Archives du 19 August 2008

2008/08/19 16:48

Crimes et perceptions

Suite à mon dernier billet, je suis retourné faire un tour du coté de chez Martineau qui a (pour une rare fois) ce matin, lancé une question pertinente ayant inspiré la discussion d’aujourd’hui

Après avoir cité le directeur du SPVM qui nous dit que la criminalité est en baisse depuis plusieurs années à Montréal et que “la ville n’a jamais été aussi sécuritaire qu’aujourd’hui”, Martineau pose la question suivante:

Selon vous, pourquoi autant de Montréalais ont l’impression que leur ville est dangereuse, alors que dans les faits, c’est le contraire?

La première lectrice à lui laisser un commentaire lui a fait une réponse que j’aime tellement, que je me permet de la reprendre ici (à ma façon).

La réponse à la question de M. Martineau?

Trois mots:

Journal. De. Montréal.


Billets similaires

2008/08/19 16:03

Courage en baisse chez les honnêtes montréalais?

Du moins, c’est comme ça que certains interprètent le fait que les statistiques affichent une baisse de la criminalité à Montréal… Rejoignant cette étrange pathologie nord-américaine qui veut qu’on se sente moins en sécurité alors qu’on mesure partout une nette baisse d’incidents criminels violents depuis 30 ans, ces gens se sont convaincus que les statistiques (qui pourtant reflètent sensiblement le même phénomène dans toute les grandes villes d’Amérique du Nord) doivent être dans l’erreur. Pour eux, cette baisse dans les statistiques s’expliquerait plutôt par le fait que les citoyens d’aujourd’hui, plus craintifs qu’autrefois, rapportent moins ces incidents par peur de représailles et par une police laxiste qui serait moins zélé qu’autrefois à les enregistrer lorsqu’ils se produisent.

J’ai peine à en croire mes oreilles.

Donc, selon cette hypothèse, il faudrait croire que partout en Amérique du Nord, malgré la venue d’Internet, malgré la prolifération de l’info continue, malgré les caméras dans le métro, malgré la venue de cette société de l’information totale où plus personne, aussi bas ou haut placé qu’il soit, n’arrive à magouiller en secret, malgré les préoccupations constantes de la population (surtout aux États-Unis) sur ces questions, il n’y aurait eu aucune amélioration et que cette même population qui criait haut et fort son ras-le-bol d’une criminalité hors de contrôle à la fin des années 70, serait aujourd’hui tellement paralysée par la peur qu’elle n’ose plus faire appel à la police?

Il me semble que ça pousse le fantasme à l’extrême.

Mais putain! Où étaient ces gens en 1981? Ne se souviennent-ils pas du carré Saint-Louis infesté de seringues… que personne sauf les plus téméraires n’osaient traverser de peur d’être “taxé”? Ne se se souviennent-ils pas de quoi avait l’air le coin de Sainte-Catherine et Saint-Laurent, à cette époque? (Pour ceux qui en sont encore découragés, croyez-moi, c’était 100 fois pire!) N’ont-ils pas constaté l’extraordinaire transformation du Plateau d’un repère de misère noire infesté de drogue et de crime en cet endroit (toujours infesté de drogue) où il fait si bon vivre aujourd’hui (si on peut se le payer)? Où étaient-ils en 1988, quand le sud d’N.D.G. (aujourd’hui un petit oasis paisible) était la scène de fusillades hebdomadaires? Comment expliquent-ils la transformation de Cote-des-Neiges, qu’on avait peur de visiter en 1991 et qui fait maintenant partie du second arrondissement le plus sécuritaire de la ville? Et demandez à quelqu’un qui a grandi à Hochelaga pour voir s’il vous dira que c’est “aussi pire” qu’avant…

Car non seulement les statistiques démontrent-elles une baisse dans les incidents per capita, mais dans la plupart des cas, on constate une baisse nette dans le nombre brut d’incidents et ce, malgré l’augmentation de la population… et malgré la nette augmentation dans l’identification des incidents de violence domestique depuis 40 ans.

Et vous? Qu’en pensez-vous? Avez-vous l’impression qu’il est plus dangereux de vivre à Montréal aujourd’hui qu’il y 25 ans? Votre humble serviteur est-il dans les patates de croire les statistiques lorsqu’elles cadrent avec son vécu?

c/c à la grand yeule de Martineau pour avoir lancé la question ce matin


Billets similaires