La planète - Archives

2009/01/27 17:06

Pour en finir avec cette idée stupide

Avant de commencer, je tiens à préciser que je suis depuis plusieurs années en totale opposition aux politiques israéliennes concernant le territoire et le peuple palestinien. Et je soutiens que quiconque se prétend amant de la justice et de la liberté ne peut rester insensible en constatant les conditions absolument intolérables dans lesquelles ce peuple est contraint de survivre et d’évoluer depuis beaucoup trop longtemps. (Conditions qui sont impardonnablement sous-rapportées par nos médias occidentaux — surtout anglo-saxons)

Ceci dit, j’écris aujourd’hui pour dénoncer une idée de plus en plus à la mode chez ceux qui prennent position du même côté que moi dans ce conflit: cette idée qu’il est légitime, voir pertinent, de comparer Israël aux Nazis.

Non, mais franchement…

Quelle foutaise!

Je n’en reviens pas. J’ai peine à croire que je m’apprête moi-même à sérieusement traiter d’une idée aussi stupide… Normalement, je laisserais tomber, c’est juste pas sérieux, mais je m’inquiète de la fréquence à laquelle je la vois faire surface depuis quelques temps (le plus récemment dans la question de sondage sur le blogue d’AntiPollution) et je ne peux plus me retenir.

Bon. Commençons par la seule comparaison valide. En effet, l’état d’Israël est d’abord un projet ethno-religieux… un état juif pour les Juifs. En ce sens, on peut l’apparenter au projet ethnique de l’Allemagne nazi: un état allemand pour les Allemands. Au delà de ça, je ne vois pas vraiment pas d’autre comparaison honnête possible. Et ici, je m’arrête pour souligner à gros traits l’ironie chez nous d’entendre quelqu’un qui est parfaitement à l’aise à scander “Le Québec aux québécois” (tout en niant que son projet est “ethnique” mais qu’il est plutôt fondé sur des valeurs civiques, démocratiques et universelles) affirmer que la volonté du peuple juif d’avoir un état pour eux s’apparente davantage aux ambitions nazis qu’à ses propres “nobles” ambitions pour un état québécois. Si tous les peuples qui souaitent un état sont des Nazis, vivement l’abolition des frontières et le gouvernement mondial… et encore… serions nous moins nazis en affirmant: “La terre aux Terriens”? C’est pas sérieux 

Mais voyons voir quelles autres comparaison sont possibles:

Démocratie et volonté populaire:

Allemagne nazi: Lors de sa prise du pouvoir, suite à une élection marquée par des fraudes massives, le parti Nazi abolit les élections pour prendre le pouvoir “à perpétuité”.

Israël: …est encore une démocratie parlementaire qui retourne se soumettre régulièrement à la volonté populaire.

Ethnocentrisme et destin national:

Allemagne nazi: Déclare que le peuple allemand est le plus pur et le plus parfait et qu’en tant que tel, il est destiné à subjuguer les autres peuples du monde et à règner sur eux.

Israël: Le peuple juif se considère depuis toujours comme “le peuple élu de Dieu”. Certes, c’est un peu offensant pour les autres (What are we? Chopped liver?), mais quelqu’un peut il me citer un seul moment dans les 2500 dernières années où ils en sont venus à la conclusion que cela leur donnait un mandat divin pour subjuguer les autres peuples de la terre et règner sur eux?

Camps de concentration:

C’est vrai que la bande de Gaza s’apparente à une prison à ciel ouvert pour toute une polulation… mais de la à faire le parallèle avec les camps nazis. Aussi bien se comdamner nous mêmes qui reléguons les habitants originaux de notre territoire à des “réserves” où ils sont soumis à une pauvreté abjecte. Les Canadiens sont donc aussi comme les Nazis si je comprend bien.

Certes, le comportement d’Israël est condamnable sur plusieurs plans… mais des nazis? Vraiment? Où sont les trains… les chambres à gaz?

N’exagérons pas, tout de même.

Non. Si on veut comparer l’état israélien à un régime immoral et honni du 20e siècle, la comparaison valide est celle faite par l’ancien président des États-Unis, Jimmy Carter, dans un livre pour lequel il a été rondement condamné chez lui: Le régime d’Apartheid de l’Afrique du Sud.

Vraiment, il me semble que quelqu’un qui prétend voir dans les visées israélienne un projet s’apparentant à celui de l’Allemagne nazi (un projet qui visait la dominance mondiale par la force et qui s’est engagé dans l’extermination volontaire et systématique d’une ethnie et ce, sur une échelle industrielle) fait soit preuve d’une grande paresse intellectuelle… ou alors (et c’est plus grave) d’une sérieuse déficience morale.


Billets similaires

2009/01/04 23:35

Manif pro-palestinienne au centreville de Montréal

Je n’ai pas grand chose à dire là dessus, mais jétais au centreville cet après-midi et par hasard j’ai croisé la manif protestant les événements terribles à Gaza. Je vous livre quelques photos prises avec mon cellulaire (Non, mais tant qu’à avoir un blogue)

En fait, si j’ai quelque chose à dire c’est que j’ai choisi mon camp depuis longtemps dans cette histoire. J’y vois un oppresseur et un opprimé. Et je veux plaider la cause de l’opprimé. 

Mais mon problème avec les manifs de ce genre est qu’à entendre les slogans qu’on scandait cet après-midi, il m’était impossible de déterminer si on protestait contre les actions et politiques israeliennes, ou simplement et bêtement contre Israel tout court.


Billets similaires

2008/12/30 18:38

Citation de la semaine

“Les mots et les images défilent et je reste sans voix devant l’horreur de cette fin d’année meurtrière dans la bande de Gaza. C’est si loin et si absurde. Et je n’y connais rien de plus que de constater qu’il y a des méchants contre des méchants.”Renart L’éveillé


Billets similaires

2008/11/29 18:08

Pour ceux qui doutent de l’importance des blogues

Iran: A nation of bloggers from Mr.Aaron on Vimeo.

Trouvé chez Sullivan (comme toujours)


Billets similaires

2008/08/06 20:36

Cinénomètres? Pfff… Bagatelles!

RFID Tag

[Ce billet se voulait un commentaire au billet de Renart L'éveillé qui critique la position de Martin Masse qui vilipende une prise de position de Pat Lagacé... fiou. Pour ceux qui n'iront pas lire les liens, le sujet est l'imposition de cinénomètres sur nos routes. Ça commençait à faire un peu trop long pour un simple commentaire, alors je le commet ici.]

On peut difficilement (j’espère) mettre en doute mes fortes sympathies libertariennes “éconocentrophile”, pour utiliser une expression de Renart … mais ici, je déroge et penche plutôt du coté de “Big Brother”. Je ne vois d’ailleurs pas vraiment ce qu’il y a de si “répressif” ou “coercitif” à l’idée de se servir de cinénomètres pour augmenter l’efficacité de notre système de circulation des biens et des personnes. (En réduisant davantage les “pertes”, si je puis m’exprimer ainsi.) La critique de Masse (avec laquelle je suis plutôt d’accord) porte surtout sur le réflexe autoritaire auquel fait appel Lagacé dans son désir d’imposer une telle solution… Mais qui a dit qu’il fallait “l’imposer”?… Il s’agit, selon moi d’une idée qui est politiquement vendable.

De plus, il n’y a pas qu’une question de sécurité routière dans tout ça, il y en a aussi une de productivité économique.

En fait, un système de cinénomètres est nettement insuffisant. Pour ma part, j’irais encore plus loin.

C’est une idée qui m’est venue non pas d’une préoccupation pour la sécurité routière, mais plutôt du fait qu’il y a peu de chose au monde que je déteste plus que d’être obligé d’attendre à un feu rouge lorsqu’il n’y a clairement pas un chat autour et de mon désir technophile de voir des feux de circulation assez “intelligent” pour me laisser passer dans un tel cas. Ma petite tête d’informaticien s’est mise à imaginer ce qu’il serait possible d’accomplir avec la technologie existante et soudainement, ça m’a frappé…

RFID Chips.

Ou, en français, selon l’OLF, des puces d’identification par radiofréquence.

La même technologie qui permet à Wal-Mart (ce modèle que les éconocentrophiles adorent citer en exemple) de suivre, en temps réel, chaque parcelle individuelle, tout le long de la chaîne de distribution, de façon à pouvoir les détourner et les diriger selon la demande spécifique dans chaque magasin (Le système de gestion et de flot d’inventaire le plus efficace au monde) pourrait facilement, en combinaison avec les aides à la navigation du type “OnStar“, être appliquée au système de circulation des véhicules.

Grâce à cette technologie et une série d’algorithmes distribués il serait possible de mettre en place un système qui permet de savoir avec précision, en temps réel, la position, direction et vitesse d’absolument tous les véhicules du parc routier sans exception.

Imaginez maintenant que votre véhicule soit équipé d’un bidule qui a accès à cette information de façon à vous assister dans votre navigation et qui vous suggère le trajet le plus efficace pour vous rendre à destination, non seulement en fonction de la circulation, mais aussi de façon à promouvoir une circulation optimale pour tout le système. Le système pourrait aussi détecter un conducteur qui agit dangereusement et aviser instantanément tous les conducteurs des environs d’être sur leur gardes tout en fournissant la position relative du véhicule dangereux. Il détecterait les infractions graves et aviserait les intervenants appropriés du lieu et du danger potentiel… pour les infractions moins grave il produirait les contraventions nécessaires… etc…

Le système pourrait même vous suggérer les vitesse optimales à adopter tout au long de votre trajet en prenant compte d’informations qui ne sont tout simplement pas disponibles à un conducteur isolé dans sa voiture, mais aussi en fonction d’une consommation d’essence optimale.

Selon moi, les gains en efficacité, en productivité, sans compter les économie palpables (et ce, à tant de niveaux que ça étourdit) qu’un tel système pourrait permettre font lettre morte des considérations de droit à l’intimité que certains, autant à gauche (crainte d’un Big Brother corporatif) qu’à droite (crainte d’un Big Brother étatique) pourraient soulever

L’analogie orwellienne ne fonctionne que si l’on imagine une figure d’autorité centrale qui à accès à toute l’information en même temps et qui soit capable de la traiter. Mais surtout, pour que ça fonctionne, il faut qu’elle ait accès à cette information de façon exclusive.

Ce que l’ère des technologie de l’information nous révèle, c’est l’absurdité, voir l’impossibilité, d’une telle cette vision centralisée. Ce qui devient de plus en plus apparent, par contre, ce sont les bénéfices extraordinaires que l’on peut soutirer lorsqu’on se sert de ces technologies pour colliger le plus d’information possible des façons les plus diverses possibles et surtout, en la rendant accessible au plus grand nombre possible… Mais cela implique aussi que pour en augmenter les bénéfices, il est nécessaire d’abdiquer de plus en plus de terrain au niveau de ce que l’on considère la “sphère privée”… n’en déplaise à plusieurs, moi le premier!

Tout savoir sur tout le monde peut devenir une grande bénédiction… à condition que tout le monde puisse tout savoir.

I have seen Big Brother and He is Us.
(Quelqu’un a sûrement déja dit ça avant moi)


Billets similaires

2008/07/25 23:57

Le pèlerinage de l’enfant béni

Le Times de Londres nous livre la version biblique du voyage d’Obama.

Quelques extraits:

And it came to pass, in the eighth year of the reign of the evil Bush the Younger (The Ignorant), when the whole land from the Arabian desert to the shores of the Great Lakes had been laid barren, that a Child appeared in the wilderness.

The Child was blessed in looks and intellect. Scion of a simple family, offspring of a miraculous union, grandson of a typical white person and an African peasant. And yea, as he grew, the Child walked in the path of righteousness, with only the occasional detour into the odd weed and a little blow.

Puis:

And so it was, in the fullness of time, before the harvest month of the appointed year, the Child ventured forth - for the first time - to bring the light unto all the world.

He travelled fleet of foot and light of camel, with a small retinue that consisted only of his loyal disciples from the tribe of the Media. He ventured first to the land of the Hindu Kush, where the

Taleban had harboured the viper of al-Qaeda in their bosom, raining terror on all the world.

And the Child spake and the tribes of Nato immediately loosed the Caveats that had previously bound them. And in the great battle that ensued the forces of the light were triumphant. For as long as the Child stood with his arms raised aloft, the enemy suffered great blows and the threat of terror was no more.

Ou encore:

The Great Prophet Algore of Nobel and Oscar, who many had believed was the anointed one, smiled and told his followers that the Child was the one generations had been waiting for.

And there were other wonderful signs. In the city of the Street at the Wall, spreads on interbank interest rates dropped like manna from Heaven and rates on credit default swaps fell to the ground as dead birds from the almond tree, and the people who had lived in foreclosure were able to borrow again.

Black gold gushed from the ground at prices well below $140 per barrel. In hospitals across the land the sick were cured even though they were uninsured. And all because the Child had pronounced it.

Vraiment, le texte est tout simplement délicieux et il est ici.


Billets similaires

2008/07/22 10:44

Qui a dit qu’Obama était le candidat de gauche? (suite)

En tout cas, selon Fareed Zakaria, en affaires étrangères, Obama est le conservateur réaliste et McCain-Bush sont les idéalistes radicaux.

Obama never uses the soaring language of Bush’s freedom agenda, preferring instead to talk about enhancing people’s economic prospects, civil society and—his key word—”dignity.” He rejects Bush’s obsession with elections and political rights, and argues that people’s aspirations are broader and more basic—including food, shelter, jobs. “Once these aspirations are met,” he told The New York Times’s James Traub, “it opens up space for the kind of democratic regimes we want.” This is a view of democratic development that is slow, organic and incremental, usually held by conservatives.

Obama talks admiringly of men like Dean Acheson, George Kennan and Reinhold Niebuhr, all of whom were imbued with a sense of the limits of idealism and American power to transform the world. “In his view of history, in his respect for tradition, in his skepticism that the world can be changed any way but very, very slowly, Obama is deeply conservative,” wrote Larissa MacFarquhar in her profile of him for The New Yorker. “There are moments when he sounds almost Burkean. He distrusts abstractions, generalizations, extrapolations, projections. It’s not just that he thinks revolutions are unlikely: he values continuity and stability for their own sake, sometimes even more than he values change for the good.”


Billets similaires

2008/05/15 17:17

La crise alimentaire selon Raj Patel

Pour tout savoir sur le système de distribution alimentaire mondial. Selon quelqu’un qui a travaillé à la Banque mondiale, à l’Organisation mondiale du commerce, aux Nations unies… et aidé à organiser les marches altermondialistes de Seattle en 1999. 

Un extrait:

L’entretien au complet est ici.


Billets similaires

2008/02/25 19:22

Le Pakistan tiens le monde (virtuel) en otage

Avez-vous eu de la misère avec YouTube Aujourd’hui?

Il semble que ce soit la faute du Pakistan:

Pakistan Causes Worldwide YouTube Outage - New York Times

Vive la censure.


Billets similaires