2009/04/22

Blogues: dictateurs et parasites

Ceci est une réaction à ce billet de Louis Préfontaine, dit L’Électron Libre, qui se plaint d’un blogueur en particulier et d’un style de blogue en général qui lui “tape royalement sur les nerfs” et qu’il nomme le “blogue parasite”

Avant tout je tiens à souligner que Louis critique le blogueur sans le nommer. (”pour ne pas le stigmatiser” dit-il)… En tant que lecteur, je trouve cela infiniment frustrant et prétentieux de sa part. Il présente à ses lecteurs le travail d’un autre blogueur comme “parasitique” sans nous donner accès à la source. Désolé, mais selon moi, dans l’univers de sérieuse réflexion et discussion auquel il semble aspirer, cela est tout à fait inacceptable, ça ne se fait pas. “Oser se mouiller et assumer ses opinions”, comme il enjoint l’objet de sa critique à le faire, c’est aussi se soumettre au désaccord potentiel de ses lecteurs en leur donnant accès à des exemples de ce que l’on critique afin qu’ils puissent former leur propre opinion. Autrement, ça suggère un certain manque de courage intellectuel.

Mais bon. Comme je ne sais pas de qui il parle je ne peux que commenter l’idée que je me fait du style de blogue qu’il décrit.

Mon problème est que plusieurs des traits qu’il décrit comme indigne d’un blogue qui se respecte sont soit des traits que je recherche chez certains en tant qu’amateur de blogues, soit des traits auxquels j’aspire moi-même en tant que blogueur.

Si j’avais vraiment le temps de m’y consacrer comme je voudrais (c’est-à-dire du matin au soir, ce qui est très, très loin d’être le cas… soupir), la majorité du contenu de ce blogue serait du genre qu’il déplore: concis, rapide, fréquent, collé sur l’actualité, commentant et liant vers tout ce que je croise d’intéressant dans la sphère… tout en étant traversé d’une ligne directrice qui exposerait à la longue les fondements de ma pensée (toute confuse et contradictoire soit-elle). Ce qui n’empecherait pas pour autant l’occasionnel billet plus étoffé lorsque l’inspiration ou le besoin se fait sentir.

C’est justement un des aspects que j’apprécie le plus de ce pionnier de la blogosphère qu’est Andrew Sullivan. En plus d’exposer une pensée politique qui résonne souvent profondément avec la mienne, avec son style hyperactif sans pareil (souvent plus de trente billets par jour), il agit aussi comme agrégateur de tout ce qui se dit et de tout ce qui vaux la peine d’être lu dans la sphère idéo-politique américaine. C’est un service d’une grande valeur pour moi qui est intéressé, ouvert et curieux de tout ce qui se dit d’un bout à l’autre du spectre idéologique.

En fait, c’est ce que je trouve le plus frustrant du fait que Louis ne nomme pas le blogueur en question. C’est que j’aimerais bien trouver quelques blogueurs d’ici qui rempliraient la même fonction et celui dont il parle me semble un bon candidat.

Mais là où je trouve qu’il se goure le plus, c’est lorsqu’il souligne ceci:

Pose beaucoup de questions mais possède rarement même l’ébauche d’une réponse. Il pose beaucoup de question, mais il ne cherche pas à y répondre.  Poser une question, ça permet de laisser les autres tenter d’y répondre.  Bref, encore une fois, on prospère sur l’énergie créatrice d’autrui.  Poser une question et émettre ensuite une hypothèse sérieuse basée sur un discours articulé, voilà qui est hors de question pour le blogueur-parasite.

Mes amis, le jour où j’aurai le sentiment d’avoir plus de réponses à vous offrir que de questions à vous poser, sera le jour où j’arrêterai de bloguer et de lire des blogues. Je n’y verrai plus l’intérêt.

Ma motivation principale dans la blogosphère est justement de poser des questions afin de nourrir ma réflexion. Et rien ne la nourrit mieux que les rares fois où j’arrive à poser une question qui provoque une discussion ou qui fait réagir dans les commentaires. C’est à ces moments (aussi rares soit-ils) je trouve que mon blogue a sa raison d’être au delà de l’outil de masturbation intellectuelle personnel qu’il est la plupart du temps.

Cela fait-il de moi un parasite?

Peut-être.

C’est drôle, mais c’est quelque chose que j’ai l’impression de ne croiser que dans notre petite sphère à nous… Il semble que certains de mes compatriotes blogueurs ont une idée plutôt arretée de ce qui constitue ou non un “vrai” blogue… et se donne l’autorité de dicter la formule aux autres et de condamner ceux qui dérogent.

C’est une attitude face à la sphère qui me semble plutôt… dictatoriale.

Mettons les choses au clair: Un blogue est un site Web auquel on ajoute du contenu à intervalle plus ou moins régulier (sans remplacer le contenu précédent) présenté sous forme chronologique inverse.

C’est tout. Rien d’autre.

Il n’y a strictement aucun critère au niveau du contenu qu’on y met. (Ni même, n’en déplaise à mon ami Renart qui insiste souvent là dessus, au niveau de l’interactivité avec le lecteur) Aucune exigence de “Réfléchir, se questionner, philosopher, faire des enquêtes” comme le voudrait Louis. On y met ce qu’on veut (que ce soit des dissertations savantes ou des photos montrant l’evolution quotidienne de l’ongle de son gros orteil) et on attire vers nous ceux que ça interesse, point. Personne n’est forcé de consulter ce qui ne l’interesse pas.

Mais ce n’est pas vraiment l’approche de ce blogueur qui irrite Louis. Si on lit comme il faut, on peut aisément déceler la vraie cause de sa frustration:

Le blogueur en question est plus polulaire que lui.

Pauvre Louis, qu’un agrégateur hyperactif attire plus de monde qu’un penseur profond est tout à fait dans l’ordre des choses, ce me semble. Ils offrent un service différent, l’un est un point de départ pour se rendre aux autres. Il me semble que c’est évident.

La chose qu’il faut comprendre, c’est que l’un ne peut vivre sans l’autre. Sans le penseur, l’agrégateur n’a plus personne vers qui pointer et sans l’aggrégateur champion du réseautage, personne ne trouve le penseur.

Tu me gratte le dos, je te gratte le tiens.

Quoi? Croyais-tu que la sphère serait différente du “monde réel”? Mon pauvre, les deux sont peuplés d’humains.


Billets semblables

2331

12 commentaires sur “Blogues: dictateurs et parasites”


  1. Renart L'éveillé dit:

    Ha ha ha ha ha! Savoureux!

    Pour ce qui est de l’interactivité, il n’y a bien sûr pas d’obligation, mais les blogues font quand même partie des médias sociaux, alors… Si on ne veut pas dialoguer, on publie sur un site statique, en omettant d’ajouter quelque part son adresse de courriel!


  2. Louis Préfontaine dit:

    Réaction intéressante, mais qui ne change rien au noeud du problème: l’aggrégateur vit au dépend du penseur et n’apporte rien de plus que le lien vers celui qui pense.


  3. Philippe David dit:

    Tiens donc, Louis utilise son vrai nom à présent…

    Gageons que je sais à qui Louis fait référence… Mais le blogueur-aggrégateur rend un précieux service à qui veut en profiter: il est une mine d’informations. Tant qu’à moi, si un type hyperactif passe se nuits à dénicher des faits intéressants, même sans les commenter plus qu’il faut, et que ce matériel ne se retrouve pas ailleurs, je crois qu’il rend un fier service aux autres à sa façon.

    Quant à l’argument de Louis, l’aggrégateur rend également service au penseur s’il élargit son audience… Quoique s’il parle du blogueur que je crois, je doute que celui-ci publie quelque pensée de Louis sauf en dérision.

    Louis, tu te prends trop au sérieux. La plupart des blogueurs écrivent pour leur satisfaction personnelle. Si ça s’adonne à plaire aux autres, tant mieux, sinon, tant pis.


  4. Des réponses ou des questions / hyperlier par honnêteté ou parasitage | Paroles d'étudiants dit:

    [...] y aurait une mentalité de “blogueur-agrégateur”, suivant le terme qu’emploi Le Petit Émerillon dans sa critique des propos de Préfontaine. À mon sens, hyperlier, [...] Partager cet article [...]


  5. lutopium dit:

    Réflexions extrêmement pertinentes. Je crois reconnaître le coeur du sujet. Je crois reconnaître un conflit encore ouvert. Mais tu vises en plein dans le mille lorsque tu dis “On y met ce qu’on veut et on attire vers nous ceux que ça interesse, point. Personne n’est forcé de consulter ce qui ne l’interesse pas.”

    Voilà.

    P.S. Heureux de voir que tu as retrouvé un peu de temps pour écrire. Tes récents billets sont vraiment intéressants.


  6. Aigo dit:

    Je suis d’accord avec Alain et Philippe. Faut surtout souligner ce dernier, il n’arrive pas si souvent qu’on soit d’accord, lui et moi.
    L’agrégateur rend un service important en synthétisant l’information disponible, en étant le point de départ des recherches de l’amateur de blogues. Il fait gagner à ce dernier un temps précieux. D’ailleurs, la recherche nécessaire pour composer un petit article contenant plusieurs liens pertinents est nettement plus importante que ce que la longueur du texte laisse supposer.

    Un dernier point: si le nombre d’agrégateurs devient trop nombreux par rapport aux penseurs, le rapport de fréquentation se renversera fatalement. Le lecteur n’a pas besoin de beaucoup d’agrégateurs pour sa navigation. S’il y a beaucoup d’agrégateurs, le nombre total de lecteurs se répartira entre eux. Et s’il y a peu de penseurs, l’ensemble des agrégateurs pointeront plus souvent vers chacun d’entre eux, redirigeant leurs lecteurs vers les mêmes points de convergence.

    C’est un cas comme tant d’autres où la loi de l’offre et la demande fait bien les choses.


  7. BAxT dit:

    T’as écris un long billet pour finalement nous livrer le fond de ta pensée :

    “Le blogueur en question est plus polulaire que lui.”

    Au milieu du teste j’ai regardé ma montre et je me suis dit : elle va finir par un “a suivre”, typique hein…

    Bon alors comme nous a écris un livre de 14 chapitres juste pour dire l’histoire de jalousie à propos d’une pseudo popularité, je vais lui écrire le commentaire le plus long que je peux.

    Je vais y cacher mon opinion, de façon à m’assurer qu’elle le lit au complet.

    Je veux m’assurer qu’elle sache comment ça fait mal au yeux de lire du texte sur fond rouge, avec un tab en bleu juste à côté. On est pas sur un champ de bataille de 1745 ou des corps en bleu servais de gazon pour ceux en rouge.

    Facque comme il me reste encore cinq minutes avant de pogner une de la corne à force de gratter mon clavier, et parce qu’il ne me reste plus de cure dents (je l’ai bouffé tel un castor qui se trouve sur presque tout nos foutue cinq cents), je vais simplement conclure.

    Comme je le disais, j’ai caché mon opinion. Maintenant je dois aller uriner. Non mais tsé, 25 minutes à lire un article pour comprendre que madame trouve monsieur jaloux.

    J’aimerais bien savoir si elle était à la cuisine et lui au salon du même trois et demi lorsqu’elle à écrit ce billet.

    Et puis dans le fond, je m’en fou éperdument.

    Bon apétit, du porc espagnol du mexique avec 15,000 éleveurs qui viendront couvé icite dans mon asiate.


  8. Alain B. dit:

    @BAxT

    Désolé de t’avoir fait tant souffrir… mais comme mon billet s’efforce à exprimer (pendant qu’il cache ma réelle opinion):

    Personne ne t’a tordu le bras.

    Euh… ceci dit, quelques trucs me laissent perplexes:

    Fond rouge? Quel fureteur utilises-tu?

    et surtout… Elle?… Madame?

    Huh?


  9. BAxT dit:

    Ben Emerillon, ça semble féminin.

    Oui ton blogue a 2 couleurs, du rouge et du bleu. C’est ma première fois ici. Testé sur 3 browser.

    Et ton article semblait très intéressant. Mais je n’ai pas pu le lire en totalité, j’avais mal aux yeux.

    Tout comme maintenant, en écrivant ce commentaire (les yeux fermés).

    Voila, j’aimerais peut-être lire tes articles, mais à cause des couleurs je sais trop pourquoi, je ne sais pas si je viens de me trouver une maladie des yeux, mais je ne peux regardé mon écran plus de quelques secondes…c’est comme si je regardais le soleil, une lumière, etc…


  10. Des réponses ou des questions / hyperlier par honnêteté ou parasitage | Réflexions et recherches de Simon Dor dit:

    [...] y aurait une mentalité de “blogueur-agrégateur”, suivant le terme qu’emploi Le Petit Émerillon dans sa critique des propos de Préfontaine. À mon sens, hyperlier, c’est une forme de respect envers l’information, d’une [...]


  11. echodupeuple dit:

    groupe… vous êtes si drôle…
    lachez pas.
    toute uns histoire…


  12. BAxT dit:

    Est-ce que l’auteur de l’echo du peuple = l’auteur de l’émerillon ?

    Ah oui en passant, les couleurs, c’est beaucoup mieux maintenant, bravo pour les changements ;)

Dites ce que vous pensez: