Archives du mois de February 2009

2009/02/27 17:33

Aaah… Schatenfreude*

Ces derniers temps, deux choses m’ont fait rager et tempester. D’un côté les dangereux lunatiques à la Patrick Bourgeois et de l’autre, les trousduc pompeux à la National Post.

Mais je découvre qu’il y a une belle symétrie dans l’univers. Après que l’irresponsable chantage de Patrick Bourgeois lui ait couté les revenus de pub du PQ dans sa publication Le Québécois. Voici que j’apprend que la maison mère de l’arrogant et incendiaire National Post, CanWest est dans le trou et risque de ne pas survivre à la crise… ce qui remet possiblement l’avenir du Post, tel qu’il existe aujourd’hui, en question.

Aaah… Sweet, sweet Schatenfreude.

* Voir le dernier hyperlien.


Billets similaires

2009/02/27 16:38

Parce que c’est vendredi

Reggie Watts, maître du loop. Y a-t-il des limites au talent humain?


Reggie Watts: Lost in the Options.

C’est des trucs comme ça qui font que je suis en amour avec l’humanité.

Trouvé chez Sullivan


Billets similaires

2009/02/27 16:11

Le politicien idéal?

Alexis St-Gelais pose un défi intéressant à ses lecteurs et compatriotes blogueurs: Décrire dans l’abstrait ce que l’on aimerait voir dans “le politicien idéal”.

Je ne sais pas si j’en suis capable… ma nature est d’être plus indulgent que la moyenne envers les gens qui ont la courage et la démence de se placer au centre du pouvoir. En grande partie parce que même si je sais ce que j’aimerais qu’ils fassent lorsque je les observe de l’extérieur, je suis empli d’un sens que si j’étais réellement à leur place… avec les mêmes pressions et tiraillements qu’ils vivent… mon opinion serait loin d’être aussi claire et tranchée et je ne sais sincèrement pas si je serais capable de faire mieux à leur place.

Je suis fasciné par la poursuite et l’exercice du pouvoir… et par ceux qui s’y adonnent… car je ne comprend pas pourquoi on voudrait se placer dans une situation aussi inexorablement tragique. Je sais seulement que je n’ai aucun désir d’être à leur place.

Cependant, je serai très curieux de lire vos idées à ce sujet alors je vous invite à faire un tour sur son blogue et à vous y exprimer.


Billets similaires

2009/02/26 13:41

La fin de la diversité intellectuelle en politique?

Facal rend hommage à Mario Dumont et se désole de la possible disparition de l’ADQ (et des idées qu’il défend) de notre paysage politique:

Les idiots qui se réjouissent du possible retour au bipartisme traditionnel n’en mesurent pas les effets pervers. Nous aurons maintenant le choix entre un PLQ plus canadien que québécois, et un PQ qui, jusqu’à preuve du contraire, a vingt ans de retard sur les sociaux-démocrates européens et dont le souverainisme lui fait croire que cela le dispense d’être nationaliste.

Les italiques sont de moi.


Billets similaires

2009/02/26 11:32

Vive le National Post libre!

Pat Lagacé se prononce sur l’éditorial du Post de mardi dernier dans sa chronique d’aujourd’hui… Il couvre, en gros, plusieurs des mêmes idées que j’ai lancées dans ma réplique au même édito que j’adressais au canadiens-anglais dans leur langue hier.

C’est presque flatteur…

Moi:

Wow. Are they serious? Do they not get what a hard-line separatist’s wet dream this sounds like?

Pat:

L’innovation? C’est que cette ligne dure, cette politique de «tough-love», dixit l’éditorial, c’est le rêve mouillé des souverainistes !

Comme lui, j’ai moi aussi accroché sur le terme “appeasement”… mais j’en avais déjà assez à dire dans mon billet, alors je suis content que Pat souligne la mauvaise foi patante derrière ce choix de mots (délibéré, j’en suis certain) du Post.

Mais la “Money Quote”, comme dirait Sullivan:

Mme Marois a ordonné à ses députés de cesser d’acheter de l’espace dans le journal Le Québécois, pour cause de supposée incitation à la violence de son patron, Patrick Bourgeois. Mme Marois devrait ordonner que les 10 000 $ ainsi économisés soient investis par le PQ dans le National Post. Ça urge. Le Post est une voix essentielle pour la souveraineté. Un allié objectif, même.

Hé hé… Bonne idée.


Billets similaires

2009/02/25 23:59

Question (probablement) stupide

Je vais probablement étaler l’étendu de mon illettrisme économique, mais je regardais le tableau dans mon dernier billet et je me suis mis à avoir le raisonnement suivant:

Mettons que la Caisse commence avec 100$ en 2004, avec un rendement de 14,7% en 2005, ça fait 114,70$. Puis, si on ajoute 14,6% en 2006, on obtient 131,45$. Le 5,6% de 2007 nous donne 138,81$. On arrive au débacle de 2008 et retombe à 104,11$. Donc vu sur une période de quatre ans, le “bas de laine de québécois” a quand-même crû (du verbe croître) de 4,1%. Ok, c’est pas fort, mais est-ce qu’on a vraiment “perdu” de l’argent?

Ajout: Je sais que l’économie a crû de plus que 4,1% en quatre ans mais si on suppose une croissance moyenne de 2% par an, un 100$ en 2004 devient 108,24$ en 2008. Ok, c’est mieux que le rendement de la Caisse, mais pas de beaucoup. Me semble que ça doit pas être si dûr à rattrapper.


Billets similaires

2009/02/25 23:32

Tableau du jour


Billets similaires

2009/02/25 16:33

Mario Dumont ne retournera pas à la politique?

Faites moi rire.

Selon la Presse Canadienne:

MONTREAL — L’ex-politicien Mario Dumont animera une émission quotidienne d’affaires publiques sur les ondes du réseau de télévision TQS à compter de septembre prochain. En parallèle, il agira comme conseiller au développement stratégique chez TQS et cela tout de suite après la semaine de relâche scolaire.

L’émission portant le titre de “Dumont 360″ sera produite par La Presse Télé pour être diffusée en fin d’après-midi ou en début de soirée. Sa durée n’a pas encore été arrêtée. On hésite entre les formats de 30 et 60 minutes.

L’ex-chef de l’Action démocratique du Québec (ADQ) abordera un thème d’actualité par émission et en fera le tour à l’aide de reportages, d’entrevues avec des citoyens et avec la participation des divers acteurs de l’actualité, dont d’anciens adversaires politiques.

Il ne s’attend toutefois pas à ce que ces derniers se bousculent aux portes au cours des premières semaines. Il prévoit qu’ils attendront de voir comment ça se passe sur le plateau.

Ainsi à l’âge de 38 ans et après 18 années en politique, dont 15 à la direction de l’Action démocratique du Québec, Mario Dumont se retrouvera de l’autre côté de la clôture, celui qui pose des questions.

Son mandat à la présidence de l’Action démocratique du Québec et celui de député de la circonscription de Rivière-du-Loup prendront officiellement fin le 6 mars prochain.

Du coup, sa petite famille laissera sa résidence de Cacouna, dans le Bas-Saint-Laurent, pour s’établir dans la région de Montréal. La recherche d’une maison se fera à compter de jeudi.

“Dumont 360″? Pfff… même pas foutu d’être original.


Billets similaires

2009/02/25 16:14

Citation du jour

“I would ask Northern No Trust: If you’re totally solvent, why are you taking my tax dollars? If you’re not totally solvent, why are you giving my tax dollars to Sheryl Crow?” -Maureen Dowd, The New York Times


Billets similaires

2009/02/25 10:53

Exposing the National Post’s blatant partisan bias

Paul Wells s’en charge.


Billets similaires

2009/02/25 10:26

You learn something every day

Je viens tout juste de découvrir / m’appercevoir qu’au Canada, dans la tradition anglo-britannique, on ne met pas des Majuscules Sur Tous les Mots Clés d’un Titre… Seul les américains font cela. Enfin! Fini de me demander à chaque fois que je pond un titre dans la langue de Shakepeare quel mot mérite une majuscule ou pas. Je me sens libéré.

God save the Queen!

 ;)


Billets similaires

2009/02/25 09:54

Please, oh please, Mr Harper, take the Post’s advice

I blog mostly in French for a French audience, but in this post, I want to address English-Canadians and given that Canadian bilingualism is a sham (the only bilingual Canadians are French-Canadians), I take this opportunity to express myself in Canada’s only de facto official language. Here goes:

I can hardly believe this.

The day after I finally get around to ripping on the thugs who succeeded in derailing plans to celebrate the 250th anniversary of the Battle of the Plains of Abraham, I have to come across this incindiary editorial by The National Post via Chantal Hébert’s excellent blog. Title: Tell Quebec where to get off.

Lovely.

The editorial starts off listing a few battle re-enactment traditions around the world in which the historical “losers” gladly and enthusiastically take part without feeling slighted (Gettysburg, Waterloo and Hastings). It then goes on to say: “It’s too bad Quebec’s nationalists lack such maturity”.

Ok. I actually said something similar in my piece yesterday condemning our own outrage merchants and political pyromaniacs who managed to derail debate about the re-enactment… The thing is that, as a Québec nationalist, I’m allowed to say that. The Post, as a national publication with a tradition of calling for “putting Quebec in its place” and, I presume, with a stake in national unity, isn’t. Sure it’s unfair. Yes, it’s a double standard, but conservative minded folks of all people should understand that life ain’t fair and that the weight of history counts for something. One may hold the legitimate opinion that African-Americans need to get over slavery and Jim Crow now that these things have been eradicated… But you don’t have to be a genius to figure out that if your name is Strom Thurman, walking into a black church and saying it to the congregants’ faces is going to be… well, counter-productive.

And in any case, there are significant differences between the cases cited by the Post and ours. In the case of Waterloo, those who still identify with the losing side don’t also feel that they still have outstanding issues that remain to be resolved with the “winners”. France, rightly, doesn’t feel like England wants to run its affairs or that whenever they have to take a joint decision, England always gets its way. And besides, at Waterloo, the losers were the invaders… it’s easy to be gracious about re-enacting a battle in which your side were the “bad guys” (by today’s standards) that get beaten back. As for Hastings, that was like 1,000 years ago. No one identifies with either side anymore… they’re all Brits now. Maybe when you guys all learn to speak French we can get to that point… but we still have quite a ways to go, n’est-ce pas? Gettysburg is a bit different; many Southerners still feel resentful of the North’s victory. But do you really think you have to go very far in the South to find a south-shall-rise-again type who takes offence at these re-enactments? The difference is they’re not given the platform to express their vues that we give our own wingnuts. (It helps that Northern publications are careful not to tar all proud Southerners as sharing the views of their extremists the way the Post does with Québec “nationalists”)

[BTW English-Canada, you should understand that almost all French-speaking folk in Québec consider themselves "nationalists" even the federalist ones... so when you say "Quebec nationalists", it's pretty much the same as saying "French-speaking Quebecers"]

Oh, and while we’re on the subject of famous battles we can use to compare this with, ever hear of a re-enactment of Wounded Knee?

Now if it was just that, it wouldn’t be a big deal. It’s what follows that really gets my goat:

It was not the only time in recent months, of course, that Quebec had stomped its collective foot and spineless federal politicians had trembled. During last fall’s federal election, Quebecers’ overreaction to a joke by Prime Minister Stephen Harper about cuts to arts funding caused the Tories to promise to restore the grants — some $47-million — if only Quebec voters would support them. They didn’t, but the grant monies were reinstated anyway.

This is really insulting. I can’t decide whether it reflects a willful ignorance of the facts or a deep-seated bigotry towards Québec. (Probably both: a willful ignorance of the facts caused by a deep-seated bigotry towards Québec) The Post would have you believe that we are so over-sensitive that a mere joke, a flippant comment by the PM about cuts to cultural funding, would provoke an irreversible decline in our support for the conservative party. Because, of course, had the PM held his tongue, we would have happily swallowed these cuts, n’est-ce pas? Ottawa can make all the cuts it wants to the promotion of French culture, Quebecers won’t mind as long as no one jokes about it. I mean, you guys know we’re that dumb and unsophisticated, right? Well, the Post sure seems to think so:

Yet one off-the-mark quip about artists’ propensity for pleading poverty while attending gala dinners — a quip Quebecers mistakenly perceived as a slight against their culture– and all of Mr. Harper’s efforts to built bridges with Quebec voters vanished in a puff of smoke.

For the record, the cuts were announced and defended by then Heritage Minister Josée Verner and it was her own utterly inept handling of the situation that provoked all the outrage. Harper’s comment was a side story. And by the time Verner turned around and promised to reinstate the programs (a promise conspicuously not repeated by Harper), she had already lost what shreds of credibility she’d had to begin with (not much) and was not believed. With good reason: To this day, the cut programs have very much NOT been reinstated. The Post lies in this respect.

Of course, if more of you folks actually spoke (or even understood) French and paid attention to our side of Canada’s equation (the way we do to yours), you’d know all this and the Post wouldn’t dare print such dishonest drivel. But you don’t and that’s a huge part of the problem.

The editorial goes on:

The current PM, Stephen Harper, has even declared the Quebecois a nation within a nation — as close are they are ever likely to come to a declaration of special constitutional status — and given the provincial government something of an official presence at international summits of French-speaking nations.

(Emphasis mine)

Uh… you guys are aware the we still haven’t signed the constitution, right? That even our federalists can’t bring themselves to support signing it without some kind of “declaration of special constitutional status” added to it. The goodwill Quebecers showed Harper and the Conservatives on this issue was premised on the possibility (vaguely held-out by Harper) that the “Quebecois nation declaration” would mean something… that it could be fleshed out and built upon. The goodwill started evaporating long before last election as it became more and more apparent that (as the Post confirms here) this was “as close as we were ever likely to get” from Harper Conservatives and could expect no more… except lip service.

***

Ok, so far the editorial has only managed to get my blood pressure up as a “Quebec nationalist” by portraying Quebecers as silly, vain, chip-on-our-shoulder types who throw hissy fits at the first sign of a percieved insult. Fair game and par for the course, I guess (A few of us actually do behave that way). And it’s what National Post readers expect and enjoy about their paper, I imagine. You know, being told how the problem is with everybody else but you. I like my paper to do the same (not). But the next part is where my outrage gradually turns to disbelief, bewilderment and, for lack of an emotion appropriate to the boneheaded logic of what I’m reading, hysterical laughter.

First:

Since October’s national campaign, Conservative support in Quebec has nearly halved. Where eights months ago the Tories rivalled the Bloc Quebecois for first place in popular support, now they stand at third or even fourth in most polls. Last week, a CROP poll found the Tories with 16% support — equal to that of the NDP — and Mr. Harper’s personal popularity below 20%.

That means the Prime Minister and Cabinet can do the right thing without risking their popularity: They have none.

All true enough… but how do you get from that to this?

Enough of the decades of appeasement; it’s time for Ottawa to adopt a tough-love attitude toward Quebec. And who better to do that then Mr. Harper and his Tories? They’ve got nothing to lose.

They can start by reinstating the Plains of Abraham re-enactment and, if need be, providing federal security for the event.

And then the kicker:

Let’s also take away the Quebec chair at the Francophonie.

Wow. Are they serious? Do they not get what a hard-line separatist’s wet dream this sounds like? The title of this post refers to what I imagine separatists who desperately pine for a way to return support for Quebec sovereignty to its post-Meech, pre-Charlottetown levels would think when they read this. Because, folks, if Harper and the Conservatives follow this course of action, it will drive moderate nationalists like yours truly right into the arms of the hard-liners.

Obviously, the National Post is more concerned with the fortunes of the Conservative Party of Canada than with Canada itself. What do Conservatives have to lose with this “tough love” approach, they ask? How about the country. Hmm… unless that’s the plan, maybe they got a hold of my tongue-in-cheek advice from December’s constitutional crisis and decided to take it seriously.

***

I’m so sick of this.

On the one side I have a bunch of pompous assholes who refuse to accept my sense of national identity as a legitimate expression of what it means to be Canadian. Who insist on imposing upon me and my fellow French-speakers a constitutional regime that won’t recognize the central role our nation plays in defining the soul of this country and that as such it requires constitutional tools to help it flourish.

And on the other side, I have these insecure rabid lunatics motivated by fear and hatred who insist on purging my culture and history of all things “canadian” because they think it’s the only way this construct they came up with in the sixties called the “Québec nation” can ever stand on its own and who consider me some sort of traitor for not being passionate about their dream of separating Quebec from Canada.

Each side blames the other for its troubles.

Pfff…

Well, I say: A pox on both your houses! I’m moving to Vermont. I hear it’s all about “hope” and “a spirit of cooperation” over there these days.

Check out also: Tell the National Post where to get off by Adam Radwanski


Billets similaires

2009/02/24 13:12

Citation du jour II

“Quelqu’un se souvient-il de la dernière fois que Stephen Harper a donné une entrevue sérieuse à une femme?” –Chantal Hébert

Très bonne question.


Billets similaires

2009/02/24 10:27

Citation du jour

“Enough of the decades of appeasement; it’s time for Ottawa to adopt a tough-love attitude toward Quebec. And who better to do that then [sic] Mr. Harper and his Tories? They’ve got nothing to lose.” -The National Post

…except what little unity still holds this country together.

Mon esprit bouille… Je crois que j’en aurai plus à dire sous peu.


Billets similaires

2009/02/23 18:26

Patrick Bourgeois et les « ennemis » du Québec

Mon obsession courante à approfondir ma compréhension de la crise économique mondiale (qui provoque une remise en question de certaines des premisses idéologiques qui, jusqu’ici, sous-tendaient ma pensée) a fait en sorte que je n’ai suivi la controverse autour de la reconstitution de la bataille des plaines d’Abraham que d’une oreille lointaine et distraite… Malgré le fait qu’il s’agit là d’un sujet taillé sur mesure pour l’obsession identitaire qui anime ce blogue.

Je n’ai pas eu pris l’opportunité de me pencher en détail sur la teneur et le ton des activités originalement proposées par l’organisme fédéral en question pour souligner l’événement et je peux concevoir qu’il y ait eu matière à …protester. Mais je dois dire qu’à prime à bord, en tant que fier descendant de ceux qui ont perdu cette bataille charnière dans l’histoire de ma nation, je n’avais aucun problème à ce que l’évenement soit largement souligné et sobrement célébré… et que j’aimais bien l’idée qu’une reconstitution de la bataille fasse partie du concept. Selon moi, il était tout à fait concevable d’organiser cet événement d’une façon à souligner l’extraordinaire tenacité, fierté et maturité de ce peuple qui, malgré cette défaite, ne s’est jamais laissé abattre par un empire qui voulait l’assimiler, mais qui plutôt, à force de sueur, de sacrifice, de révoltes, de stratagems et d’alliances a réussi à faire sa place en Amérique tout en jouant un rôle non négligeable dans la réforme de cet empire vers une démocratie parlementaire pour ensuite faire de son territoire un des endroits où il fait le plus bon vivre sur notre planète (malgré ses foutus hivers).

Mais voilà. Ça c’est moi. Et moi, je suis fier de mon histoire… et du travail acharné de mes ancêtres pour mettre en place l’extraordinaire société dans laquelle j’ai le privilège d’évoluer. Certains de mes compatriotes semble-t-il, ne partagent pas ma fierté. Ceux-là ont honte de notre histoire… ils se conçoivent comme issus d’un peuple de perdants, de victimes éternelles… Selon cette conception, la fierté est impossible car elle implique une vision de ses ancêtres comme des êtres lâches qui n’ont jamais su et ne savent toujours pas “se tenir debout”. Pas étonnant donc, lorsqu’on a si peu d’estime pour ses origines, que là où l’on devrait retrouver fierté et optimisme, on ne retrouve que haine et mépris envers sa collectivité (et, je ne peux m’empêcher de penser, envers soi-même).

Car c’est bien ce que je retiens en lisant cette attristante sortie de Patrick Bourgeois, écrite il y a trois semaines, alors que tout semblait indiquer qu’on irait de l’avant avec l’événement tel que proposé. Je suis tombé dessus hier alors que je frayais chez Vincent Geloso, mon jeune prophète de la droite libérale préféré, dans un excellent texte où il s’y attaque.

Je retiens que derrière la haine et le désir de vindication envers cette force mystérieuse et amorphe qui soi-disant nous opprime (Les Anglais? Le Canada? Le fédéral? Le néo-libéralisme? …c’est dûr à déterminer contre qui ou quoi Patrick nous enjoint de “résister”) se cache une haine à peine dissimulée pour son propre peuple.

Deux choses me frappe en parcourant la suite de mots qui forment ce fiel.

Tout d’abord je trouve cet extrait particulièrement révélateur:

Même un enfant de 10 ans pourrait saisir toute l’épaisserie qu’il y a à remuer des fers dans les plaies du peuple québécois qui ne sont pas encore cicatrisées…

Vraiment? Je ne sais pas pour vous chers lecteurs, mais moi, je n’ai pas du tout le sentiment d’être issu d’un peuple qui souffre de plaies ouvertes… un pauvre peuple meurtri qui ne pourra jamais avancer tant que ses plaies ne sont pas guéries? Quelle image triste et méprisante de sa société faut-il avoir pour se rendre là. Quelle terrible insulte à ceux qui sont venus avant nous et qui ont tant oeuvré pour préserver notre identité collective et pour bâtir la société stable et prospère dont nous jouissons aujourd’hui. Le simple fait que nous soyons encore à débattre du sens de la bataille des plaines dans la langue de ceux qui l’ont “perdue” est un testament à la grande force de ce peuple, à sa capacité de passer outre les cicatrices du passé pour s’attarder à la tâche beaucoup plus importante de consolider l’avenir. En cela, je maintiens qu’il est juste et approprié de marquer et même de “célébrer” notre “défaite” aux plaines d’Abraham. Pfff… “les plaies du peuple québécois qui ne sont pas encore cicatrisées”… non, mais… parle pour toi, mauviette.

Mais la chose que je retiens le plus, celle qui me fait dire que l’objet principal de la haine exprimé par Patrick Bourgeois n’est nul autre que ce peuple québécois qu’il prétend vouloir “libérer”… c’est la “liste d’ennemis” dressée par son billet.

Voyons donc voir exactement à qui Patrick s’en prend. Qui sont ces gens qui empêchent le Québec de “se réaliser” et contre qui il faut “combattre”?

Tout d’abord, il y a toute personne qui défend la reconstitution. Etant donné ce que j’ai écris plus haut, je me rend à l’évidence que cela m’inclut. Je commence donc ma liste, dans un élan d’égocentrisme, en y mettant mon nom. Ensuite, si je poursuis la lecture du billet, j’y dégage les noms suivants:

Éric Caire
Robert Deschamps
Mario Dumont
le maire Labeaume
Josée Verner
CHOI 98,1 FM
Sylvain Bouchard
Martin Pouliot
Gesca
André Pratte
Et bien sûr… Paul Desmarais 

Il y a certes des individus dans cette liste que je ne tiens pas en haute estime (voir ici). Mais ce qui me frappe surtout (outre le danger des petits inquisiteurs qui s’amusent à dresser des “listes d’ennemis”), c’est que si je suis le raisonnement la suite de mots de Patrick, les forces et individus qui oppriment le Québec et l’empêchent de s’épanouir sont tous …québécois.

Le combat de Patrick Bourgeois et ses associés n’est donc pas contre les “vainqueurs” de la bataille des plaines d’Abraham et leurs descendants… (ceux là se foutent bien de nous de toutes façons et ont cessé de nous “opprimer” depuis belle lurette) mais contre ceux de son propre peuple qui refusent de faire du résultat de cette bataille une raison de s’appitoyer sur notre sort collectif. Contre ceux qui interprètent cette bataille comme symbolique de la force du caractère québécois: un peuple qui ne se laisse pas abattre par la défaite… qui au lendemain, se relève les manches et se défriche un avenir avec les moyens du bord… et qui réussit.

Un jour, il faudra bien se rendre compte que le projet des purzédurs n’est pas de libérer le Québec du Canada, c’est de purger le Québec des québécois qui refusent d’avoir honte de leur ancêtres canadiens-français. Selon moi, l’aboutissement ultime de la logique derrière leur démarche ne peut que déboucher sur quelque chose qui ressemble à une guerre civile entre québécois… 

Oui. Je sais, c’est fort. Mais je les trouve dangereux à ce point là.

Voir aussi:

Luc Picard, un souverainiste qui a compris

Les patriotes ne sont pas morts pour la “nation québécoise”

Le nationalisme québécois cache-t-il un complexe de colonisé?

“Québécois d’origine canadienne-française”


Billets similaires

2009/02/23 15:28

Comment gagner un Oscar selon Kate Winslet

Hé hé!


Billets similaires

2009/02/23 14:30

Pensée du jour

Toute personne à nos côtés nous est supérieure parce qu’elle nous est différente et qu’elle a quelque chose que nous n’avons pas.

-Carmen Gravel, La Tribune.


Billets similaires

2009/02/20 14:57

I have seen Big Brother and He is Us…

Même les secrets d’état ne peuvent plus résister à l’infinie puissance qu’est…

Google Earth!

Welcome to the Information Age… Got a secret? Not for long.


Billets similaires

2009/02/04 15:25

L’image de la semaine

…est chez L’équilibriste.


Billets similaires

2009/02/04 10:19

Pauvre droite III: problèmes techniques

Leur site de référencement, droitiste.com de Guillaume Sirois, semble avoir été identifié par Google comme site malicieux. Ça fait quelques sites portant cette bannière que j’essaie de visiter de ce coté de la sphère pour me retrouver systématiquement confronté à ceci:

Je leur conseille de régler ce problème au PC! Sans quoi… les gens pourraient se mettre à croire que la droite est nocive pour la santé… de nos ordinateurs.

Ajout: Le “diagnostique” de Google semble dire que le site est sans danger et ne donne aucune bonne raison pour l’alerte… mais quand-même… c’est poche pour le “branding” de droitiste.com… pauvre droite.


Billets similaires