’a occupée l’Église au Québec. Un peu comme en Pologne et en Irlande. Mais elles manifestent aussi une relation avec la foi qui n’est pas véritablement apaisée. Comment qualifier autrement des propos qui osent traiter l’Église de «cadavre qui grouille encore»?

Si les réactions sont si vives, c’est peut-être que nous tentons éperdument de nous définir hors de la religion alors qu’elle fait encore partie de nous. Parmi les pays que je connais, le Québec est en effet un de ceux qui débordent le plus de ferveur religieuse. Mais nos églises sont vides, direz-vous.

Et pourtant, je connais peu de sociétés où le sentiment religieux pénètre autant les débats de société. Le Québec n’a plus l’armée de missionnaires qu’il a longtemps déployée sur tous les continents, mais celle-ci a été remplacée par des bataillons d’ONG chargées de répandre la bonne parole à travers le monde. Nous ne faisons plus de pèlerinages, mais l’incantation écologiste adopte parfois les mêmes intonations. Nous ne pratiquons plus la confession, mais le discours expiatoire sur ce que nous avons été atteint des proportions abyssales.

Les cours de religion sont sur le point de disparaître. Belle affaire, puisqu’ils reviennent par une autre porte sous le déguisement d’un enseignement éthique qui s’annonce d’un moralisme à faire pâlir les vieux frères des écoles chrétiennes. Certains Québécois ont beau feindre l’indifférence à l’égard de l’Église, ils sont les premiers à revendiquer comme un droit syndical l’ordination des femmes. Même la ministre de la Condition féminine se mêle d’un débat considéré dans les États laïques comme une affaire strictement religieuse. Nous dira-t-elle demain comment choisir les imams et les moines bouddhistes? On n’imagine pas un ministre français s’ingérant de la sorte dans des affaires qui ne le concernent pas. D’ailleurs, qui a remarqué que la lettre de Mgr Ouellet s’adressait aux croyants?

Les Québécois ont beau fuir la religion, celle-ci semble les poursuivre dans tous les recoins de leur être. Il n’y a pas de pire catholique que celui qui s’ignore.

***

crioux@ledevoir.com
Source: Des catholiques qui s’ignorent

Un jour, il faudra bien que les Québécois apprennent à s’apprivoiser eux-même, si nous voulons que les “autres” nous apprivoisent à leur tour.


Billets similaires

2007/11/22 19:10

Cri du coeur

Je ne veux pas vivre dans une société laïque…
Je veux vivre dans une société libre!!!


Billets similaires

2007/11/20 23:59

Mon deux minutes à la commission Bouchard-Taylor

Les habitués de ce blogue savent déjà l’amour farouche que je porte pour Côte-Des-Neiges, mon cartier de résidence où j’ai aussi planté mes racines à l’âge de neuf ans, suite à une enfance assez bohème. Ils savent aussi à quel point je me sens interpellé par toute la question des “accomodements raisonnables,” ainsi que la propension que j’ai à prendre la défense des nouveaux adhérants à notre société et de vanter les succès de l’intégration des jeunes… sans pour autant, loin de là, nier ou avoir honte de mes origines et de mon identité “canadienne-française” dont ce blogue se veut, en partie, un outil de promotion et d’affirmation.

Je ne pouvais donc pas me permettre de ne pas être présent ce soir, alors que cette commission était de passage litéralement à deux rues de chez moi.

Mais deux minutes… Pfff! J’ai assez regardé (et publié) de témoignages à la commission pour comprendre le jeu… et qu’il me serait impossible de tout dire ce que j’avais sur le coeur. De toute façon, j’ai ce blogue pour ça et je ne me suis pas gêné pour me déverser par le passé.

Mais ici, je savais que la seule façon de m’en tirer indèmne était de m’en tenir à pas plus d’une ou deux idées principales et c’est ce que j’ai (maladroitement) tenté de faire.

Voici le résultat:

Commission Bouchard-Taylor: Faites confiance aux jeunes

Eh oui. Glp! C’est moi.


Billets similaires

2007/10/30 20:26

Hier soir à la commission

Juste pour mettre les choses en perspective, voici, en rafale, les témoignages de la première demi-heure à la commission hier.

C’est rendu à la petite madame qui voudrait que tout le monde s’habille pareil que j’ai perdu les pédales.

Je ne veux pas les mettre sur YouTube.

Mais ça vous aidera à comprendre pourquoi ça a tellement fait de bruit.

Et pourquoi ma réaction fut si extrème.

Ne vous en faîtes pas, le Trudeau en moi a été exorcisé.


Billets similaires

2007/10/30 19:52

Catharsis

20:52 : Je suis ému.

Mais mes larmes sont toutes autre qu’hier. Le climat de ce soir à la commission est à l’axe opposé d’hier. Les gens dans la salle y font même souvent référence.

Mon constat à chaud: Le discours le plus tolérant vient des croyants, pas des laïques. …hmmm, ça prendrait un autre terme. Laïcistes?

Ma réflexion: Les partisans d’une “place publique” qui exclue l’expression religieuse sont toujours les premiers à pointer les religions du doigt comme étant des fournaux d’intolérance. Pourtant…

Ça me rappelle queuqu’chose qu’un gars a dit, un moment donné, y’a longtemps…

à propos d’une paille… et d’une poutre…


Billets similaires

2007/10/29 19:57

Intégrisme

20:58 : Je me dois de souligner, en vue de mon dernier billet, que j’ai aussi entendu pas mal (trop) de discours intégriste catho ce soir à la commission BT.

Moi, le seul discours intégriste que j’entends ces temps-ci (qu’il soit laïque ou religieux) viens de « nous. »

Ma conclusion : Je viens d’un peuple fondamentalement intégriste.

Je m’apprète à dire quelque chose de très, très grave pour moi, (presque hérétique) car une part énorme de ma démarche se construit en opposition à ses idées et à son projet, mais…

Continuer la lecture…

…je commence à comprendre Trudeau.
C’est grave à ce point là.


Billets similaires

2007/10/29 19:12

Chus pus capable

19:53 : Je suis en train de me taper la commission BT à Québec en direct à la télé.

J’ai honte

J’ai honte

Je suis loin d’être un multiculturaliste… Mais je refuse de vivre dans une société qui ne veut pas être pluraliste.

L’intégrisme laïque démontré par trop de mes concitoyens m’écoeure.

Chus pus capable.

J’en suis aux larmes…

Je vous laisse sur ce billet que j’ai écrit il y a peu de temps qui exprime mon dégoût et ma déprime actuelle face au profond manque de confiance de mon peuple.

Chus pus capable.


Billets similaires

2007/10/05 14:24

Le voile de la peur

Hé les amis!

J’ai une petite question pour vous.

Combien de fois, dans votre vie, avez-vous vu, en personne… pas à la télé ou en photo mais dans la vraie de vraie vie, une femme au visage voilé?

Vous savez ce que je veux dire.

Je parle de ceci:

Parce que moi, pendant toutes les quinze années de ma vie que j’ai habité le cartier Côte-Des-Neiges (le coeur de l’immigration au Québec, s’il y en a un) je peux vous dire honnêtement ça ne m’est arrivé que trois fois.

Trois fois en quinze ans!

Je l’avoue, à chaque occasion, cela m’a rendu profondément mal-à-l’aise… j’irais même jusqu’à dire que ça m’a un peu choqué. Et c’est à ces moments que j’ai pu voir si j’étais vraiment tolérant. Parce que, mes amis, c’est ça la tolérance, c’est quand on n’aime pas quelque chose… quand quelque chose nous choque… et qu’on décide, au nom du respect des différences, de le tolérer.

Moi, de façon générale, les gens qui ne sont pas comme moi, qui ne pensent pas comme moi, je ne les tolère pas, je les accepte… sans ambages… je n’ai pas grand mérite, je suis tout simplement fait comme ça, je ne sais pas comment faire autrement.

Ce n’est qu’à ces trois occasions que j’ai vraiment eu à me poser la question si j’étais capable de faire preuve de tolérance.

Mais quand même… trois fois en quinze ans!

Je constate l’hystérie collective autour de moi ces jours-ci entourant toutes ces questions dites « d’accommodements raisonnables, » (un pauvre petit concept de droit qui est présentement en train de subir tout le poids d’une crise identitaire qui dépasse largement son application)

…et je ne peux que me poser la question suivante:

Avons nous si peu confiance en notre société, en l’attrait de notre culture, que nous nous sentions menacés pas une infime minorité de gens qui revendique le droit à la différence?

[Ajout: Je devrais préciser. Il s'agit d'une période de beaucoup plus que quinze ans. Je suis arrivé à CDN à l'age de 11 ans. J'y habite toujours. Cela fait donc 25 ans. Je n'ai pas compté les 10 ans (dont seulent trois hors de l'île) où j'habitait ailleurs à Montréal. Il aurait donc été tout aussi vrai de dire: Trois fois en 25 ans!]

[Re-ajout: Je n'avais aucune idée, en nommant ce billet ainsi, qu'il y avait un livre du même nom qui était sorti un an plus tôt... je ne l'ai découvert que quelques semaines plus tard en voyant ce reportage.]


Billets similaires