2007/12/07

Changement de cap… ou note concernant la présence de l’anglais dans ce blogue

Je m’apperçois que je commence à publier de plus en plus de liens vers des trucs anglophones… Et cela trahit quelque peu la « mission » originale que j’ai voulu donner à ce blogue. Je suis surtout sensible au fait que cela cadre mal aux yeux de certains avec l’image de promotion et de valorisation du français en Amérique que se donne Le Petit Émerillon.

Il faut comprendre que je suis 100% francophone, mais je suis aussi 99,7% anglophone.

J’ai ouvert ce blogue, il y a plus de trois mois, en grande partie parce qu’après m’être amusé à exposer sur Internet la partie anglophone de mon esprit pendant un bon moment, mon coté francophone commencait à s’agiter de plus en plus… Il avait lui aussi plein de choses à dire (surtout avec les récents changements de paradygmes au niveau de la politique canadienne et québécoise) et il n’avait pas envie de les dire en anglais… surtout que la minuscule quantité de lecteurs qui visitait mon site (surtout des filles, rencontrées sur MySpace, du Canada, des U.S.A. et d’ailleurs qui aimaient ce que j’avais à dire sur les femmes… et moi de répondre à la demande) n’avait ni le contexte pour comprendre ce que j’avais à dire là-dessus, ni l’intérêt.

J’ai donc démarré ce blogue au départ avec l’intention de le réserver exclusivement à mes “réflexions sur l’état de cette nation francophone d’Amérique à laquelle j’appartiens” tout en continuant à déverser le reste de mon esprit dans mon blogue anglophone… Mais, vous savez, moi et la discipline personnelle… Pfff.

Trois mois plus tard, je me retrouve à administer un blogue francophone qui est lu et où participent une variété de gens aux idées diverses qui provoquent et stimulent ma réflexion et je suis complètement accro. (Je dois d’ailleurs me questionner sur le montant croissant de temps que cette activité est en train de me bouffer… A guy’s also gotta have a life at some point!)

Pendant ce temps, mon site anglophone amasse la poussière et le coté anglophone de mon esprit cherche des échapatoirs.

J’ai donc décidé d’officialiser un léger changement de cap pour Le Petit Émerillon. Disons qu’en plus de sa mission principale de promouvoir une identité francophone nord-américaine forte et de se pencher sur les débats de la société francophone, il se donne une sous-mission… Celle d’ouvrir aussi une fenêtre donnant dans l’univers anglophone qui nous entoure… un univers qu’il faut aussi apprendre à apprivoiser si nous voulons y tailler notre place habilement.

Je ne me gênerai donc plus pour vous parler de politique américaine et mettre des liens vers du matériel anglophone portant sur les aspects qui m’intéressent de la pensée anglo-saxonne mondiale (lire, surtout américaine) et son évolution.

[Note: Plus de profondeur sur ce "changement de cap" dans le prochain billet: Pourquoi "Le Petit Émerillon". J'ai décidé de morceller... ]


Billets semblables

144

5 commentaires sur “Changement de cap… ou note concernant la présence de l’anglais dans ce blogue”


  1. gaétan dit:

    C’est bien de te donner la peine de nous aviser pour pas faire le saut quand je vas viendre ici.;-)
    C’est ton blog tu en fais ce que tu veux.


  2. AntiPollution dit:

    Est-ce que votre intention est de faire compétition avec Antagoniste.net ?


  3. Alain B. dit:

    Gaétan,

    Je ne crois pas que la différence se fera sentir tant que ça… je le faisais déjà de toute façon. C’est juste que j’ai décidé d’arreter de me sentir coupable de le faire.

    AntiPollution,

    Mais je me considère déjà en compétition (amicale) tant avec l’Antagoniste qu’avec l’Homme en colère qu’avec les autres… nous voulons tous être lu, non?

    Ceci dit, loin de moi l’idée d’aller jouer dans ses plate-bandes… je cherche surtout à être complémentaire aux autres et à ne pas répéter ou dupliquer… nous cherchons tous notre niche, n’est-ce pas?


  4. Davidg dit:

    “Disons qu’en plus de sa mission principale de promouvoir une identité francophone nord-américaine forte et de se pencher sur les débats de la société francophone, il se donne une sous-mission… Celle d’ouvrir aussi une fenêtre donnant dans l’univers anglophone qui nous entoure… un univers qu’il faut aussi apprendre à apprivoiser si nous voulons y tailler notre place habilement.

    Je ne me gênerai donc plus pour vous parler de politique américaine et mettre des liens vers du matériel anglophone portant sur les aspects qui m’intéressent de la pensée anglo-saxonne mondiale (lire, surtout américaine) et son évolution.”

    Votre sous-mission est beaucoup plus réaliste que votre mission principale. Voilà quelque chose qui peut être fait dans le contexte actuel. Bonne idée d’essayer de nous ouvrir l’esprit à la mentalité anglophone, surtout cella à l’extérieur du Canada. Les Québécois doivent comprendre que les États-Unis et le Royaume-Uni sont des confédérations décentralisées qui respectent beaucoup plus leurs entités régionales que le Canada. Comprendre ce fait nous amènera à nous séparer du Canada.

    Cependant, je ne renierai jamais ma nature de Québécois au tempérament latin, quoique les Québécois sont trop latents en général!


  5. Alain B. dit:

    Bienvenue chez moi Davidg.

    Je suis content que vous approuviez de ma “sous-mission”.

    Votre analyse de l’aspect décentralisé des U.S.A. et du U.K. me semble un peu idéalisée (surtout en ce qui concerne le Royaume-Uni) mais elle n’est pas fausse. Il y a beaucoup de choses qu’on peut encore apprendre des U.S.A. en ce qui concerne l’esprit “d’indépendance”.

    Ceci dit je n’abandonnerai pas ma mission principale… qui bien qu’elle soit difficile (ou irréaliste comme vous dites), s’inscrit en parfaite complémentarité avec celle de la souveraineté et qui, si elle progresse un tant soit peu, ne rendra l’accession à la souveraineté que plus facile et plus saine.

Dites ce que vous pensez: