2007/10/20

Le discours poubelle

Décidément ce ne sont pas toujours les billets qu’on pense qui font écho…

Il y a peu de temps, je posais la question de façon un peu cavalière et sans penser qu’elle aurait d’echo : Y a-t-il vraiment une droite « québécoise? »

Dans ce billet je reprochais à certains blogues de droite de nous livrer du réchauffé d’idéologie états-unienne et aux blogues proprement partisans adéquistes de faire dans le populisme aveugle.

le défunt Kwebek, que j’avais comparé au Heritage Foundation le think tank « paleo-conservateur » états-unien, avait repris mon billet en citant la partie où je parlais de lui sans vraiment s’en défendre dans un billet intitulé : « Kwebek = Heritage Foundation. » Puis, il ferma son site peu de temps après. (Je ne fais pas de lien)

Du côté gauche de la sphère, Capitaine Virgil fut inspiré à livrer sa pensée sur le manque de volonté de réflexion et d’échanges qui semble être plus prévalent du côté droit en posant la question : « Y a-t-il une droite intellectuellement rigoureuse dans la blogosphère québécoise ? »

Mais voilà que du côté droit de la sphère se pointe justement un blogueur sérieux, intéressé au dialogue et qui, déplorant lui aussi la qualité du discours qui existe des deux côtés de notre sphère, mais qui semble prédominer à droite, en appel à un discours d’une plus grande qualité.

Il s’agit de l’excellent blogueur affilié à la droite (mais qui vient de faire son « coming out » radio-canadien) Jonathan Hamel, auteur du blogue La Sphère des Idées J.H. qui nous livre cette réflexion dans un billet intitulé : De la réflexion svp…

Citation de choix:

…plus que jamais, je deviens farouchement hostile à tout ce qui ressemble à du blogue trash, le genre qui se complait dans les insultes, qui reproduit ad vitam eternam des photos de leur adversaire politique et qui livre tout leur blogue à de la critique ponctuelle et continuelle. Ces blogues réactionnaires autant à gauche qu’à droite deviennent des instruments de propagande haineuse qui minent nécessairement les fondements d’une réflexion honnête sur les enjeux politiques et sociaux.

J’en profite pour reproduire une partie de la réponse que je lui ai laissé (moins les horribles fautes)

Je ne crois pas qu’il soit possible de se débarrasser du « discours poubelle » dans la blogosphère (ou même dans la société) … Il a d’ailleurs son utilité en tant que baromètre des bas instincts qui grouillent au fond de chaque tendance. (et donc au fond de nous tous) L’idée, que je crois qui fait défaut dans notre région de la sphère, est de faire une distinction plus marquée entre ceux qui font systématiquement et gratuitement dans ce type de discours et ceux qui sont plus intéressés à un débat évolutif où même à promouvoir une idée ou une idéologie spécifique. Même si ces deux derniers peuvent aussi tomber dans ce premier type de discours à l’occasion. Le blogue n’est pas qu’un espace de réflexion sérieuse (même si c’en est un excellent) C’est aussi un espace de réaction instantanée… de « montées de lait » …où il arrive que des vérités plus profondes soient exprimées côte à côte avec des propos regrettables (et souvent regrettés) … C’est de bonne guerre comme on dit, et c’est en partie ce qui distingue le blogue du discours d’opinion journalistique …et qui en fait son intérêt.Pour ma part, je ne consulte à peu près pas les blogues qui ne rencontrent pas mes critères personnels de niveau de discours (Qui a le temps? Il y en a tant de bons!) donc je n’en parle pas sur mon blogue. Je suis convaincu que l’apparente popularité de certains « blogues poubelles » serait grandement réduite si certains blogues (surtout à gauche) supposés plus raisonnables pouvait arrêter de tomber dans le piège en les dénonçant incessamment. …ainsi moussant leur popularité et encourageants leurs auteurs à escalader leurs pitreries.

C’est bien quand même de voir qu’il y en a à droite qui sont ouverts à la réflexion sérieuse et à défendre leurs idées avec autre chose qu’un jeu enfantin de tac au tac. Ça en prend, si on veut éviter le discours qui ne prêche qu’aux convaincus dont a peur Cap. Virgil.

Jonathan, en plus de me faire des compliments qui courent le risque de m’enfler dangereusement la tête, non mais c’est gentil quand même, semble aussi avoir presque deviné la réelle inspiration derrière le choix du Nom : « Le Petit Émerillon » et ce, de façon intuitive. Ça mérite un coup de chapeau.


Billets semblables

68

5 commentaires sur “Le discours poubelle”


  1. Guillaume Lamy dit:

    Selon moi l’antinomie gauche-droite se définit par l’orientation selon laquelle on envisage de structurer l’activité sociale.

    À droite on priorisera une structure allant du bas vers le haut. Alors qu’à gauche, l’orientation s’inverse : soit du haut vers le bas.

    Pour plus d’infos, lire :

    Sur la nature de l’antinomie gauche-droite.

    Dites-moi ce que vous en pensez.

    Salutations.
    GL


  2. J.H. dit:

    Merci Émerillon!

    Intéressant ce que tu avances Guillaume. Mais je ne suis pas sûr d’être vraiment d’accord. Il faut voir que présentement les partis de droite gardent une forte discipline de parti qui est appliquée du bureau du PM à la base.

    Sauf que le discours idéal de la droite est évidemment la décentralisation des ressources vers les petites organisations et les individus.

    Cependant, ce à quoi on assiste honnêtement, maintenant, c’est un fort leadership du haut de l’État qui a comme rôle de vérifier que les normes de performances soient bien respectées et aussi de contrôler au maximum l’agenda des politiques afin de ne pas tolérer aucunes erreurs. La droite a décidé de rehausser les normes d’éthiques au gouvernement et d’établir des critères de performance clairs, cela a comme effet nécessairement de centraliser un peu plus le pouvoir vers le haut.

    Margaret Thatcher, Ronald Reagan avaient des gouvernements avec un fort leadership politique, une structure hiérarchique top down assez élevée. Le contrôle des dépenses publiques et la réorientation des politiques demandent justement une prise de contrôle.


  3. Renart L'éveillé dit:

    Guillaume Lamy,

    ta définition gauche-droite ajoute l’étatisme à la gauche (socialisme-communisme) et l’anarchisme à la droite (libertarianisme), donc elle oublie deux pans importants de la sphère politique, c’est-à-dire l’anarcho-socialisme (gauche anarchiste) et le néo-libéralisme (droite étatiste - le système dans lequel nous sommes, même s’il est très modéré, centriste, avec l’apport de la social-démocratie en contrepoids).

    Si ça t’intéresse plus amplement, j’ai écrit un texte là-dessus, c’est ici.


  4. la Longueuilloise dit:

    Yé! enfin un débat un peu plus relevé! Je reviendrai voir!


  5. Alain B. dit:

    Merci à GL, J’ai bien aimé ton billet. J’avais, en effet, oublié l’origine historique de l’utilisation du concept gauche-droite pour caractériser les idées et les intérêts socio-politiques.

    À tous,

    Merci pour vos commentaires.

    Je suis désolé que des contraintes de temps m’empêche de vous répondre aussi rapidement que je voudrais… J’avais commencé une longue réponse que je n’ai pas encore terminée. Je vous la livrerai sous peu dans un billet.

Dites ce que vous pensez: