2008/06/03 16:51

L’état “pathétique” de la pensée conservatrice ces jours-ci (re-pub avec ajouts)

David Brooks, le “conservateur de service” du New York Times dans sa cronique d’aujourd’hui:

I’ve spent the past few years trying to find conservative experts to provide remedies for middle-class economic anxiety. Let me tell you, the state of free-market thinking on this subject is pathetic. There are a few creative thinkers (most of them under 30), but for the most part, McCain is forced to run in an intellectual void.

Traduction:

Cela fait maintenant quelques années que je fais le tour des experts conservateurs à la recherche de ceux qui ont des solutions à proposer pour remédier l’anxiété économique de la classe moyenne. Laissez-moi vous dire, l’état actuel de la pensée fondée sur le libre-marché à ce sujet est pathétique. On trouve quelques penseurs créatifs (la plupart on moins de trente ans), mais de façon générale, McCain doit faire campagne dans un vide intellectuel.

Découvrez un de ces jeunes “penseurs créatifs” dont parle Brooks ici.

Il s’agit de Reihan Salam, co-auteur avec son ami Ross Douthat d’un ouvrage, Grand New Party: How Republicans Can Win the Working Class and Save the American Dream, à paraître sous peu, qui fait beaucoup jaser ces temps-ci dans les milieux branchés de la droite américaine (soupir, à quand le jour où je pourrai parler d’une droite “branchée” québécoise?) et qui porte sur les façons de réformer le parti républicain et l’idéologie conservatrice qui le sous-tend pour le rendre pertinent aux défis du 21e siècle plutôt qu’à ceux des années 70, comme c’est le cas actuellement.

Tout comme moi, Reihan est convaincu que le parti républican doit absolument perdre les prochaines élections de la façon la plus abjecte possible afin qu’il acquiert la volonté de se réformer. Sinon, c’est la décrépitude actuelle qui se poursuivra.

L’heure est au renouvellement… la vieille garde devra s’y faire si elle souhaite un jour retrouver les rennes du pouvoir.


Billets semblables

438

Dites ce que vous pensez: