2007/12/05 16:32

Les coups bas d’Hillary

La campagne d’Hillary Clinton commence à faire dans la grosse marde sale contre Barack Obama qui continue à prendre du poil de la bête en Iowa.

C’est un blogueur qui fait éclater le scandale:

Over the past week or so, I have received two of the most hateful hit pieces on Obama parroting right wing talking points. One was forwarded to me from a Clinton county chair. The other was from a person who claimed to be a former Obama supporter, but a little work with Google revealed she had been posting pro-Clinton comments for several months on websites covering the campaign.
They both repeat the Obama/Osama crap, andand the “madrassa” charges. And there is the conclusion that Obama is a mole whose intention is to make a Muslim revolution in the US.

Blogosphère 1, Organisations corrompues 0.


Billets semblables

142

11 commentaires sur “Les coups bas d’Hillary”


  1. M. Bergeron dit:

    Attendez un peu, c’est tôt dans la saison présidentielle, y en aura de pire. C’est toujours comme ça.

    Hors sujet: merci M. Berger de me défendre chez UHEC, c’est fort apprécié!

    Michael


  2. Alain B. dit:

    J’ai surtout hâte de voir quand les différentes machines vont commencer à s’activer contre Rudy… Now that‘ll be ugly… and the GOP is sooo much better at it. Thruth is, I follow things on your side of the border alost more intensely than my own… I can probably name more U.S. senators than Canadian Members of Parliament.

    Oups, désolé ça commence à faire trop longtemps que je refoule l’autre coté de mon cerveau. Je sais que vous êtes ici entre autre pour le français.

    No worries… Davidg est un bigot qui fait plus de tort aux idées qu’il prétend défendre qu’il ne s’imagine. Pour lui le monde est séparés entre “bons” et “méchants” et quiconque n’appuie pas enthousiastement la séparation immédiate du Québec est un traître à la patrie… vendu à “l’ennemi” anglais et à sa “propagande”. Le problème, c’est qu’il parle de plus de la moitié de son propre peuple (qu’il prétend pourtant aimer)

    If you’re not with us you’re against us.” Ça vous rappelle quelqu’un?

    We’ve got them too, you know.


  3. La Longueuilloise dit:

    Je me suis inscrite au PQ le jour de mes 16 ans (6 mai 1972). J’ai déjà été férocement séparatiste, à l’époque où on se faisait carrément chier dessus, même quand je travaillais à Ottawa (j’habitais Hull). Je suis férocement anti-Trudeau et Jeran Chrétien, à cause des mesures de guerre (j’avais 14 ans, ça m’a marquée). J’ai collé des timbres et fait beaucoup de basses besognes. J’ai rencontré René Lévesque au fameux congrès du cégep Ahuntsic. J’ai rencontré d’autres ministre aussi, dont Guy Chevrette, juste après la crise amérindienne alors que je vivais à Châteauguay (j’ai perdu ma job, ma maison et mon mariage…): tout ce que j’ai eu, c’est du spin. J’ai été membre de l’exécutif de deux comtés. J’ai commencé à déchanter quand j’ai vu les chicanes intestines, le racisme (contre des immigrants indépendantistes, faut le faire!), la corruption, l’argent gaspillé en interventions de l’État inutiles (je ne suis pas contre par principe mais il y a des cas où c’est nécessaire, des cas où ça marche et d’autres où ça ne marche pas et/ou que ça encourage la corruption; c’est la job des économistes de le dire!). J’ai failli avoir Parizeau comem prof et j’ai eu Daniel Paillé comme moniteur de travaux pratiques. Depuis, un peu grâce à la menace de l’indépendance, les choses sont bien changé ici, même s’il y a encore place à amélioration. Je ne pense pas que ce soit si évident qu’avant que c’est indispensable. Mon emploi me met encore souvent en contact avec la politiquje (fédérale).
    À un moment donné, on en vient à penser que tous les politiciens sont des croches, des voleurs. Et quand on vieillit on découvre que le monde n’est pas noir et blanc. Mon conjoint est anglophone (parfaitement bilingue) et fédéraliste mais en presque 4 ans on ne s’est jamais disputés, ni pour ça ni pour autre chose, parce qu’on est tous les deux écoeurés des bandits en cravate, du gaspillage et de la corruption. Moi mon héroïne c’est Sheila Fraser!


  4. Alain B. dit:

    Tous des pourris, quoi.

    Je crois que j’ai plus de sympathie que vous pour ceux qui poursuivent, tentent de conserver, et surtout, tentent d’utiliser le pouvoir pour influencer les choses. Je crois que c’est un acte tout à fait tragique… tous s’y brûlent… aucun ne finit sa carrière aimé de ceux qu’ils ont gouvernés. Même ceux qu’on regarde maintenent comme de “grands hommes”, aucun n’a réellement obtenu en encore moins quitté le pouvoir dans la grâce.

    La bassesse inhérente des êtres humain (la notre inclus) les rend toujours en deçà de idéaux qu’ils poursuivent. Même Sheila Fraser…

    L’important, c’est de se doter d’un système qui en tient compte.

    Pour ce qui est de la souveraineté du Québec… Je suis un peu comme vous Aline (moins le ressentiment, n’ayant pas vécu votre époque), je n’embarque aucunement dans la vision Trudeau-Chrétien du Canada… Je ne ressens pas grand attachement à la culture canadienne-anglaise (ils sont sympas, mais n’ont grand chose à voir avec la culture qui m’a formée.) La souveraineté ne me fais pas peur, c’est simplement que je suis loin de croire qu’elle reglerait tous les problêmes qu’on croit… outre la symbolique (question de branding) qui je le consent, n’est pas rien et change en effet plusieurs choses pour le mieux.

    Mais je ne suis plus capable d’entendre ce discours qui prétends que c’est la faute aux Anglais qui nous empêchent de nous affirmer et d’avancer.

    Le seul “obstacle à notre avancement” (si c’en est vraiment un), est notre incapacité à s’unir, notre incapacité à s’entendre sur la route à prendre vers l’avenir. En ça nous sommes comme toutes les autres sociétés… rien de spécial. Je ne comprends pas ce qui fait croire aux souverainistes endurcis que si nous sommes soudainement un pays avec les “pleins pouvoirs” nous allons magiquement nous entendre sur la façon de s’en servir…

    Servons nous habilement des pouvoirs que nous avons pour faire avancer la collectivité francophone… et éventuellement cette souveraineté dont certains rêve (un beau rêve tout de même) ne deviendra alors qu’une formalité.


  5. gaétan dit:

    J’étais jeune mais j’ai vu ce que c’était que d’ëtre dominé par des anglais.Rien ou presque à dire des individus mais là où j’habitais les postes de cadre dans la cie, qui employait les 3/4 de la population, étaient réservés aux anglophones et j’ai été témoin des batailles que livraient mon père et mes oncles pour changer les choses d’où mon intérêt pour la politique et l’indépendance en particulier. Les choses ont changé et j’ai toujours souhaité l’indépendance parce que je croyais que nous étions différents par la langue ET notre manière d’être ou de faire les choses. Malheureusement je me rends compte que comme peuple on est pas si différents des autres. Alors je me questionne. L’indépendance pour quoi? ou pire pour qui? Me semble que dans les années 70 le pq avait un projet de société mais aujourd’hui a part le projet de loi sur la citoyenneté de mme Marois que je trouve bien fade je ne vois nulle part un parti qui propose des changements majeures dans la société. Sans véritable projet de société j’en suis réduit à penser que l’indépendance ne servirait qu’une petite clique revancharde qui cherche uniquement le pouvoir pour lui-même. En tk le commentaire de longueilloise m’a amené à cette réflexion-là.


  6. M. Bergeron dit:

    M. Berger, d’excellents commentaires chez UHEC, le dernier spécialement. C’était un vrai plaisir de le lire.

    Je crois qu’à la fin le monsieur commence à réchauffer à moi.

    Michael


  7. La Longueuilloise dit:

    Sheila Fraser c’est la vérificatrice générale du Canada, qui a déterré les commandites XOXOXO.

    J’aimrais aimé ça être députée et je pense que je ferais au moins une backbencher potable et peut-être plus. J’ai de la gueule, les injustices me révoltent et je ne suis pas gênée, en tout cas! Et je travaillerais fort, je m’occuperais des petites gens de mon comté… mais sans pushing, sans connexions, si t’es pas dans la «mafia»… oublie ça!


  8. Alain B. dit:

    Gaétan,

    Pardonnez ma réflexion de jeune… mais cela me fais sourire que les commentaires d’un billet sur la politique américaine ait tournée en exposé nostalgique sur la désilusion politique d’une génération…

    Cela fait un parallèle interessant avec le parcours d’Hillary, qui représente cette même géneration… jeune idéaliste devenue amèrement cynique dans sa poursuite du pouvoir…

    C’est pourquoi je préfère de loin Barack Obama qui, semble-t-il, n’est pas encore rendu là.

    Micheal,

    Merci, (the bad thing is, now I’m starting to warm up to him)

    Mais une chance que vous êtes là, je crois que sans votre influence, on en serait venu aux coups.

    La Longueuilloise,

    Plus je vous découvre, plus je trouve que vous feriez une excellente député… trop fougueuse pour le cabinet… mais du genre que les électeurs du compté réélisent quelle que soit la direction du vent.


  9. gaétan dit:

    @longueilloise votre définition de député n’est pas la même que celle de Foglia :-))dans la Presse.

    @alain désolé d’avoir détourner le sujet du billet une autre fois. ;-))


  10. M. Bergeron dit:

    Eh, c’est pas un méchant mec après tout… he just needs to be pulled out of his shell.

    Hillary is Bush in a pant-suit. She’s no good, for any of us.

    Michael


  11. La Longueuilloise dit:

    Hillary n’a aucun charisme, c’est une nerd-wonk, aucun feeling pour les gens ordinaires et leurs besoins (elle fait semblant = posturing), elle essaie de battre les neocons sur leur propre terrain, elle est protectionniste et anticanadienne et en plus c’est une vire-capot (she flip-flops on issues) et je n’aime pas son ambition.

    Je suis assez à l’aise en anglais ;-)~

Dites ce que vous pensez: