2008/09/02

Le dernier républicain

Je me suis tapé le “spectacle” républicain ce soir et plus tôt, on nous a présenté un hommage au 41e président des États-Unis: George H. W. Bush…

Tsé, Le père de l’autre?

Cela m’a rappelé que voilà le dernier candidat républicain que j’ai appuyé et un président pour lequel j’ai eu à l’époque (et j’ai toujours) énormément d’admiration.

Clinton n’était pas si pire, (et Reagan, à certains niveaux, était visionnaire et brillant) mais la gestion du dossier des affaires étrangères par l’administration Bush 41 demeure, selon moi, l’idéal à atteindre, autant pour les démocrates que les républicains, en termes de prudence, de sagesse et d’attention à l’objectif le plus crucial pour la paix et la prospérité mondiale: La stabilité.

Au départ, Reagan était perçu comme un “révolutionnaire” au sein du parti, l’héritier d’un mouvement démarré par Goldwater dans lequel il a aussi réuni les religieux opposés aux actions intrusives du gouvernement fédéral au nom de la laïcité qui dans les années 70, avaient atteint des proportions absurdes. Il a choisi Bush comme co-listier pour satisfaire le vieil establishment… ce qu’on appeleait autrefois les “good government republicans”… une espèce plus raisonnable et centriste. L’Histoire nous dit du bilan de Bush41 à la présidence que sa vision des affaires étrangères ne fut égalé que par sa myopie pour les affaires domestiques. Et je le croyais à l’époque… j’ai appuyé Perrot… puis Clinton… mais avec le recul, je réalise que ce n’était pas lui, c’était son parti. Son parti qui ne lui a jamais pardonné d’avoir agit responsablement face au déficits grandissants en brisant sa promesse de ne pas augmenter les impôts. Son parti qui avec ses exigences déraisonnables l’empêchait de présenter une vision cohérente de l’agenda domestique.

Je me souviens que j’étais content de voir qu’on était géné de la faction religieuse de la base à la convention de ‘88… Et je me souviens combien j’étais dégouté de voir à quel point cette même faction était triomphante et dominait l’agenda de celle de ‘92. (J’étais, à l’époque, beaucoup moins ouvert à la religion que je le suis aujourd’hui). Je dirais que c’est à ce moment que le G.O.P. est devenu officiellement le P.O.G. (Party Of God). Un parti qui dévore tout ceux qui ne se plient pas aux exigences de foi de la base et qui les force à être autre qu’ils sont.

Ils l’ont fait à Bush père… Ils l’ont fait à Dole…

Et maintenant, ils ont fait la même chose à McCain.



Billets semblables

1082

2 commentaires sur “Le dernier républicain”


  1. Tym Machine dit:

    Vous savez ce qui me fascine dans cette campagne actuelle? C’est qu’au début Obama était le candidat de la gauche et même de la go-gauche. Maintenant plus ça avance et plus les chances du candidat démocrate augmente, il devient de plus en plus pareil à John McCain dans ses propos et dans ses positions.

    Obama est un flip-floper et un opportuniste mais tout un orateur charismatique. Il est certainement de la trempe des présidents de type rock star comme John F Kennedy et Bill Clinton. C’est pourquoi que bien entouré, je n’ai plus aussi peur d’Obama que j’avais peur de lui 4 mois passés. Car on aura beau dire ce qu’on voudra sur la pseudo-puissance suprême du président des États-Unis, il reste qu’à moins d’être un génie machiavélique comme Hitler et Staline l’ont été à une certaine époque, il est quasiment impossible en tant que président de franchir toutes les étapes du processus démocratique pour faire toute sorte de conneries et propulser l’Amérique sur le bord du chaos.

    Obama sera là pour faire des beaux discours pour émouvoir le monde tandis que les conseillers d’Obama (la gang à Clinton) dirigeront les USA bien entouré d’une forte délégation républicaine qui tiendra Obama en laisse comme ils ont fait avec Bill Clinton (rappelons-nous du scandale de Monica Lewinsky).


  2. Un jour à la fois » Le mystère et l’énigme Palin dit:

    [...] comme colistière du candidat républicain John McCain. Elle sera donc en cas de victoire du camp républicain la première vice présidente à vie des États Unis [...]

Dites ce que vous pensez: