2009/04/24

Le rôle de l’état

Vincent Geloso trouve que l’idée que “l’État doit intervenir avec force pour régler la crise, pour améliorer les choses et pour sauver la situation” est une drôle d’hypothèse. Si le problème vient d’un échec du marché, dit-il, qu’est-ce qui nous dit qu’un échec de l’État est moins probable?

Il pose la questions suivante:

…pourquoi (en admettant l’idée admise que le marché est ”mauvais”) le gouvernement devient l’acteur de facto qui peut se substituer plus efficacement au marché. Le fonctionnaire, le politicien et le bureaucrate ne sont pas des acteurs angéliques qui sont dépourvus d’intérêts propres. Pourquoi devraient-t-ils être supérieurs au marché? Je vous pose la question…

Ce à quoi je répond:

Pourquoi est-ce obligé d’être un choix binaire? Ne peut-on pas postuler que le libre-marché a ses vertus et ses périls et qu’il en va de même pour le l’État. Que les vertus du libre-marché s’adressent justement aux périls de l’État et vice versa? Pourquoi ne peuvent-ils pas être complémentaire?

Le truc est de trouver le bon “mix” selon les circonstances… et de reconnaitre que les circonstances changent toujours et que le “mix” doit constament être ajusté.

Les institutions et règles du jeu qui sous-tendent le libre-marché et la croissance ne sont pas une constante universelle qui émerge d’elle même. Elles ont évolué dans le contexte d’un état nation fort. Je dirais même que nous n’avons pas d’exemple historique d’une économie à forte croissance (tel qu’on l’entend aujourd’hui) en dehors d’un état-nation moderne fort.

Là-dessus je cède la parole à des gens plus savants que moi. Take it away Will and Lew:

Oui, l’État peut mal fonctionner et être une entrave au progrès, mais aucun progrès collectif n’est possible sans lui (combiné à un libre-marché en santé). L’idée est qu’il faut toujours continuer à se forcer pour trouver moyen de le faire fonctionner mieux.

The idea isn’t more government, It’s better government.

Le dialogue entier est ici. Il s’agit d’une conversation fascinante sur la nature de la croissance, du mérite et de l’inégalité. Ça faisait un bout que je cherchais une excuse pour la ploguer.


Billets semblables

2372

Dites ce que vous pensez: