2009/01/28 12:13

Pauvre droite II

Martin Masse constate à son tour que son idéologie est maintenant orpheline à Ottawa. (We are all keynesians now)

Quelques extraits:

Bon, c’est maintenant officiel: il n’y a plus que des partis socialistes, corporatistes, dirigistes (utilisez votre terme favori) au Canada, c’est-à-dire des partis qui considèrent que l’État doit planifier le développement économique et contrôler les décisions économiques des individus et des entreprises.

[...]

Ce gouvernement n’a plus aucune crédibilité. Stephen Harper, qui a déjà cru dans la liberté individuelle et le libre marché, vient de démontrer qu’il est prêt à faire n’importe quoi, y compris abandonner les quelques principes qui lui restent, pour s’accrocher au pouvoir.

[...]

Ce que cela démontre encore une fois, c’est qu’on ne fait rien avancer en optant toujours pour «la moins pire» des solutions, en taisant ses principes, en faisant constamment des compromis, en s’entourant d’opportunistes qui ne partagent pas nos convictions mais sont utiles pour atteindre et garder le pouvoir.

Holding on to power’s a real bitch, ain’t it? Better to just stand outside and complain. It gives one so much freedom… but without the annoying burdens of responsibility that come from having to deal with reality.


Billets semblables

2046

2 commentaires sur “Pauvre droite II”


  1. Aigo dit:

    bah! ils s’excitent pour rien. Harper aurait pu choisir de se faire renverser… pour arriver au même résultat? pas sérieux.

    Anyway, faudra leur dire que ce gouvernement est minoritaire, ce qui signifie que la population a voté pour les compromis. Y’en a qui auraient avantage à s’interroger sérieusement sur le sens du mot “démocratie”.


  2. Alain B. dit:

    En effet… mais les idéologues savent comme le monde doit être. Ils n’ont rien à faire de l’opinion des autres si elle ne s’accorde pas à la leur… qu’importe que les opinions discordantes soit répandues, même majoritaires, lorsqu’on possède la vérité?

Dites ce que vous pensez: