2008/11/06 11:56

Qu’arriverait-il à un “Obama québécois”?

Alexis St-Gelais pose la question et se désole de l’état de notre politique:

Dès qu’un “Obama” arriverait en nous promettant du changement, voici ce qui se produirait. On lui demanderait d’abord de se prononcer sur notre question nationale. S’il le fait, il vient de s’aliéner entre 40% et 60% de l’électorat. S’il ne le fait pas, prétextant que son projet vise le développement du Québec et est neutre sur ce sujet, on le traite de lunatique et on l’écarte du débat.

Voilà qui relève d’une certaine vérité… Mais je crois aussi qu’on a tort de se croire si différent de nos voisins. Les conjonctures dont Alexis se désole ont aussi court à leur façon au États-Unis en temps normal…

J’ai bien dit: en temps normal. Les circonstances exceptionnelles qui ont permis l’entrée en scène d’un Obama n’auraient jamais été en place sans l’extraordinaire fiasco que fut le règne de l’administration Bush.

Ne désespère pas Alexis, un Obama (et le type de message qu’il porte) est aussi possible chez nous… Tout ce que ça prend, c’est huit années de gouvernance d’une incompétence sans précédent qui trahit tout un pan de valeurs par lesquelles nous nous définissons collectivement. Facile, non?

Seulement, est-ce un prix que nous voulons payer?


Billets semblables

1715

4 commentaires sur “Qu’arriverait-il à un “Obama québécois”?”


  1. L'ADQ dit:

    “Seulement, est-ce un prix que nous voulons payer?”

    Poser la question, c’est y répondre…


  2. Alexis St-Gelais dit:

    Ce n’est pas totalement faux. La Révolution Tranquille s’est après tout produite après que Duplessis ait retenu le couvercle de la marmite québécoise en ébullition pendant 15 ans…


  3. Gilles Laplante dit:

    Ça fait longtemps qu’on a dépassé le huit ans et toujours pas de Messie en vue.


  4. L'ADQ dit:

    Euh, quel 8 ans Gilles?

    Cela dit belle réflexion de cet Alexis, je pense que j’irai faire un tour sur son blogue plus souvent, c’est quand même plutôt vrai comme remarque. En le disant, il admet quand même et c’est rare pour un libéral, que la question nationale n’est donc toujours pas réglé et encore problématique! En tout cas, à mon humble avis ;)…

Dites ce que vous pensez: