Archives du 7 September 2008

2008/09/07 17:16

À vos marques, prêts… Canada!

Élections fédérales à Montréal
Légende: Ahuntsic = 2, Jeanne-Le Ber = 24, Outremont = 47, Papineau = 48

Ça y est. On est en élection.

Quelques prédictions

Quoiqu’il arrive aux libéraux de Stéphane Dion, à qui plusieurs prédisent une autre raclée, on peut être assez assuré que sur l’île de Montréal, ils feront un gain de deux à quatre sièges.

La colère des commandites s’étant estompée, le Bloc n’arrivera pas à conserver Ahuntsic et Papineau, (Oh oui, les amis, le petit Justin s’en va nous “représenter” à Ottawa) …et je ne donne pas cher de leur emprise sur Jeanne-Le Ber non plus. Quoique dans ce dernier cas, un certain potentiel conservateur vient brouiller les cartes.

Mais le comté le plus intérressant de l’île, le plus difficile à prédire… sera le mien: Outremont.

La grande question: Mulcair et le NPD réussiront-ils à conserver le comté?

Je soupçonne que l’état plutôt moribond de la “question nationale” sur la scène fédérale fera en sorte qu’il n’aura pas trop de difficulté à retenir le vote bloquiste qui l’a élu à la partielle de l’an dernier. Mais la question plus cruciale est celle-ci: Où ira ce vote traditionellement fidèle aux libéraux qui, faché de certains écrits pro-palestiniens du dernier candidat de ce parti, l’a boudé en restant à la maison cette journée-là? Retourneront-ils au bercail? …Ou auront-ils été séduits par l’opération de charme ciblée des conservateurs qui sévit depuis un an …et ainsi donner le premier élu montréalais au parti de Stephen Harper?

Quoiqu’il arrive, trois partis, le NPD, le PLC et le PC ont une chance raisonnable de remporter mon comté ce tour-ci… et un quatrième, le Bloc, ne rêve pas entièrement en couleur en croyant possiblement pouvoir se faufiler dans la mélée.

Et moi, je vis une crise existentielle sans précédent par rapport à mon vote. (Et à la position que prendra ce blogue en période électorale)

Je vous en reparlerai… car c’est grave pour moi.

Comme avant-goût du fond de mon dilemme, je cède la parole à ma blogueuse (blogueure?) à saveur éconocentrophile* préférée, Megan McArdle, qui explique à Ta-Nehisi Coates (un autre de mes tops de la sphère ricaine) la différence entre les deux grandes solutions au changement climatique qui se font concurence dans les sphères idéo-politiques, soit la solution prisée par les progressistes: un marché d’échanges de crédits d’émissions (cap and trade) et celle prisée par les éconocentrophiles de la droite libérale et certains conservateurs économiques: une taxe sur le carbonne (carbon tax).

*Le terme “éconocentrophile” a été piqué à Renart L’éveillé.


Billets similaires